France / Présidentielle de 2017 : Manuel Valls annonce sa candidature ce lundi

0
Manuel Valls
Le départ de Manuel Valls du gouvernement va conduire à un remaniement. © THOMAS SAMSON / AFP/ THOMAS SAMSON

Matignon a précisé que le Premier ministre dévoilera sa candidature à 18 h 30 à Évry. Le départ de Manuel Valls du gouvernement va conduire à un remaniement.

Le Premier ministre Manuel Valls se lance dans la campagne Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle de 2017 ce lundi, Ă  18 h 30, Ă  Évry. Son entourage a confirmĂ© que Manuel Valls annoncerait bien Ă  cette occasion sa candidature, qui ne faisait plus de doute depuis l’annonce du prĂ©sident. Le pensionnaire de Matignon et le prĂ©sident de la RĂ©publique François Hollande s’apprĂŞtent toutefois Ă  dĂ©jeuner ensemble lundi Ă  l’ÉlysĂ©e, un repas qui devrait sonner le glas de leur collaboration au sommet de l’État.

Quatre jours après le renoncement prĂ©sidentiel, François Hollande et Manuel Valls se retrouveront pour discuter du dĂ©part du Premier ministre, nommĂ© Ă  Matignon en mars 2014.  Samedi, la rumeur de l’annonce d’une candidature de Manuel Valls sur un plateau de tĂ©lĂ©vision dimanche Ă  20 heures a couru dans la presse. Il n’en a finalement rien Ă©tĂ©. Le service de presse du Premier ministre s’Ă©tait nĂ©anmoins gardĂ© de diffuser son agenda, comme habituellement. Sur celui de l’ÉlysĂ©e, diffusĂ© dimanche soir, est toujours inscrit pour mercredi Ă  8 h 45 un entretien du prĂ©sident avec « M. Manuel Valls, Premier ministre ».

Les deux tĂŞtes de l’exĂ©cutif auront en tout cas Ă  cĹ“ur de ne pas donner une image de prĂ©cipitation, notamment dans un contexte de menace terroriste Ă©levĂ©e. « Tout sera pris en compte, la question d’un changement de Premier ministre aussi », dit-on Ă  Matignon. « Quelle que soit la dĂ©cision prise par le Premier ministre, il s’agit de rebâtir rapidement un dispositif gouvernemental opĂ©rationnel », indiquait dimanche soir un proche du prĂ©sident.

Un nouveau remaniement

Le prĂ©sident de la RĂ©publique « va s’engager vraisemblablement dans un remaniement, faisons en sorte que la France ne dĂ©sarme pas pendant cette pĂ©riode, qu’elle reste mobilisĂ©e, unie », a averti l’ex-Premier ministre de Jacques Chirac Dominique de Villepin, espĂ©rant que François Hollande « restera au-dessus de la mĂŞlĂ©e » d’ici la fin du quinquennat. Parmi les noms circulant pour succĂ©der Ă  Manuel Valls, ceux des ministres Bernard Cazeneuve (IntĂ©rieur), Jean-Yves Le Drian (DĂ©fense), StĂ©phane Le Foll (Agriculture), Marisol Touraine (SantĂ©), Najat Vallaud-Belkacem (Éducation).

Un conseiller d’un poids lourd gouvernemental tablait dimanche sur M. Cazeneuve, ne voyant « pas d’alternative ». Une autre source gouvernementale ne voyait « que Cazeneuve ou Le Drian », avec un avantage au second qui pourrait plus facilement « cumuler » sa casquette actuelle avec Matignon. Sa libertĂ© retrouvĂ©e, Manuel Valls s’attellera Ă  entrer dans ses habits de candidat, avec le souci sans doute de continuer d’attĂ©nuer les aspects les plus clivants de son discours, et d’obtenir de nouveaux ralliements – il a engrangĂ© dimanche celui du dĂ©putĂ© aubryste Olivier Dussopt.

Une campagne “difficile”

« Il faut que Manuel Valls mute sur un certain nombre de choses », a convenu samedi un de ses soutiens, le dĂ©putĂ© Philippe Doucet. « Je lui conseille amicalement d’ĂŞtre sur une position nouvelle de rassemblement […] Il faut ĂŞtre soi-mĂŞme, mais offrir une nouvelle perspective », a dĂ©clarĂ© dimanche le premier secrĂ©taire du PS Jean-Christophe CambadĂ©lis, assurant par ailleurs qu’il ne prendrait pas parti entre les candidats.

Pour le Premier ministre, dont les prises de position hostiles aux 35 heures ou Ă  l’ISF ne manqueront pas d’ĂŞtre exhumĂ©es, la partie n’est pas jouĂ©e et elle sera mĂŞme « difficile », pronostique Gilles Finchelstein, directeur gĂ©nĂ©ral de la fondation Jean-Jaurès (proche du PS). « François Hollande et Manuel Valls, c’est la mĂŞme politique […] on ne sait pas qui, de François Hollande ou de Manuel Valls, est la lame ou le manche du couteau qui a dĂ©chirĂ© la gauche », a attaquĂ© dimanche sur France Inter Arnaud Montebourg, premier et unique candidat Ă  avoir dĂ©posĂ© ses parrainages pour la primaire des 22 et 29 janvier. Après le ” tout sauf Hollande “, le ” tout sauf Valls ” ?

SOURCE AFP – PubliĂ© le  | Le Point.fr

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here