Gabon : Ping veut un débat contradictoire, Bongo, non

0
Gabon : Ping veut un débat contradictoire, Bongo, non
Jean Ping, principal candidat de l'opposition, après un meeting à Libreville le 24 juin 2016. © AFP PHOTO / Samir TOUNSI

Le principal candidat de l’opposition veut un face-à-face avec le président sortant plutôt qu’un débat avec des journalistes dans le cadre d’une émission.

C’est l’objet de la dernière polémique autour de la présidentielle du 27 août. Quel type de débat faut-il organiser pour éclairer les Gabonais avant qu’ils ne se retrouvent dans l’isoloir. De quoi alourdir le climat des derniers jours de campagne dans un Gabon où le principal candidat d’opposition à la présidentielle, Jean Ping, a proposé un débat télévisé avec le président sortant Ali Bongo Ondimba, qui a refusé.

Jean Ping refuse l’émission Le Débat

« M. Jean Ping invite M. Ali Bongo Ondimba à un débat télévisé devant la Nation, organisé sous l’égide du Conseil national de la communication », a indiqué son équipe de campagne dans un communiqué parvenu mercredi à l’AFP, trois jours avant le vote à un tour de samedi. Pour ce débat, une pratique électorale encore rare en Afrique, l’ex-président de la commission de l’Union africaine (UA) souhaitait « la participation de journalistes choisis par les candidats, et représentant la diversité de la presse et des médias ». M. Ping faisait ainsi savoir qu’il refusait de participer à l’émission Le Débat, où les candidats ne débattent qu’avec des journalistes de la télévision publique très proche du pouvoir.

Horizontal ©  AFP PHOTO / MARCO LONGARI
Le président gabonais sortant, Ali Bongo Ondimba, arrive à un meeting à Moanda le 23 août 2016. © AFP PHOTO / MARCO LONGARI

Le pouvoir l’accuse de craindre des « questions embarrassantes »

« Nous dénonçons le mépris que M. Ping affiche à l’égard des institutions de la République, des journalistes et du peuple gabonais », a réagi dans un communiqué le ministre de la Communication et porte-parole du président-candidat, Alain-Claude Bilie-By-Nze. « M. Ping a craint de devoir répondre aux questions embarrassantes concernant les nouvelles révélations l’impliquant lui et les membres de sa famille », a accusé le porte-parole. Les chaînes publiques Gabon Télévision et Gabon 24 étalent depuis des semaines les détails d’une sulfureuse affaire de rétrocommissions – révélée par Mediapart – impliquant le fils aîné de Jean Ping dans l’attribution de chantiers d’infrastructures à un groupe chinois. « La demande d’un débat contradictoire n’est pas prévue par les lois de la République », a souligné M. Bilie-By-Nze.

Publié le 24/08/2016 à 11:12 | Le Point Afrique
PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here