Gambie : Adama Barrow, le président élu, a prêté serment

4
Le président Adama Barrow, élu le 1er décembre dernier, a prêté serment ce jeudi 19 janvier à l'ambassade de son pays au Sénégal. © FB
Le président Adama Barrow, élu le 1er décembre dernier, a prêté serment ce jeudi 19 janvier à l'ambassade de son pays au Sénégal. © FB

L’investiture s’est déroulée ce jeudi à l’ambassade de Gambie au Sénégal, alors que le président sortant Yahya Jammeh refuse toujours de quitter son siège.

« À partir d’aujourd’hui, je suis le président de tous les Gambiens que vous ayez voté pour moi ou non », a déclaré le nouveau président de la République gambienne, Adama Barrow, qui a prêté serment ce jeudi, devenant ainsi le troisième chef de l’État de son pays, après Dawda Jawara (1970-1994) et Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 1994. La prestation de serment du président Barrow a été reçue par Shérif Tambedu, président de l’Ordre des avocats de la Gambie, en présence de nombreux responsables d’organisations internationales et régionales.

Adama Barrow, un président reconnu par ses pairs africains

Candidat de la coalition de sept partis d’opposition, Barrow a été déclaré vainqueur de la présidentielle du 1er décembre dernier par la Commission électorale indépendante. Il est crédité de 263 515 voix, contre 212 099 pour Yahya Jammeh, le président sortant, et 102 969 pour le troisième candidat Kandeh Mamma. Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 1994, rejette ces résultats qu’il avait pourtant acceptés. La Cedeao menace de le pousser à céder le pouvoir par la force. Le Sénégal et le Nigeria ont déployé des troupes le long de la frontière.

Faute de pouvoir se rendre dans son pays pour des raisons de sécurité, Adama Barrow a choisi de prêter serment dans les locaux de l’ambassade de son pays où sont arrivés de nombreux ambassadeurs africains à Dakar pour assister à la cérémonie. Dans le même temps, l’armée nigériane effectue des vols de reconnaissance au-dessus de Banjul. En attendant un vote dans la soirée à l’ONU sur une intervention militaire de la Cédéao.

LIRE aussi Adama Barrow à l’AFP : « C’est une nouvelle Gambie »

L’inévitable intervention ?

« J’appelle tous les personnels militaires à rester loyaux à la Constitution, a déclaré Adama Barrow. Je leur demande de démontrer leur loyauté à mon égard sans délai. Je leur demande de rester dans leurs casernes. Tous ceux qui circuleront avec des armes seront considérés comme des rebelles », a déclaré le président élu, faisant référence à la possible intervention en Gambie des troupes que le Sénégal a massées à la frontière.

PAR JOSÉPHINE JOHNSON
Publié le 19/01/2017 à 19:08 | Le Point Afrique

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. le sénégal n’a aucun intérêt en mauritanie, au togo etc. mais en gambie, si.
    Pour te rafraichir la mémoire, je te signale que des soldats sénégalais sont morts au nord mali. Mais ton ingratitude t’empêche de le reconnaître. Par ailleurs, au plus fort de la crise, quand tout le nord-mali était occupé, votre télévision nationale publiait des chants et des danses et votre déclarait, sous la bannière de sanogo, qu’il n’accepterait pas que des soldats de la cedeao entrent au mali. Souviens toi de celà. On ne peut rien contre un peuple débonnaire et peu courageux

    • Le Sénégal est le cheval de Troie de L’Afrique francophone. IL est la main droite des occidentaux en Afrique francophone, il y’a eu plusieurs déportations à l’époque colonial qui ont été orchestré par le sénégal Exemple: Cheick Hamalla de Nioro au Mali déporté par la france sur conseil du sénégal voire dans oui mon commandant de Amadou hampathé Ba.

  2. Le mensonge est banni par toutes les religions. Le Sénégal a été le premier pays de la CEDEAO à envoyer un contingent de 500 hommes sous les ordres du général de division A. Kâne. Ce nombre a été doublé. Il y a juste une semaine (lors du sommet organisé par le président du Mali IBK), le Président Macky Sall qui était à Bamako, a rendu une visite de courtoisie aux soldats sénégalais de la MINUSMA. Mensonge quand tu nous tiens.
    Comaparaison n’est pas raison. Comparer le cas de la Gambie à la Mauritanie, il faut être un SIMPLE D’ESPRIT pour ôser le faire. Les soldats en Gambie ont reçu une mission de la CEDEAO pour déloger un Président qui a été battu et qui refusent de quitter. Alors qu’en Mauritanie, le Président Aziz a été démocratiquement élu.
    Cher Monsieur, apparemment vous n’avez aucune culture historique et politique. Le problème gambien, la MAURITANIE a connu le même problème. C’est l’actuel Président AZIZ qui avait gagné mais le Président sortant avait refusé de rendre le pouvoir. C’était grâce à la MÉDIATION du Président ABDOULAYE WADE que la situation a été réglée. C’est grâce à l’action diplomatique du Sénégal que le chaos a été évité et que Aziz est devenu Président jusqu’à présent.
    Vous refusez de dire cette victoire diplomatique du Sénégal en Mauritanie et ça se comprend. Vos post montrent à suffisance votre haine et votre complexe. Les chiens aboient la caravane passe

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here