Gbagbo à La Haye: “Rendez-nous notre président!”, réclament des supporteurs

6
Des supporteurs de Laurent Gbagbo, le 30 octobre 2012 devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye
© AFP

“Rendez-nous notre président!”, “CPI, voleuse de président!” : plusieurs centaines de partisans de Laurent Gbagbo ont chanté, dansé et crié mardi devant la CPI, à La Haye, alors que la défense de l’ex-chef d’Etat ivoirien demandait à la Cour sa libération provisoire.

Arborant des chapeaux, pulls ou perruques extravagantes aux couleurs ivoiriennes (orange, blanc et vert), ils étaient environ 600, selon un journaliste de l’AFP, près de 1.000 selon les participants, rassemblés sur une pelouse séparée de la Cour pénale internationale par une rue, la “Regulusweg”.

“On ne sait pas trop si Laurent Gbagbo sera là à l’audience d’aujourd’hui”, explique le président du Cri panafricain Abel Naki, nerveux, une demi-heure avant l’audience, programmée à 14H30 (13H30 GMT).

La tension monte peu à peu : de nombreux manifestants, des Ivoiriens venus pour la plupart de France, mais également de Suisse ou Belgique, sont massés derrière les barrières dressées le long de la rue faisant face au grand bâtiment blanc de la CPI dans l’espoir de voir arriver leur favori, écroué à la prison de la CPI à La Haye depuis novembre 2011.

Pendant ce temps, d’autres poursuivent paisiblement leurs discussions, expliquant à la presse leur version de la crise ivoirienne et pourquoi M. Gbagbo, premier ex-chef d’Etat remis à la CPI, devrait être libéré.

“Le grand mensonge, c’est que la communauté internationale a installé un président qui n’a pas été élu par son peuple!”, assure Willy Bla, un membre du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de M. Gbagbo, en parlant de l’actuel président Alassane Ouattara.

“Le grand mensonge, c’est que notre président est mis derrière les barreaux et que les crimes continuent d’être commis!”, poursuit-il.

Le refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir à son rival, l’actuel président Ouattara, avait plongé le pays dans une crise qui avait fait 3.000 morts lors des violences post-électorales de 2010-2011.

Soupçonné de crimes contre l’humanité, M. Gbagbo, 67 ans, est dans l’attente d’un éventuel procès devant la CPI.

Vers 14H10 (13H10 GMT), une voiture aux vitres teintées qui semble être un véhicule de police banalisé passe devant la CPI : la foule se rue vers la chaussée. “C’était lui?”, demandent certains alors que les chants redoublent de puissance, “Libérez Gbagbo!”. La police interpellera deux personnes.

–“Il doit être en train de se reposer”–

Lorsque débute l’audience, une audience technique destinée à entendre les arguments des parties au sujet d’une éventuelle libération provisoire, réclamée par la défense et déjà refusée une première fois le 13 juillet, l’ancien président n’est pas là.

L’accusation s’oppose à la libération provisoire du suspect, arguant qu’il pourrait s’enfuir, entraver l’enquête et la procédure, voire tenter de reprendre le pouvoir en Côte d’Ivoire.

“Son état de santé conforte son incapacité à s’enfuir”, rétorque Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo. “C’est le président Gbagbo! Il va s’enfuir où? Et comment? Essayons de réfléchir!”, ajoute-t-il, lors de l’audience, qui durera 90 minutes environ avant de passer à huis-clos.

A l’extérieur de la CPI, les Ivoiriens n’ont pas pu suivre les débats qui viennent d’avoir lieu et des rumeurs circulent toujours sur la présence ou non de M. Gbagbo dans la salle d’audience.

Lorsque certains apprennent, vers 16H15 (15H15 GMT), que M. Gbagbo n’était pas à l’audience et n’a donc pas pu entendre leurs chants en arrivant à la Cour, ils soupirent, mais gardent le sourire.

“Il doit être en train de se reposer” dans sa cellule, assure Blandine tout en réchauffant une soupe de poisson sur une plaque de cuisson reliée à un groupe électrogène, histoire de braver le froid et une pluie de plus en plus intense.

“On va encore rester un moment ici à chanter”, poursuit-elle, alors que la nuit tombe sur La Haye.

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Ce monsieur est un boulanger . Le recomptage des voix n’était qu’un prtetexte pour rester encore au pouvoir alors qu’il l’a perdu avec la plus belle des manieres .GBAGBO doit ^payer pour tous ses crimes . Et la cote d’ivoire avancera sans sans ces illuminés .

  2. Alassane wattara libéré Bagbo et sa femme ,tu doit ta candidature à Bagbo soit reconnaissant ,le mauvais sort s acharnera contre les ingra..

  3. Comme l’a dit l’autre, le recomptage des voix aurait au moins permis d’éviter ces 3 000 morts. Ban Ki – Moon a dit que récompter les voix serait une grave injustice. Recompter les voix dans une élection contestée est injuste selon Ban Ki-moon et ses alliés occidentaux dont Nicholas Sarkozy et Obama! Alors, quand il y a contestation dans une élection, que doit – on faire? Tuer? Tuer 3 000 personnes? Tuer 3 000 personnes et en faire porter le chapeau à celui qu’on voudrait voir disparaître!
    Bagbo, vous n’êtes certes pas un saint, mais inchallah, vous serez un jour rétabli dans vos droits et dans votre dignité.

    On nous interdit même les images de ces manifestations de soutient à Bagbo.Tout comme on refuse que AL Jazira s’installe en France ou diffuse ses images aus USA. Al Jazira, après lev refus de la France de lui accorder le droit d’ouvrir sa chaîne francophone sur le territoire françaids, a été obligé de se rabattre sur Dakar. Aux USA le pays dit – on du premier amandement, on ne peut recevoir Al Jazira que sur le Net. Curieux monde occidental, où les droits et les libertés ont un autre sens selon les cibles et les intérêts.

    • Salut mon frere. Juste pour eclaircir quelque chose que vous venez d’ecrire. Qui vous a dit que AL-Jareera n’est pas permis de diffuser aux USA? C’est pas exact cette info. Meme ce matin, je regardais ce qui se passe en Syrie. 😉

  4. Comme l’a dit l’autre, le recomptage des voix aurait au moins permis d’éviter ces 3 000 morts. Ban Ki – Moon a dit que récompter les voix serait une grave injustice. Recompter les voix dans une élection contestée est injuste selon Ban Ki-moon et ses alliés occidentaux dont Nicholas Sarkozy et Obama! Alors, quand il y a contestation dans une élection, que doit – on faire? Tuer? Tuer 3 000 personnes? Tuer 3 000 personnes et en faire porter le chapeau à celui qu’on voudrait voir disparaître!
    Bagbo, vous n’êtes certes pas un saint, mais inchallah, vous serez un jour rétabli dans vos droits et dans votre dignité.

  5. pitie pour ce pauvre. Liberez le. Je ne vois en lui aucun motif de condamnation, en tout cas pas plus que ses adversaires soros et ouatara. Pour un monde meilleur, liberez laurent.

Comments are closed.