GUERRE DES GANGS EN C.I – Un mort et un blessé: La police fait le ménage

0
1

S’il y a un problème auquel le peuple malien est aujourd’hui durement confronté, c’est bien sûr celui de l’insécurité. Et la commune I est celle des communes les plus criminogènes de Bamako. Suite à l’assassinat du jeune photographe, le commissariat du 6ème Arrondissement a intensifié ses recherches en menant une série d’opérations ayant abouti à l’arrestation plusieurs délinquants de dernière génération.

Première opération : le démantèlement d’un groupe de trois braqueurs à Babiabougou (Korofina Sud)

Elle a été possible suite à une dénonciation d’un citoyen qui a informé le commissariat du 6ème Arrondissement de l’état d’un bandit blessé par balles qui se soignait clandestinement à domicile. Ainsi le Contrôleur de police Sabane Touré dit Gouro, commissaire  du 6ème Arrondissement, ordonna à son chef de la Brigade de Recherche, l’Inspecteur Moussa Diarra, l’ouverture d’une enquête. Les investigations ont e effet  permis de savoir que le nommé Youssouf Doumbia dit Bolon avait en effet la jambe fracturée.

En somme, dans la nuit du 25 au 26 Janvier, un complice en la personne de Bakary Diawara alias «  Zon  Sen-Sourouni » c’est à dire « voleur de courte taille », un multirécidiviste, a été appréhendé. Soumis à l’interrogatoire, il dénonce un autre complice du nom de Moussa Diarra dit Moussa bleni,  boucher lequel fut cueilli à froid à l’abattoir de Bamako.

Youssouf Doumbia avait été blessé en voulant déposséder un motocycliste de son engin sur la route de N’Gomi dans la nuit du 18 Janvier 2012. Le propriétaire de la moto  ne s’est pas laissé faire. Armé lui aussi, il a ouvert le feu sur son assaillant lequel parvint cependant à s’échapper avec l’engin, non sans répliquer aux tirs.  Sans succès !

Soumis tous aux interrogatoires, les trois complices  dénoncèrent un quatrième qui serait en fuite. La moto retrouvé avec le nommé Bakary Diawara était celle d’une  autre victime braqué au Banconi Farada.

Deuxième Opération : le démantèlement d’une Bande de Fabriquant d’armes à feu à Kognoumani

Deux militaires ont informé le 28 Janvier dernier le chef BR du 6ème Arrondissement l’inspecteur Moussa Diarra  de la terreur que sème une bande de voleurs et de fabriquants  d’armes à feu. Ils ont promis de se mettre à la disposition de la police afin de les mettre hors d’état de nuire. Ainsi dit, ainsi fait !

L’équipe composée des éléments dudit commissariat et des deux militaires se rendit  sur le lieu où ils trouvèrent Abdoulaye Dao, livreur de pain et qui avait deux balles de pistolet  dans sa poche. Interrogé, il affirme avoir acheté avec un certain Yacouba Koumaré, forgeron à Kognoumani pour le compte de Souleymane Keita. Une perquisition dans la forge  permis de découvrir un arsenal de fabrication d’armes de guerre (pistolet Russe, cartouche incendiaire).

Ces fabriquant clandestins fournissaient les bandits de grands chemins. Mais la question qui se pose est de savoir comment une munition  de guerre peut-elle  se retrouver entre les mains d’un bandit ? La réponse est simple :

De retour, l’équipe de la BR croisa Madou Coulibaly dit Madouni dit  DMX,  chef d’un  gang hors paire, recherché par  tous les commissariats de Bamako. Il venait de braquer  un jeune à Banconi Farada et son compagnon dénommé Tiè Kèmè venait d’être lynché lors d’une  opération où DMX avait réussi à voler une Djakarta alors que son compagnon s’était infiltré dans une alimentation. Pris sur les faits, une foule furieuse  l’a battu à mort.

Troisième Opération : l’arrestation d’un Bandit  suite à un échange de tirs entre deux groupes de gangs ayant occasionné un mort et un blessé.

Un affrontement entre deux grands réseaux de bandits  s’est produit le 30 Janvier dernier à Nafadji. Un certain  Soloni (en fuite) aurait tiré sur  Soungo Diabaté qui a trouvé la mort. Son ami Tiècoro Baby alias Bouldé s’en est sorti avec des balles dans le bras. Et leur altercation coïncida avec le passage d’un témoin. Et pour tromper la conscience des curieux,  ils crièrent au voleur contre le passant lequel fut tabassé  par ses poursuivants avant d’être conduit à l’hôpital catholique.

En homme intelligent Tiècoro Baby Alias Bouldé parvient à s’éclipser  du centre faisant croire qu’il allait chercher les parents du défunt. C’est un inconnu qui le suivra jusqu’à son domicile et informa, le moment propice,  c’est-à-dire lors des investigations. Toute chose qui permit au Chef BR Inspecteur Diarra de mettre le grappin sur le nommé Tiècoro Baby et sa moto fut saisie. Les autres membres des gangs sont recherchés. Des sources font croire que les nommée  Souleymane  surnommé  Dianguinèbougou Soloni  aussi bien qu’un certain Mayido connus de tous, pour  leurs  actes criminels  seront mis hors d’état de nuire pour le grand bonheur de la population de la commune I.

T. Coulibaly  

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.