Hollande comme Sarko?

2
François Hollande comme Nicolas Sarkozy
François Hollande et Nicolas Sarkozy

L’actualité reste dominée par deux faits majeurs, à savoir la double défaite des actuels tenants du pouvoir en France, avec à leur tête un François Hollande aux abois: échec dans la tentative de salir, via le journal “Le Monde”, l’image, l’honneur et la dignité du Président IBK; défaite cuisante subie à l’issue des élections communales françaises.

 

 

Ces deux faits  majeurs trouvent enfin leur fondement dans la déception qui est aujourd’hui celle des Français vis-à-vis de leurs dirigeants. Essayons donc d’analyser ces deux faits, point par point.

 

 

D’abord les élections. Comment François Hollande, lui qui est parvenu à damer le pion au mégalomane Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, a pu se retrouver, à ce jour, si peu considéré par ses compatriotes ?

 

 

Nous savions que la sympathie des lendemains électoraux s’étiole au fil du temps, mais de là à imaginer que les Français allaient aussi vite récuser le Parti Socialiste, tel qu’il nous a été donné de constater à l’issue des communales françaises, c’est que quelque part quelque chose en va pas. Et il suffit que nous nous plançons dans ce “quelque chose qui ne va pas” pour comprendre qu’au délà des récentes crises qui ont secoué l’Europe, de l’incapacité du régime Hollande à faire face à la demande sociale des Français, que le “dossier Mali” prend une part active dans la descente aux enfers du Président Hollande et de son gouvernement.

 

 

Au départ, souvenons-nous, les Français étaient hostiles à une intervention française au Mali, si bien que François Hollande l’a décidée au nom de l’assistance à un peuple en danger terroriste, et selon une Résolution de l’Onu. Mis face au fait accompli, et surtout emportés par le succès enregistré en 24 heures (du 10 au 11 janvier 2013), les Français ont cependant fait bloc derrière leur Président, espérant que la guerre sera d’une courte durée. Mais au fil du temps, ils ont compris que le vrai agenda de leurs dirigeants, loin d’être une quelconque aide aux autorités maliennes, était celui d’une tentative déguisée d’amener leurs amis du Mouvement National de Libération de l’Azawad à se repositionner et à exiger du Gouvernement malien une “large autonomie”, à défaut de la partition qui était la révendication de départ. L’intervention armée n’est pas terminée, le Mnla est toujours armé, et le Mali est toujours presque privé de Kidal, dans la mesure où peu y a changé, cela malgré l’existence d’un Accord préliminaire traçant les sillons des futures négociations.

 

 

C’est qu’entre le 18 juin 2013, date de signature de l’Accord de Ouagadougou, à aujourd’hui, les maliens se sont dotés d’un Président de la République qui sait pourquoi il a été élu, et qui entend s’en tenir à cela. Point besoin de prendre des ordres ailleurs, si ce n’est de ce peuple à qui il doit. Point besoin de rouler pour un agenda autre que celui des maliennes et des maliens.

 

 

Puisque rien ne semble bouger sur le terrain plus d’un an après l’Opération Serval, le sentiment général qui anime les Français est qu’ils ont été menés en bateau par Français Hollande  et caciques. Et ils ont exprimé leur désarroi lors des deux tours des élections communales.

 

 

L’homme pris pour responsable de ce malheur, à des milliers de Km de l’Hexagone, n’est autre que notre Président bien aimé IBK. Plus de commentaire donc, car vous aurez compris les dessous de l’acharnement du journal “Le Monde” contre le Président IBK. Et il faudra plus, nous le savons, nous en sommes convaincus, pour faire plier IBK, pour qui la patrie ou la mort n’est pas un vain slogan !

 

 

Autant dire que dans la “guerre d’honneur” entre Français et Maliens, disons la “guerre pour l’honneur du Mali” incarné par IBK et la “tricherie de la France” sous l’égide de François Hollande, ce dernier risque bien d’y laisser ses plumes. Pour la simple raison qu’il marche tout droit sur les traces de Nicolas Sarkozy, avec au bout du chemin, la défaite aux prochaines consultations présidentielles !

Assane SY DOLO

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Il y a des gens parmi les modĂ©rateurs qui annules systĂ©matiquement les modifications visant Ă  dĂ©mentir ce qui Ă©crits lĂ  bas. Laissez les dĂ©lirer, seuls les incultes vont croire Ă  leurs dĂ©rives. Selon eux mĂŞme, les arabo – berbères font 550000. Supposons que c’est le cas. En 2009, Gao comptait plus de 500000 hbts, Tombouctou plus de 600000 hbts et Kidal moins de 70000 hbts. Ou est la majoritĂ©?

  2. LES GROUPES CRIMINELS MNLA ET MIA SONT TRES ACTIFS SUR WIKPEDIA.
    SUR CETTE PLATEFORME INTERNATIONALE ILS SONT ENTRAIN DE MODIFIER DE FACON MENSONGERE LES CARTES ETHNIQUES DU MALI.
    ILS ONT APPORTE DES MODIFICATIONS MENSONGERES DANS LA RUBRIQUE DE WIKIPEDIA “GUERRE DU MALI”
    J’AI PU IDENTIFIER CERTAINS NOMS DANS LES SOURCES D’ADRESSE DE MODIFICATEURS TELLES AG INTALLA , DJERY MAIGA LA TAUPE MOUSSA ASSARIDE ETC.
    AU PREALABLE C’EST UNE CARTE QUI M’A ATTIRE.
    SUR CELLE CI ILS ONT INDIQUE TOUTE LA PARTIE NORD DU MALI COMME ETANT PEUPLEE MAJORITAIREMENT D’ARABO BERBERES CE QUI EST CRUELLEMENT FAUX ET MENSONGER ET LE RESTE COMME ETANT MAJORITAIREMNET PEUPLE DE SUSAHARIENS.
    MEME SI KIDAL RESTE LA ZONE SOURCE DES TOUAREGS ILS Y SONT PAS MAJORITAIRES.
    NOUS SOMMES FACE A UN GROUPUSCULE CRIMINEL SURFANT SUR LA VAGUE ETHNIQUE QUI RESTE UNE POUDRIERE VU LA MULTICITE ETHNIQUE AU NORD MAIS AUSSI DANS LE RESTE DU PAYS.
    NOUS DEVONS BARRER LE CHEMIN A CES CRIMINELS QUI RISQUENT DE TRANSFORMER CE PAYS EN UNE POUDRIERE TELLE LA SOMALIE.
    LE MALI MULTIETHNIQUE N’ASPIRE QU’A LA PAIX ET CECI EST LE VOEU DE TOUTES LES ETHNIES DANS CE PAYS MILLENAIRE OU TOUTES LES ETHNIES VIVAIENT COTE A COTE AVEC LEURS COUTUMES ET TRADITIONS.
    NOUS APPELONS AUX SPECIALISTES INFORMATIQUES D’APPORTER LES MODIFICATIONS REELLES SUR LES MODIFICTIONS MENSONGERES APPORTEES SUR LES CARTES ETHNIQUES DU MALI SUR CETTE PLATE FORME DE WIKPEDIA INDEPENDANTE DANS LA RUBRIQUE “GUERRE DU MALI”
    VIVE LE MALI MULTI ETHNIQUE ET MILLENAIRE.
    đź’ˇ đź’ˇ đź’ˇ

Comments are closed.