Jean-Marie Le Pen perd son statut de militant FN mais reste président d’honneur

2
Jean-Marie Le Pen
Jean-Marie Le Pen

La décision du tribunal oblige désormais la direction du FN à convoquer Jean-Marie Le Pen dans toutes les instances du parti en sa qualité de membre de droit.

Le tribunal de grande instance de Nanterre est parvenu à l’exploit de remettre les Le Pen père et fille sur une même longueur d’onde. L’entourage du fondateur du FN comme celui de sa fille se félicitent ce jeudi de la décision rendue par les juges, qui ont considéré d’une part que l’exclusion de Jean-Marie Le Pen comme militant du FN était valide, mais que par ailleurs, il demeurait légitimement président d’honneur du parti qu’il a fondé. Chacun voit donc midi à sa porte.

Selon nos informations, en conséquence de cette décision, Jean-Marie Le Pen «devra être convoqué en qualité de membre de droit de toutes les instances» dirigeantes du parti dirigé par sa fille Marine Le Pen. Il pourra désormais de nouveau participer au bureau politique, au bureau exécutif, à la commission d’investiture et des conflits. Si le FN refusait de le convoquer, il serait soumis à une astreinte «de 2.000 euros par infraction constatée», ont estimé les juges. Le tribunal a par ailleurs condamné le FN à verser 15.000 euros de dommages et intérêts à son fondateur, pour lui avoir interdit d’exercer ses fonctions, et pour avoir tenté de supprimer la présidence d’honneur, malgré les précédentes décisions de justice.

De quoi ravir l’entourage de Jean-Marie Le Pen. L’exclusion de l’eurodéputé en tant que membre «n’a pas d’importance et tout ce qui compte c’est la qualité de président d’honneur», «nous considérons ça comme une victoire pour M. Le Pen», a commenté son avocat Frédéric Joachim, auprès de l’AFP. Auprès du Figaro, son entourage abonde: «En n’étant plus membre du parti mais toujours président d’honneur, sa seule contrainte est de ne plus verser sa cotisation au parti. Il va pouvoir revenir faire entendre une ligne différente. Elle ne sera peut-être pas suivie, mais au moins elle sera entendue», croit savoir Lorrain de Saint-Affrique, son actuel bras droit. «Ces décisions prennent effet immédiatement, quelle que soit la décision de l’avocat du FN. S’il fait appel, ce sera désormais perçu comme agression par les militants», juge-t-il encore.

Une «incohérence juridique totale» pour le FN

Contre toute attente, la décision ravit également l’entourage de Marine Le Pen. «Notre décision du 20 août 2015 est validée en tous points, c’est l’essentiel», a estimé Nicolas Bay, le secrétaire général du parti. Selon lui, l’élément le plus important, lié à l’exclusion de Jean-Marie Le Pen, est «validé» par la justice qui a confirmé la compétence du bureau exécutif. Concernant la conservation du statut de président d’honneur, le FN a l’intention de souligner une «incohérence juridique totale» consistant à maintenir ce statut à Jean-Marie Le Pen, alors que celui-ci pourrait être «membre voire président d’un autre parti, et capable de présenter des candidats contre le Front national». Dans l’entourage de Marine Le Pen, on compte bien s’appuyer sur cette «situation aberrante» pour saisir la justice et décider éventuellement de faire appel. Concernant l’astreinte de 2000 euros, non rétroactive, le parti de Marine Le Pen en a pris acte mais étudie toutes les options possibles comme celle d’une demande de suspension ou d’un appel concernant une partie de la décision du tribunal, indique-t-on au Figaro.

Mercredi, Marine Le Pen a précisé qu’elle n’aurait «plus» de discussion politique avec son père et qu’en cas d’une décision de justice qui invaliderait la procédure ayant conduit à l’expulsion de Jean-Marie Le Pen, elle réunirait le bureau exécutif du parti pour envisager, ou pas, de faire appel de cette décision. Elle a désormais un mois pour trancher. Elle a également souligné la difficulté pour son père de faire valoir son intention d’être réintégré tout en organisant parallèlement une offre politique concurrente autour des comités «Jeanne au secours!», en cours de constitution pour les élections législatives. En marge du procès, Me Joachim, avocat du président d’honneur du FN, avait considéré que le parti de Marine Le Pen jouerait la montre et que le conflit pourrait durer longtemps, bien au-delà des résultats de la présidentielle. En attendant, Jean-Marie Le Pen se voit offrir d’innombrables occasions de jouer les trouble-fêtes au siège du FN à Nanterre…

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

    • Siko

      Cela peut arriver …mais j’espère que ce n’est pas souhait..
      Sais tu ce qui pourrait arriver si elle est élue ????

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here