Temps Forts >
Nord du Mali : Quand la drogue passe sous les yeux de la Minusma et de Barkhane

Nord du Mali : Quand la drogue passe sous les yeux de la Minusma et de Barkhane ... (17)

Le président IBK lors de la journée du paysan 2015 : « La Minusma n’est pas là pour lutter contre les rebelles, mais pour nous aider à stabiliser et réconcilier le pays »

Le président IBK lors de la journée du paysan 2015 : « La Minusma n’est pas là pour lutter contre ... (8)

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter ... (11)

Mali: les chefs militaire et de la police de la Minusma échappent à la mort

Mali: les chefs militaire et de la police de la Minusma échappent à la mort ...

il y a 3 années
 AFP

Kenya: cinq morts, plus de dix blessés dans une explosion à Nairobi

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Un policier kenyan monte la garde sur le lieu d’un attentat à Nairobi, le 30 septembre 2012
© AFP

Cinq personnes ont été tuées et plus de dix blessées dimanche à Nairobi dans une explosion d’origine pour l’heure inconnue, à l’intérieur d’un minibus de transport collectif, a annoncé le chef de la police de la capitale, Moses Nyakwama.

« Il y a eu une explosion à Eastleigh », un quartier de la capitale kényane, habité majoritairement de Somaliens ou de Kényans d’origine somalie, a déclaré le chef de la police.

« Cinq personnes ont été tuées et plus de dix autres transportées à l’hôpital », a-t-il précisé. « Nous ne connaissons pas l’origine de l’explosion », survenue à l’intérieur d’un « matatu », un minibus de transport collectif, a-t-il poursuivi.

Aucun autre détail n’était immédiatement disponible.

Le Kenya, et notamment Nairobi, ont été la cible de plusieurs attaques à la grenade ou à la bombe depuis que l’armée kényane est entrée en Somalie en octobre 2011 pour combattre les insurgés islamistes shebab.

Ceux-ci ont plusieurs fois menacé le Kenya de représailles mais n’ont jamais revendiqué aucun de ces attentats, que les autorités kényanes leur ont néanmoins souvent attribués.

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.