La Libye ferme ses frontières du Sud

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Un soldat de l’armée libyenne à Bani Walid.
REUTERS

La Libye a annoncé ce dimanche 16 décembre 2012 la fermeture de ses frontières avec ses quatre voisins du Sud : l’Algérie, le Niger, le Tchad et le Soudan. Une décision prise par le Congrès général national, en raison de la détérioration de la sécurité dans le Sud du pays, décrété «zone militaire fermée». «Les régions de Ghadames, Ghat, Obari, al-Chati, Sebha, Mourzouk et Koufra dans le Sud libyen sont considérées comme des zones d’opérations militaires fermées, régies par les lois d’exception en la matière» précise le décret.

Avec notre correspondante à Tripoli

La décision, prise à la majorité, concerne les frontières avec le Soudan, le Tchad, le Niger et l’Algérie. Une fermeture temporaire jusqu’à ce que soit maîtrisée la circulation des biens et des personnes, selon le texte.

Le but affiché est de lutter contre l’immigration illégale, éternel problème pour la Libye, mais qui a connu un reflux récemment dans la perspective de l’intervention militaire africaine au Nord du Mali. Intervention qui est l’autre motivation de ce texte car, désormais, la crainte est grande de voir les combattants islamistes du Mali se retirer vers la Libye.

Le Sud libyen est déjà une zone instable, le théâtre depuis l’année dernière de conflits ouverts ou latents entre Toubous et Arabes, notamment à Koufra et Sebha. C’est aussi le lieu de trafics en tous genres, notamment de drogue et d’armes.

Pour appliquer cette nouvelle mesure, l’assemblée évoque la nomination d’un gouverneur militaire dans toute la zone du Sud. Mais se pose la question des moyens. Ce texte est clairement inspiré de la décision, en octobre dernier, d’intervenir à Bani Walid pour rétablir l’ordre. Mais ici, les choses diffèrent. Car dans l’état actuel de ses moyens, l’armée libyenne ne peut tout simplement pas sécuriser les 5 000 km de frontière avec ses voisins.

rfi.fr/