L’Afrique de l’Ouest est-elle prête pour une monnaie unique en 2020 ?

8
Les économistes sont divisés sur les coûts et les bénéfices du franc CFA, à la fois garant de stabilité mais monnaie trop forte pour des pays aux économies fragiles CRÉDITS : ISSOUF SANOGO/AFP
Les économistes sont divisés sur les coûts et les bénéfices du franc CFA, à la fois garant de stabilité mais monnaie trop forte pour des pays aux économies fragiles CRÉDITS : ISSOUF SANOGO/AFP

Les chefs d’Etat de la Cédéao souhaitent remplacer le franc CFA et les autres devises en cours dans la zone, mais les obstacles sont nombreux.

Lors d’un sommet des chefs d’Etat de la zone qui s’est tenu mardi 24 octobre à Niamey, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a répété sa volonté de créer une monnaie unique pour ses quinze pays dès 2020, mais le Nigeria, poids lourd de la zone, a exprimé sa réticence.

Serpent de mer dont il est question depuis trente ans, une monnaie unique pour les quinze pays de la Cédéao, qui remplacerait le franc CFA et sept autres devises nationales, apparaît difficile à mettre en place rapidement au vu des problèmes de convergence économique et financière entre les Etats. Le sommet a cependant proposé « une approche graduelle privilégiant un démarrage avec les pays qui respectent les critères de convergence », selon le communiqué final du sommet lu par le ministre nigérien des finances, Hassoumi Massoudou.

Huit monnaies différentes

Créée en 1975, la Cédéao regroupe aujourd’hui quinze pays totalisant 300 millions d’habitants qui utilisent des monnaies différentes. Huit de ces pays regroupant 155 millions d’habitants ont en commun le franc CFA, arrimé à l’euro, et sont rassemblés au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Les économistes sont divisés sur les coûts et les bénéfices du franc CFA, à la fois garant de stabilité mais monnaie trop forte pour des pays aux économies fragiles. Certains plaident pour sa réforme, par exemple en l’arrimant à un panier de monnaie euro-dollar-yuan. Le communiqué final n’a pas fait état de cette question.

Chacun des sept autres pays de la Cédéao a sa propre monnaie : l’escudo pour le Cap-Vert, le dalasi pour la Gambie, le cédi pour le Ghana, le franc guinéen pour la Guinée, le dollar libérien pour le Liberia, le naira pour le Nigeria et le leone pour la Sierra Leone. Ces monnaies ne sont pas convertibles entre elles, ce qui ne facilite pas les échanges.

Un bilan sévère

Le président de la Commission de la Cédéao, Marcel De Souza, avait indiqué dès le début du sommet qu’il pensait impossible qu’une monnaie unique voie le jour en 2020, contrairement au programme prévu. Malgré des « progrès sur la convergence macroéconomique »« les résultats sont faibles nous ne pouvons pas aller en 2020 à la monnaie unique », a-t-il déclaré.

M. De Souza a dressé un bilan sévère. « La feuille de route » pour la monnaie unique « n’a pas été mise en œuvre vigoureusement »« De 2012 à 2016, aucun de nos pays n’a pu respecter de manière continue les critères » du programme de convergence macroéconomique ; l’harmonisation des politiques monétaires « entre les huit monnaies de la Cédéao, qui devait précéder la monnaie unique », n’est pas faite ; et « l’institut monétaire », prélude à une banque centrale commune, n’a pas vu le jour, a-t-il noté.

Les chefs d’Etat ont néanmoins décidé de faire preuve de volontarisme politique, réaffirmant leur engagement à poursuivre et à accélérer « la réalisation de l’agenda de l’intégration économique et monétaire » et demandant au comité ministériel de la Cédéao de « se réunir dans un délai de trois mois pour proposer une nouvelle feuille de route en vue d’accélérer la création de la monnaie unique en 2020 », selon le communiqué final.

Manque de préparation

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a suggéré la mise en « circulation à partir de 2020 » d’une monnaie unique au sein des pays de la Cédéao « qui sont techniquement prêts », suivant le modèle européen avec l’euro. « L’adhésion » des autres Etats pourrait se faire « au fur et à mesure », a-t-il dit. Une proposition reprise dans le communiqué final.

Dans un communiqué séparé, le président nigérian, Muhammadu Buhari, a invité ses pairs à « avancer avec prudence vers l’intégration », citant l’exemple des déboires de l’Union européenne avec l’euro. Le président Buhari a pointé la persistance d’importantes disparités macroéconomiques entre les pays de la Cédéao et le manque de « préparation » des Etats pour aller vers une monnaie unique.

Un nouveau sommet des chefs d’Etat est programmé en février 2018 à Accra.

 Le Monde.fr avec AFP Le 25.10.2017 à 09h58

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. VŒUX PIEUX !!!
    Tant que la Côte d’Ivoire et le Sénégal sont les vassaux de la France et qui gèrent l’Economie et la Politique de la CEDEAO les autres président ne sont que des suiveurs !
    Peut être que l’arrivée du Maroc donnerai un peu de courage a nos dirigeants !

    • “Peut être que l’arrivée du Maroc donnerai un peu de courage a nos dirigeants !”

      Absolument pas!!!!!!!!!

      Arrêtez de remettre votre sort entre les mains des autres!

      Les marocains n’ont rien à foutre des africains…

      Le maroc veut seulement avoir accès au marcher africain c’est tout!!!

      C’est le Ghana et le Nigéria qui seraient cons de laisser une puissance maghrébine comme le Maroc venir les concurrencer… Dèja qu’ils ont du mal avec les pays francofous, entièrement soumis à la france… Si on ajoute à cela un pays arabe, le bordel s’amplifie.

      La CEDEAO deviedra un monstre immonde à 3 têtes: Ghana+Nigéria, la france (avec les pays francofous) et un pays arabe…
      Les décision vont être encore plus compliquées à être appliquées…

      Arrêtez de remettre votre sort entre les mains des autres!

  2. Il faut etre Africain et surtout esclave de la france pour pauser des questions de la sorte. Je me demande ce que ces esclaves volontaires attendent de la france pour leur independence economique et monetaire. Aussi; l’homme qui a dure dans l’esclavage n’a pas le courage ni la volonte de prendre sa vie en main car il pense que sa vie n’a de sense que dans la main de son oppresseur. Est ce que les Africains parlant la langue francaise doivent meme pauser cette question en un moment ou ils ont des intellectuels capables partout dans le monde. Un homme sans decision ou conviction est appele a souffrir et a disparaitre tout court. Ces leaders maudits de ces pays parlant francais pensent quand ils vont dire qu’ils sont pret qu’ils ne vont pas connaitre de difficulties. Il faut savoir que la vie d’un homme et surtout d’un pays est fait d’obstacles et d’inconnus. C’est dans la difficulte que l’etre humain se doucouvre. Je me demande pour quoi ces pays Africains esclaves de la france peuvent etre confortable dans la main de la france, et en laissant ce dernier controller son economie et sa monnaie. C’est vraiment triste. L’Afrique parlant francais n’est rien d’autre que la honte de l’Afrique.

  3. Chers dirigeants africains si les Américains avaient attendu pour que tout soit prêt pour leur INDÉPENDANCE….. ils seraient encore sous la domination des anglais….Dirigeants africains sachez que toute œuvre humaine s’améliore en progressant, le plus haut immeuble du Monde a commencé par la pose de la première pierre. Alors vous avez peur de QUOI? vos petites places sous les clim?????? La vraie INDÉPENDANCE de l’Afrique commencera avec UNE MONNAIE UNIQUE, C’EST A PARTIR DE LA AUSSI QUE NOTRE VÉRITABLE DÉVELOPPEMENT VA COMMENCER, à part cela tout le reste est BLA BLA BLA.

  4. “L’Afrique de l’Ouest est-elle prête pour une monnaie unique en 2020 ?”
    Seuls les africains francofous se posent toujours la question de savoir si la liberté est bonne.
    Quelle stupidité!!!

    Dès “l’heure” qui a suivi l’indépendance des USA, les américains ont frappé leur monnaie sur le modèle de la monnaie allemande…
    Mais en afrique francofolle, il y a toujours cette méfiance de la liberté, de la responsabilité, de l’avenir…
    Les africains francofous, seuls êtres humains qui maintiennent le système esclavagiste de la suprématiste franSSaise qui les asservi…

  5. comrades what is suitable plus acceptable in making ECOWAS nations ready for a single currency? Is not it already possible for those nations using CFA franc to accept others not having economic might of Nigeria so that harmonizing currencies are steps closer? Being Nigeria appear to have most to lose if this condition is not properly perform what would it take to put other nations currency value exchange compatible with those nations using same currency as Nigeria? In addition, what would it take to make all ECOWAS nations currency convertible to naira or dollar or euro or yen? In its conception ECOWAS was not comprised with due thought being currency exchange between ECOWAS nations should have been at forefront of ECOWAS establishment however, that do not prohibit us from now equitably doing what should have been done then. Being it appear major drawback is value of existing currency, stability of value plus control of printing of more that currency there have to be openness plus accountability to fullest extent thus, again corruption becomes a major factor. For corruption have likely rendered some of currency without value beyond its nation borders. Cure corruption we cure virtually all of Africa’s problems but unto we bring corruption monster under control we need find methods of giving as much due value as possible to existing currency while we eliminate causes which pervert that money value. Unfortunately most effective changes start with timely eliminating corrupt plus incompetent leadership by any means necessary. Corruption cause Buntu at first sight very much appear to be a broken people hiding behind illusions but many of us know a few leadership changes would immediately transform some African nations thus, transform all of Buntu Africa. Very much sincere, Henry Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan aka Gue. translationbuddy.com

  6. je suis tout a fait d’accord avec l’idee d’avoir une monnaie unique dans la sous region. L’integration africaine doit commencer a aller de l’avant. Une monnaie sous-regionale posera les bases solides pour une cohesion et harmonization de la sous region et dans l’avenir de l’Afrique toute entiere. Nous devrons coute que coute sortir de l’emprise occidentale surtout francaise. Les africains doivent commencer a s’entendre a etre souder pour que nous allons de l’avant. L’emergence de la monnaie unique serait tres tres salutaire pour notre deliverance economique.
    Vivement la monnaie CEDEAO!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here