Laurent Gbagbo, quelques jours avant sa capture dans le bunker : «On n’a pas besoin de mourir pour une élection»

15

Pendant qu’il était acculé de toute part et sous les feux des bombardements des hélicoptères de l’Onuci et de la Force Licorne, l’ancien président a trouvé le moyen d’appeler la télévision française LCI pour s’exprimer sur le drame qu’il vit. Cet entretien fut la dernière interview que Laurent Gbagbo a accordée à un média jusqu’aujourd’hui. C’était le mardi 5 avril à 19H30. Un an après sa chute, L’Expression dépoussière pour vous cette ultime interview de Laurent Gbagbo.

Bonsoir Monsieur le Président, je suis très ému de vous avoir au téléphone ce soir. Comment vous vous portez ?

Un peu fatigué, mais ça va.

Est-ce que les négociations avancent ?

Vous allez un peu trop vite en besogne. Je vais vous décrire ce qui s’est passé. La semaine dernière, les forces de Ouattara que nous appelons ici des rebelles, mais, vous n’êtes pas obligé de partager notre terminologie, ont pris beaucoup de villes en Côte d’Ivoire et sont rentrés à Abidjan. Alors, l’armée régulière a contre-attaqué. Et, au moment où l’armée, pensait les avoir suffisamment affaiblies sur Abidjan et donc s’apprêtait à lancer une grande contre-offensive pour aller à l’intérieur du pays, hier lundi, la France a opéré des frappes aériennes avec des avions de guerre et a bombardé des sites stratégiques d’Abidjan.

Est-ce que vous pensez que la France a outrepassé le mandat que lui donnait la résolution de l’Onu ?

Je ne connais pas de résolution de l’ONU où cette institution demande à la France de rentrer en guerre contre nous. Or, hier lundi (4 avril 2011, Ndlr), la France est rentrée directement en guerre contre nous. Avant cela, elle était en guerre contre nous. Elle transportait les troupes rebelles d’un point à un autre, elle les armait. Mais, hier, c’était vraiment la seule fois où la France est rentrée directement en guerre. Toutes les soutes à munitions de l’armée à Abidjan ont été bombardées. Le palais de la présidence a été bombardé ; la résidence du chef de l’Etat a été bombardée pendant que je m’y trouvais ; la Rti a été détruite.

Vous-mêmes, vous vous battiez ; vos troupes fidèles se battaient aussi !

Ah oui ! Mais, elles se battaient contre la rébellion et non pas contre la France.

Avez-vous aujourd’hui confiance dans la parole de M. Juppé ou du président Nicolas Sarkozy ? Est-ce que vous pouvez discuter avec eux ?

Excusez-moi, je n’ai pas envie de parler de ces messieurs-là. Quand le moment sera venu, nous parlerons certainement. Je n’ai pas compris et je ne comprends toujours pas comment un litige électoral en Côte d’Ivoire entraîne l’intervention directe de l’armée française dans ce conflit.

Il semble que Paris indique que vous réclamez des garanties pour votre sécurité.

Moi ? Je n’ai jamais dit ça. Ce que je souhaite, c’est que l’armée a demandé une cessation de belligérance, ce qu’on appelle communément un cessez-le feu. L’armée est en train de discuter des modalités de ce cessez-le-feu avec les autres forces en présence. Ça, nous le savons. Mais sur le plan politique, aucune discussion n’est engagée.

Vous n’êtes donc décidé, Monsieur le Président, à laisser la place à Alassane Ouattara ?

Mais, écoutez ! Le débat de fond demeure et ce débat de fond est simple. Qui a gagné l’élection présidentielle du 28 novembre et qui l’a perdue? Alors, avec ce débat, on est rentré progressivement dans une situation de guerre. Je dis que la France est rentrée dans cette guerre-là et a repris les postes de nos forces armées. On va voir comment on va faire et comment on peut discuter…

Monsieur le Président, est-ce que je vous ai bien compris ? Vous ne reconnaissez toujours pas la victoire d’Alassane Ouattara ?

Mais il n’a pas gagné les élections monsieur ! Comment voulez-vous que je le dise ? Il n’a pas gagné les élections ! Lui dit que je n’ai pas gagné les élections, c’est ce qui est le débat.

Pour ramener la paix à Abidjan, êtes-vous prêt à quitter la présidence ?

Pour ramener la paix en Côte d’Ivoire, il faut que nous discutions tous les deux. C’est ce qui est le plus important. Que chacun présente ses arguments. Les choses sont simples.

Est-ce que cela veut dire que ce soir, vous réclamez un tête-à-tête avec Alassane Ouattara ?

Ça fait longtemps que nous sommes en Côte d’Ivoire et nous avons eu plusieurs tête-à-tête, nous nous sommes téléphoné. Mais depuis que nous sommes rentrés dans cette crise, chacun campe sur ses positions. Nous attendons.

On dit que vous êtes dans un bunker avec votre famille.

Ce n’est pas moi qui ai construit ce bunker et alors ! (Rires)

Vous pouvez rester dans ce bunker ?

Mon problème, ce n’est pas de rester dans ce bunker ou de rester dans un bâtiment ou pas. Mon problème est qu’on trouve une issue à cette crise qui n’aurait jamais dû être militaire. Elle l’est, il faut qu’on lui trouve une issue.

Comment imaginez-vous la sortie de cette crise ?

Oh ! vous savez…. Euh, (il hésite puis continue) Pourquoi vous posez d’ailleurs cette question ?

Parce que j’essaie d’imaginer comment les choses vont se passer dans les heures qui viennent et qu’est-ce que vous pouvez réclamer…

Ce que je peux réclamer ? La vérité des urnes, c’est tout et c’est ce que j’ai toujours réclamé.

Cela reste sous-entendre que pour rien au monde vous êtes prêt à laisser un autre qui, selon vous, n’a pas gagné les élections à prendre votre place ?

Oui, mais….votre mot jamais est trop, parce qu’il ne faut jamais dire jamais ! Vous me demandez ce que je réclame, je réclame la vérité des urnes.

Donc vous êtes prêt à mourir pour la vérité des urnes ?

A mou…, je n’ai pas bien entendu votre question !

Est-ce que vous êtes prêt à mourir pour votre pays et pour imposer cette vérité des urnes ?

On n’a pas besoin de mourir… J’avais proposé depuis quelque temps qu’on recompte les bulletins de vote. Est-ce qu’on a besoin de mourir pour ça ?

Ce n’est pas trop tard ?

On n’a pas besoin de mourir pour ça ! En plus de recompter les votes, qu’on respecte aussi la légalité constitutionnelle. Les institutions de la République de Côte d’Ivoire disent que j’ai gagné ! Pourquoi on s’en détache alors que dans toutes les élections qui ont lieu actuellement en Afrique, ce sont les Conseils constitutionnels qui proclament les résultats. Brusquement on arrive en Côte d’Ivoire, on estime que non. Ce n’est pas compliqué pourtant.

Mais ça fait quand même quatre mois que la crise dure.

Oui, ce n’est pas compliqué et ce n’est pas moi qui complique la situation ou qui allonge le délai. Ce sont ceux qui ne veulent pas qui ne veulent ni recompter les voix, ni appliquer les résultats proclamés par les institutions de la République. (Il est interrompu par le journaliste).

Monsieur le président ?

Oui !

… Vous menez un combat depuis une semaine très difficile…

Oui, très

…Et on vous sent fatigué ?

Oui, fatigué, je le suis ! Je suis très fatigué !

Vous n’avez pas envie de tout lâcher ?

Pourquoi aurais-je envie de tout lâcher ? Si j’avais voulu tout lâcher, on n’aurait pas eu le multipartisme en Côte d’Ivoire.

Propos retranscrits par Kra Bernard

Publié le mercredi 11 avril 2012   |  L’expression (via abidjan.net)

 

PARTAGER

15 COMMENTAIRES

  1. une chose est sure, beaucoup réfléchiront par mille fois avant de tenter d’usurper le pouvoir au peuple. et les septiques peuvent demander à Seplou… 😀

  2. ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. Malgre le chaos que la France organise au Mali a l’instar de ce qu’elle a fait en Cote d’Ivoire, je vois qu’il y a encore des gens au Mali qui ne comprennent toujours pas la lecon de Gbagbo aux Africains. Ouattara est ce qu’il a toujours ete: un imposteur, heureusement tres vite demasque par les Ivoiriens. Il a su se camoufler aux travers de ses affinites linguistiques bambara avec les Maliens et Guineens etant Gbin du Burkina, pour se glisser dans la vie publique ivoirienne et y demeurer pour etre enfin le joker de la France predatrice en Afrique.

    Que les Maliens apres 2 mois de crise ne comprennent encore rien et pensent naivement que le Nord du Mali sera recupere par la Cedeao est desolant et prouve qu’ils sont encore tres en retard sur les Ivoiriens dans le cernement des enjeux geostrategiques de la soudaine montee de la rebellion Touareg. Je vous plains beaucoup chers Maliens. Vous ne mettrez pas longtemps a comprendre que c’en est fini du Mali tel que vous l’aviez connu. Les Nouvelles frontieres du Mali viennent d’etre dessinees avec votre naive acceptation du fait accompli. L’esperance de l’exploitation petroliere et des ressources du Nord pour les fils et filles du Mali viennent de s’evanouir. C’en est fait de vous. Gbagbo n’est pas dictateur ni tyran ou quoi que ce soit comme la France et ses medias ont tente de le depeindre. C’est un nationaliste qui a defendu son pays contre une agression exterieure dont ce sont helas rendu complices de nombreux Maliens. Que deviendront les millions de Mliens de Cote d’Ivoire quand les Ivoiriens sonneront l’heure de la vengeance?

  4. Il ne faut pas oublier que c’est Gbagbo qui a demandé à la France d’intervenir quand ça bougeait dans le Nord.Mais la France n’a pas voulu tirer sur des Ivoiriens ,elle a mis en place une force d’interposition qui lui a coûté fort cher.N’oublions pas non plus qu’il avait signé des accords qu’il n’a pas respectés

  5. Jamais je n’ai vu un pays cité comme impliqué dans les affaires des États africains comme la France. Il faut avoir honte un peu vous aussi et sa population également ne dit rien vraiment la France vous nous emmerdez avec votre ingérence dans les affaires des états

    • Merci Frère C H Dao pour la pertinence de ta pensée. Merci d’avoir su la vérité sur ce qui se passe encore en CI. Mais ce coup d’État de la France contre l’ordre constitutionnel en CI prendra fin et la vérité sera rétablie et le vrai vainqueur de ces élections en CI sera réhabilité dans le fauteuil présidentiel.
      Merci à tous les Africains dignes!

  6. Tot ou tard la verite triomphera ce grand monsieur digne fils d afrique a ete accuse de tout,maintenant avec ADO(valet de la france en afrique )les maliens ont compri qui il est reellement.

    • Merci Frère RAFIK car toi aussi, tu as compris les enjeux du coup d’État de la France en CI. Dignes Africains, soyez rassurés que la CI sera réhabilitée avec son VRAI PR, GBAGBO et ce Sous-Préfet Dramane s’en ira comme il est arrivé par effraction en CI.

  7. Sous ADO c’est la françafrique qui va continuer .Il faut dégager les faux leaders africains (Blaise compaoré ,Paul Biya ,Deby Itno ,François Boizizié ,Ismael de Djibouti ,TGV de Madagascar ,ADO,Gnassimbé de togo ,Kabila et Denis Sasso Nguesso des deux Congo…) il faut enlever toutes ces tètes .Ils sont à la botte de cette merde de FRANCE !

    • en tout cas tout ces dirigeants dictateurs sont dans les poches de la France
      et pour peur que la France pousse leur population au révolte ils ( les dictateurs ) sont obligés de suivre la France comme un chien qui suit sont maître

    • Merci Frère Eduardo car tu a compris le coup d’Etat de la France contre les institutions de CI. A bas les sous-préfets de la France en mission en Afrique.

  8. 😆 😆 😆 . Le pouvoir ne cessera jamais de nous donner des lecons. Il y en reste encore ces dictateurs africains sous conmandements d la france et de l’angleterre.
    Ne vous en faites pas, le peuple ne dort pas, le reveil et le changement ne font que commencer. La nouvelle generation nous donnera l’autonomie entiere et vous allez aller venir vers nous et begueant. La roue a toujours tourne tot ou tard et cela est un fait de notre Nature.

    • Merci 1filsdumali pour le soutien aux Ivoiriens. Vive l’Afrique digne et libérée!

Comments are closed.