Le programme tous-Acp relatif aux produits de base agricoles / La dissémination pour les régions Afrique de l’Ouest et centrale

0

Le programme tous-Acp relatif aux produits de base agricoles lancé en 2007 a été conçu sur la base d’un constat persistant : la trop forte dépendance de nos économies d’une ou de quelques produits de base agricole, réduisant ainsi les possibilités de concevoir une stratégie pérenne de réduction de la pauvreté, a expliqué Daniel Evina Abe’e, Ambassadeur du Cameroun à Bruxelles, représentant pour l’Afrique centrale au sein du Comité de pilotage du programme tous-Acp relatif aux produits de base agricoles.

C’était à l’hôtel Salam, à l’ouverture de l’Atelier destiné les 28 et 29 novembre 2011, à la dissémination pour les régions Afrique de l’Ouest et centrale du programme intra Acp relatif aux produits de base agricoles. « Ce programme a été défini pour contribuer à réduire la dépendance de nos pays vis-à-vis d’un nombre réduit de produits de bases agricoles. Nous ne devons pas pour autant le comprendre comme étant uniquement un programme de soutien aux produits d’exportation. J’ai compris que dans les jours à venir, seront abordées aussi bien les stratégies pour le développement de secteurs d’exportation dans le sens des échanges intra-régionaux, voire même dans une vision de substitution à l’exportation », a indiqué Daniel Evina Abe’e, Ambassadeur du Cameroun à Bruxelles.

Cet atelier de dissémination marque la clôture prochaine du ‘’Programme Tous ACP relatif aux produits de base agricoles’’ financé à hauteur de 45 millions d’euros par l’Union européenne. Un tiers de ce budget est consacré au secteur coton pour contribuer à la mise en œuvre du Partenariat UE- Afrique sur le coton, qui sera l’objet d’une importante réunion le 30 novembre à Bamako. Selon Secrétaire Générale du ministère de l’Industrie des Investissements et du Commerce du Mali, Mamadou Traoré, représentant le ministre, le Programme dit 3Acp comprend trois composantes concernant le développement participatif de stratégies sectorielles ; la mise en œuvre de ces stratégies et l’introduction d’instruments de gestion de risques basés sur le marché. L’objectif final de ces interventions est de promouvoir la compétitivité de notre secteur agricole afin qu’il continue de contribuer au rôle socio-économique qui est le sien, notamment en matière de réduction de la pauvreté. S’agissant des régions de l’Afrique de l’Ouest et du centre, le Comité de pilotage du programme a approuvé un portefeuille de projets représentant une somme totale d’environ 15 millions d’euros.

Cette somme a servi essentiellement à alimenter des projets pilotes dont les résultats sont en débat. Le programme soutient des activités dans les secteurs du café, manioc, coton, gomme arabique, produits horticoles, sans oublier des activités transversales telles la formation en gestion de risques ou la consolidation de bourses d’échanges agricoles. Pour Mamadou Traoré, le Mali s’estime privilégié d’abriter un bon nombre de projets entrepris sous l’égide du programme 3Acp, comme le Centre régional technique, le projet pour la prévention de la contamination de la graine de coton, le projet sur les bonnes pratiques agricoles et la gestion intégrée de la production et des déprédateurs, l’appui au secteur malien de la gomme arabique. «  Sur un total de 45 millions d’euros budgétisés pour ce programme, 45 % ont été affectés pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, pour financer un ensemble de 65 différentes interventions en appui aux secteurs des cultures vivrières», selon David Mogolon, chef de la section Développement rural à la Délégation de l’Union européenne au Mali.                                                           

 B. Daou

 

PARTAGER