LĂ©gislatives au Maroc : Victoire des forces du PJD

0

Les islamistes marocains, Ă  la tĂŞte du gouvernement depuis 2011, ont remportĂ© les Ă©lections lĂ©gislatives du vendredi 7 octobre pour une deuxième mandature de cinq ans. Selon des rĂ©sultats encore provisoires mais officiels, et après le dĂ©pouillement de l’intĂ©gralitĂ© des bulletins de vote, le Parti de la justice et du dĂ©veloppement (PJD) obtient 125 dĂ©putĂ©s, contre 102 Ă  son principal rival, le Parti authenticitĂ© et modernitĂ© (PAM, libĂ©raux) sur un total de 395 sièges. Le taux de participation s’Ă©lève Ă  43 %.

Le Parti de la Justice et du DĂ©veloppement (PJD) jouit d’une confortable avance pour mener les tractations en vue d’une coalition gouvernementale. Si son adversaire principal, le Parti AuthenticitĂ© et ModernitĂ© (PAM), talonne de près la formation islamiste au pouvoir en nombre de sièges, ces rĂ©sultats sonnent comme une nouvelle victoire du PJD, qui a menĂ© campagne sur son bilan gouvernemental et sur la probitĂ© de ses reprĂ©sentants.

Pour ces Ă©lections lĂ©gislatives marocaines, le parti dit ” de la lampe “, en rĂ©fĂ©rence Ă  son sigle, a su mobiliser les foules au cours des meetings Ă©lectoraux qui ont pu rassembler jusqu’Ă  20.000 personnes. Le rĂ©fĂ©rentiel religieux du PJD est vertement critiquĂ© par ses adversaires politiques du PAM, qui se prĂ©sentent, pour leur part, comme les dĂ©fenseurs des libertĂ©s individuelles au sein de la monarchie constitutionnelle marocaine.

Le Parti authenticitĂ© et modernitĂ© obtient cette annĂ©e un nombre de sièges suffisant pour reprĂ©senter une opposition tenace au parti du Premier ministre sortant, entre les socialistes du PPS, les conservateurs de l’Istiqlal ou encore les libĂ©raux du Rassemblement national des indĂ©pendants (RNI). Reste Ă  savoir quelle sera la stratĂ©gie d’alliance pour la formation islamiste, qui avait remportĂ©, Ă  la faveur d’une rĂ©forme constitutionnelle en plein printemps arabe, une victoire historique en 2011.

Le parti de l’Istiqlal (PI) et le Rassemblement National des IndĂ©pendants (RNI) ont obtenu respectivement 31 et 30 sièges, alors que le Mouvement populaire (MP) a remportĂ© 21 sièges. Au mĂŞme moment, l’Union constitutionnelle (UC) se contentait avec 16 sièges et l’Union socialiste des forces populaires (USFP), 14 sièges. Le Parti du progrès et socialisme (PPS), 7 sièges, le Mouvement dĂ©mocratique et social (MDS) 3 sièges, la FĂ©dĂ©ration de la gauche dĂ©mocratique (FGD), 2 sièges et le reste des partis deux sièges.

D’après le constat des observateurs, les Ă©lections se sont dĂ©roulĂ©es dans la sĂ©curitĂ© et la transparence. Les bureaux de vote ont Ă©tĂ© ouverts Ă  l’heure comme prĂ©vu dans le code Ă©lectoral et tous les matĂ©riels sur place. Au cours de ces lĂ©gislatives, les partis politiques ont fait d’une grande maturitĂ© dĂ©mocratique. D’oĂą cette dĂ©claration de M. Salahedine Mezouar, prĂ©sident du Rassemblement national des indĂ©pendants qui a tenu Ă  saluer l’ensemble de la classe politique marocaine. Deux faits significatifs ont marquĂ© le scrutin du vendredi. Primo, il y a eu la forte mobilisation des habitants des Provinces du Sud du pays dans les bureaux de vote. Cette mobilisation, devenue traditionnelle, traduit l’attachement indĂ©fectible des populations concernĂ©es Ă  leur Nation.

Secundo, les citoyens ont librement exprimé leur choix démocratique dans le calme et la sécurité. Toutes choses qui prouvent à suffisance l’ancrage démocratique du Maroc et le réconforte dans son statut de pôle de stabilité sous la conduite de M6.

B.Koné

 

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here