Les Etats-Unis prennent des mesures Ă  l’encontre du leader rebelle congolais du M23

0
Le colonel Sultani Makenga est devenu « général de brigade » de la branche militaire du M23 rebaptisée l’Armée révolutionnaire du Congo.
REUTERS

Les Etats-Unis ont annoncĂ© qu’ils plaçaient le chef des rebelles congolais du Mouvement du 23-Mars (M23), Sultani Makenga, sur leur liste noire des personnes physiques ou morales sanctionnĂ©es pour leur participation au conflit en RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo. L’ONU a Ă©galement indiquĂ© avoir pris des sanctions Ă  l’encontre de Sultani Makenga.

 Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

C’est le dĂ©partement du TrĂ©sor qui est Ă  l’origine de la dĂ©cision. Selon le ministère amĂ©ricain des Finances, Sultani Makenga est Ă  l’origine « d’horreurs Ă  grande Ă©chelle commises contre la population de RDC, notamment du recrutement d’enfants soldats et de campagnes de violence contre les civils ». Le TrĂ©sor amĂ©ricain affirme Ă©galement que le M23 a reçu des cargaisons d’armes, en violation de l’embargo international qui vise la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo.

En conséquence, les éventuels avoirs que le chef du mouvement pourraient détenir aux Etats-Unis sont gelés et tout ressortissant américain qui engagerait des relations commerciales avec Sultani Makenga s’exposerait à des poursuites judiciaires.

Les Nations unies a également engagé des sanctions contre le chef du M23 : une interdiction de voyager et le gel de ses avoirs ont été émis par l’ONU. Sur son compte Twitter ce mardi soir, l’ambassadrice américaine à l’ONU Susan Rice se félicitait de ces deux décisions : « Ces sanctions contre Sultani Makenga montrent que le monde ne restera pas inactif devant les atrocités commises sous ses ordres par le M23. »

Le 19 octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU avait exprimé son soutien aux experts onusiens qui accusent dans un rapport le Rwanda et l’Ouganda d’armer le M23.

RFI / mercredi 14 novembre 2012

PARTAGER