Temps Forts >
Le président IBK lors de la journée du paysan 2015 : « La Minusma n’est pas là pour lutter contre les rebelles, mais pour nous aider à stabiliser et réconcilier le pays »

Le président IBK lors de la journée du paysan 2015 : « La Minusma n’est pas là pour lutter contre ... (16)

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter

Yaya Jammeh: Si l’Union européenne tue un Gambien, Bilahi, walahi, talahi, je vais riposter ... (17)

Mali: les chefs militaire et de la police de la Minusma échappent à la mort

Mali: les chefs militaire et de la police de la Minusma échappent à la mort ...

Affaire Tomi et marche patriotique à Bamako :  Des diplomates Occidentaux dans le viseur du président IBK

Affaire Tomi et marche patriotique à Bamako : Des diplomates Occidentaux dans le viseur du président ... (27)

il y a 2 années
 AFP

Les otages français au Sahel sont « vivants », selon Paris

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à Paris, le 11 juillet 2012.

 Les otages français au Sahel sont « vivants » mais les tentatives pour leur libération sont « pour l’instant » restées vaines, a déclaré lundi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

« Ils sont vivants, mais pour l’instant les initiatives que nous prenons pour obtenir leur libération sont restées vaines, et non seulement sont restées vaines mais il y a un otage de plus, donc il faut aussi enrayer ce processus et faire en sorte que tout cela se décline de la meilleure manière », a déclaré le ministre interrogé par la radio France Culture.

Il faisait allusion à l’enlèvement, fin novembre dans l’ouest du Mali, d’un Français de 61 ans, Gilberto Rodriguez Leal.

Huit Français sont retenus en otages à l’étranger, tous sur le sol africain. Parmi les huit otages, sept sont détenus par des groupes islamistes au Sahel et un en Somalie.

Le ministre français a par ailleurs affirmé qu’il « respecte la parole de ce frère d’un otage » qui s’est adressé par vidéo aux ravisseurs. « Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure méthode pour notre part pour obtenir la libération des otages, mais je partage cette souffrance et cette inquiétude », a-t-il dit.

Clément Legrand, frère d’un des quatre otages français enlevés au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) s’est adressé début décembre aux ravisseurs dans une vidéo dans laquelle il affirme ne pas comprendre « pourquoi tout est bloqué ».

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.