Libye : les pro-Kadhafi redonnent de la voix

1
Libye : les pro-Kadhafi redonnent de la voix
Liberation.fr/LibĂ©ration.fr – Image tirĂ©e d’une vidĂ©o du «ComitĂ© rĂ©volutionnaire international» et prĂ©sentĂ©e comme un rassemblement pro-Kadhafi, le 31 juillet Ă  Brak al-Shati, dans le centre de la Libye.

Parias depuis la mort du «Guide», ses partisans manifestent alors que des nĂ©gociations sous l’Ă©gide de l’ONU sont en cours en vue de former un nouveau gouvernement et que des figures de l’ancien rĂ©gime ont Ă©tĂ© lourdement condamnĂ©es par un tribunal de Tripoli.

Ils étaient invisibles depuis la mort de Muammar al-Kadhafi, en octobre 2011. Ceux qui ne s’étaient pas exilés en Egypte, en Tunisieou à Malte restaient silencieux. Mais, depuis la mi-juillet, les partisans du «Guide» tentent de se faire entendre en Libye. Ils n’hésitent plus à manifester en brandissant le drapeau vert de la Jamahiriyah et des photos de l’ex-dictateur. Le mouvement n’est pas massif ; les manifestations ne rassemblent que quelques dizaines à quelques centaines de personnes. Mais elles se propagent, de Bani Walid, Sebha, et Syrte, dans le nord et le centre du pays, à Benghazi et Tobrouk, dans l’Est. «Même si le nombre de manifestants n’est pas très élevé, ces rassemblements constituent un signal qu’il faut écouter», explique Virginie Collombier, chercheuse à l’Institut universitaire européen à Florence, en Italie, et associée au Norwegian Peacebuilding Resource Centre (Noref).

Dans une Libye dĂ©chirĂ©e par les luttes entre ex-brigades rebelles et fragilisĂ©e par l’implantation de l’Etat islamique (EI), les anciens partisans de Kadhafi restent des parias. Ils ont conservĂ© quelques fiefs, dont Bani Walid et Syrte, mais ne sont pas reprĂ©sentĂ©s Ă  Tripoli et Tobrouk, oĂą siègent deux gouvernements rivaux. Ils ne participent pas non plus au dialogue d’union nationale menĂ© sous l’égide des Nations unies. Les premières manifestations coĂŻncident d’ailleurs avec la signature, le 16 juillet Ă  Skhirat, au Maroc, d’un accord prĂ©liminaire en vue de la crĂ©ation d’un nouveau gouvernement. «Cet accord a Ă©tĂ© vu comme une avancĂ©e, mais il ne règle pas la question des tribus et des communautĂ©s, dont les anciens proches du rĂ©gime Kadhafi, qui sont exclues depuis 2011. Il n’est pas surprenant qu’une partie (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

PARTAGER

1 commentaire

  1. “L’ex-dictateur” ? Mais qui est moins dictateur que Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein au Proche-Orient ? L’Arabie saoudite, le KoweĂŻt, l’Egypte ?

Comments are closed.