Libye: un tribunal condamne Ă  mort un fils de Kadhafi et 8 proches

2

Un tribunal libyen a condamné à mort Seif al-Islam Kadhafi, le fils le plus en vue du défunt dictateur, ainsi que huit proches de ce dernier.

 Seif al-Islam Kadhafi

Un tribunal libyen a condamné à mort mardi Seif al-Islam Kadhafi, le fils le plus en vue du défunt dictateur, ainsi que huit proches de ce dernier, après un procès éclipsé par les violences et les divisions politiques. Le tribunal siégeant à Tripoli, où règne une coalition de milices en partie islamistes, a notamment condamné à mort le dernier Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, et son ex-chef des services de renseignements, Abdallah Senoussi.

Les 37 prĂ©venus Ă©taient jugĂ©s pour leur rĂ´le dans la rĂ©pression meurtrière de la rĂ©volte ayant mis fin Ă  l’ancien rĂ©gime en 2011. Seif al-Islam Kadhafi, qui Ă©tait souvent prĂ©sentĂ© comme le successeur potentiel de l’ex-dictateur, Ă©tait absent Ă  l’audience, car il n’est pas aux mains des autoritĂ©s siĂ©geant Ă  Tripoli. Depuis son arrestation en novembre 2011, il est dĂ©tenu Ă  Zenten, au sud-ouest de Tripoli, par des milices opposĂ©es aux autoritĂ©s de Tripoli. La capitale est contrĂ´lĂ©e par la coalition de milices Fajr Libya, qui y a Ă©tabli un gouvernement et un Parlement non reconnus par la communautĂ© internationale. Plus de trois ans après la chute du rĂ©gime Kadhafi, la Libye est en proie au chaos, et les institutions libyennes reconnues siègent dans l’est du pays.

Accusations multiples

Pendant le procès qui s’Ă©tait ouvert dans la capitale libyenne en avril 2014, Seif al-Islam a comparu par vidĂ©oconfĂ©rence depuis Zenten. La majoritĂ© des autres accusĂ©s sont dĂ©tenus Ă  Tripoli, mais huit d’entre eux sont emprisonnĂ©s Ă  Misrata (200 kilomètres Ă  l’est de Tripoli) oĂą les autoritĂ©s sont infĂ©odĂ©es Ă  Fajr Libya. Ils sont accusĂ©s d’assassinats, de pillages et sabotages, d’actes portant atteinte Ă  l’union nationale, de complicitĂ© dans l’incitation au viol et de recrutement de mercenaires africains.

Le procès a Ă©tĂ© critiquĂ© par les dĂ©fenseurs des droits de l’homme en raison des restrictions d’accès de la dĂ©fense, et marquĂ© par un diffĂ©rend toujours en cours avec la Cour pĂ©nale internationale (CPI) au sujet de sa compĂ©tence Ă  juger Seif al-Islam. Seif al-Islam et Abdallah Senoussi font Ă©galement l’objet de mandats d’arrĂŞt de la CPI pour crimes de guerre prĂ©sumĂ©s lors de la rĂ©volte. En mai 2014, la CPI, qui a rĂ©clamĂ© Ă  maintes reprises une extradition de Seif al-Islam, avait dĂ©boutĂ© les autoritĂ©s libyennes de leur demande de le juger devant les tribunaux libyens, en raison des doutes sur la capacitĂ© de Tripoli Ă  lui garantir un procès juste et Ă©quitable. La CPI avait toutefois donnĂ© son feu vert Ă  la Libye pour juger Abdallah Senoussi.

SOURCE AFP avec  Le Point.fr

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Quand papa Ă©tait sur le trĂ´ne, les fils Kadhafi (tout comme ses proches d’ailleurs!) Ă©taient de vĂ©ritables MONSTRES!

    Comme quoi, tout se paye un jour ou l’autre! 8) 8) 8) 8)

  2. Allez y voir des youtubes sur le pere vous comprendrez ce que le fils etait aussi capable .ou en affrique qt le pere est au pouvoir le fils oubli ces limites .la justice sur terre est un reflet de celui de dieu.Akira ne sera pas facile ayons toujs cela en esprit qt nous agissons sur cette terre.
    Le pouvoir accorde a satan et ces accoloite n’est qu’une duree.

Comments are closed.