Mali – Les députés s’intéresseront aux conditions exactes et à la légalité de l’intervention

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

L’Assemblée nationale. © Witt / Sipa

La présidente PS de la commission de la Défense de l’Assemblée, Patricia Adam, réclame plus largement les budgets « nécessaires » à de telles interventions.

Les députés voudront connaître les conditions exactes de l’intervention armée au Mali et vérifier sa légalité, a jugé samedi la présidente PS de la commission de la Défense de l’Assemblée, Patricia Adam, réclamant plus largement les budgets « nécessaires » à de telles interventions.

À la question de savoir quelles seront les questions posées au Parlement, Patricia Adam a répondu par téléphone à BFMTV : « Comme on le fait toujours, d’abord avoir l’exactitude des conditions dans lesquelles se sont exercées les interventions et vérifier la légalité de nos interventions. » Aucun vote n’aura lieu à l’Assemblée nationale, mais « lundi soir, réunion à Matignon avec tous les responsables des deux assemblées et, mardi, auditions en commissions » de l’Assemblée nationale et du Sénat, a précisé le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, samedi sur son compte twitter.

Les Européens attendus au tournant

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a répété samedi avoir téléphoné dès vendredi soir aux responsables de tous les partis politiques, de l’opposition comme de la majorité, et qu’il recevrait lundi les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat ainsi que les présidents de groupes politiques et ceux des commissions des Affaires étrangères et de la Défense des deux assemblées.

Soulignant les travaux sur le Livre blanc pour la défense et sur la loi de programmation militaire, la présidente de la commission de l’Assemblée a appelé samedi à « consacrer les moyens nécessaires à l’intervention de nos forces ». « Les budgets qui vont être consacrés à la défense doivent permettre d’intervenir en toute sécurité pour les hommes qui interviennent et pour la sauvegarde des populations concernées », a poursuivi cette élue du Finistère. Sur l’intervention militaire au Mali, « j’espère que d’autres pays européens nous rejoindront rapidement, les Britanniques se sont exprimés sur ce sujet », a ajouté Patricia Adam. « On a des contacts régulièrement – également au niveau du Parlement – pour que ce soit l’Europe qui intervienne, même si, au Mali, les forces prépositionnées de la France permettaient d’intervenir plus facilement », a-t-elle précisé.

SOURCE:  du   12 jan 2013.