Mali-Syrie: nouvelles terres du djihad pour les Français

2

On ne parle encore que de dizaines de cas, mais le phĂ©nomène inquiète dĂ©jĂ  les spĂ©cialistes de l’antiterrorisme.

Un islamiste instruit un enfant de 13 ans sur le maniement des armes, fin septembre au Mali. Crédits photo : AP

Quelques dizaines de jeunes Français sont partis ces derniers mois de l’Hexagone dans l’espoir d’accomplir le «djihad» au Mali et en Syrie. Au Sahel, les candidats Ă  la guerre sainte cherchent Ă  rejoindre la nĂ©buleuse rassemblĂ©e autour d’al-Qaida au Maghreb islamique, qui contrĂ´le le nord du Mali. En Syrie, il s’agit d’aller combattre le rĂ©gime «hĂ©rĂ©tique» de Bachar el-Assad, aux cĂ´tĂ©s de groupuscules salafistes ou djihadistes, apparus rĂ©cemment.Il y a quelques annĂ©es, de nombreux jeunes partaient au YĂ©men, en Afghanistan ou en Irak, après avoir suivi un endoctrinement en France ou dans certains «centres de langues» en Arabie saoudite ou au Caire. La plupart de ces pays ayant perdu leur pouvoir d’attraction, «le Mali et la Syrie sont devenus les nouvelles routes du djihad», affirme le juge antiterroriste Marc TrĂ©vidic. «Avec le Mali, les dĂ©parts ne sont pas encore aussi nombreux qu’en Irak après 2003,mais plusieurs enquĂŞtes judiciaires ont toutefois Ă©tĂ© ouvertes», ajoute-t-il.

Combattants de la liberté?

L’importante communautĂ© malienne de France pourrait constituer un terreau propice au recrutement. La plupart des filières d’acheminement n’ont aucun lien avec les anciens groupes connus des services de renseignements. «Nous avons Ă  faire Ă  des mini-groupes de jeunes qui vont au Niger et qui essaient ensuite de passer au Mali, mais les dĂ©marches restent encore très Ă©clatĂ©es», prĂ©cise l’expert, qui Ă©voque Ă©galement quelques cas d’infiltration en Somalie.

En Syrie, plusieurs Français ont Ă©tĂ© repĂ©rĂ©s sur place. Le docteur Jacques BĂ©rès, de MĂ©decins sans frontières, en a soignĂ© certains pendant son sĂ©jour clandestin cet Ă©tĂ© dans un hĂ´pital d’Alep, oĂą les rebelles affrontent l’armĂ©e rĂ©gulière. Devant lui, certains n’ont d’ailleurs pas cachĂ© leur admiration pourMohamed Merah.

Au printemps, Le Figaro avait rĂ©vĂ©lĂ© qu’une demi-douzaine de Français, descendus Ă  l’aĂ©roport de Beyrouth, avait ensuite Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s par la sĂ©curitĂ© libanaise, alors qu’ils s’apprĂŞtaient Ă  s’infiltrer en Syrie. Nul besoin de visa Ă  l’aĂ©roport de Beyrouth, et entre les deux pays, les passages sont organisĂ©s par les rebelles eux-mĂŞmes. Pour la France, le djihad en Syrie pose un problème bien particulier. «Ce sont nos amis, difficile de parler de terroristes», sourit le juge TrĂ©vidic. La France est, en effet, en pointe dans le combat pour dĂ©loger «le massacreur en chef» Bachar el-Assad, selon l’expression de Laurent Fabius, le ministre des Affaires Ă©trangères. Jusqu’Ă  prĂ©sent, l’impĂ©ratif d’un dĂ©part du raĂŻs a primĂ© sur toute prĂ©occupation sĂ©curitaire liĂ©e au retour de ces drĂ´les de «combattants de la liberté», qui auront acquis sur place un dangereux savoir-faire.

Comment arrĂŞter des jeunes prĂŞts Ă  aller en dĂ©coudre avec un dictateur, qui plus est alaouite, donc proche du chiisme, la confession vomie par les djihadistes sunnites? Une chose est sĂ»re: avec le pourrissement du conflit, nul doute que de plus en plus d’apprentis djihadistes auront envie de rejoindre la Syrie au nom d’une guerre sainte, tacitement dĂ©fendue par l’Occident. «Je suis Ă©tonnĂ© qu’il n’y ait pas eu encore de djihadiste français tuĂ© en Syrie», confiait rĂ©cemment un diplomate au Quai d’Orsay, qui suivit longtemps le dossier, avant d’ajouter «enfin presque». En effet, au printemps, un pseudo-journaliste franco-britannique, originaire d’AlgĂ©rie, a Ă©tĂ© abattu près de la frontière turque, alors qu’il s’agissait en fait d’un djihadiste, dont le corps fut ensuite discrètement remis Ă  l’ambassade d’AlgĂ©rie Ă  Damas.

Par Georges Malbrunot
Le Figaro.fr – publié 

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. voilĂ  le revers de la double nationalitĂ© !! Ces djihadistes sont des maghebins (surtout algĂ©riens) et comme ils ont la double nationalitĂ© on vient dire :des français đź‘ż đź‘ż ……certainement pas des gaulois âť— âť—

  2. voilà le revers de la double nationalité !! Ces djihadistes sont des maghebins (surtout algériens) et comme ils ont la double nationalité on vient dire :des français 👿

Comments are closed.