Maroc: affrontements entre manifestants et policiers dans une localité du nord

1
Maroc: affrontements entre manifestants et policiers dans une localité du nord
Affrontements entre des manifestants et des policiers dans la ville d'Imzouren, au Maroc, le 2 juin 2017 (AFP/STR)
Al Hoceima (Maroc) – Des affrontements ont opposĂ© vendredi après-midi manifestants et policiers dans une localitĂ© de la province d’Al-HoceĂŻma, dans le nord du Maroc, théâtre d’une vive contestation populaire depuis une semaine, a-t-on appris de sources concordantes.

Ces violences ont Ă©clatĂ© en dĂ©but d’après-midi Ă  l’issue de la prière Ă  Imzouren, une petite ville Ă  une quinzaine de kilomètres au sud-est de la ville d’Al-HoceĂŻma, a indiquĂ© Ă  l’AFP un activiste local.

Plusieurs centaines de jeunes s’en prenaient Ă  coups de pierres aux forces anti-Ă©meutes, qui de leur cĂ´tĂ© ont fait usage d’un canon Ă  eau, lançaient des pierres et chargeaient Ă  intervalles rĂ©guliers, protĂ©gĂ©es derrière leur bouclier, pour disperser les Ă©meutiers et dĂ©manteler les quelques barricades de fortune, a indiquĂ© Ă  l’AFP un journaliste marocain prĂ©sent sur place.

Plusieurs supports en ligne de la presse marocaine ont diffusé images et vidéos des affrontements, dont on ne connaît pas le bilan.

Un mot d’ordre de boycott des prĂŞches officiels dans les mosquĂ©es a Ă©tĂ© très suivi ce vendredi Ă  Imzouren. La ville observe Ă©galement depuis vendredi un mouvement de grève gĂ©nĂ©rale, avec la quasi-totalitĂ© des commerces fermĂ©s, selon le mĂŞme activiste.

Cette grève a Ă©tĂ© lancĂ©e depuis la ville voisine d’Al-HoceĂŻma Ă  l’initiative du “hirak”, le mouvement de contestation populaire qui agite depuis près de sept mois la province et revendique le dĂ©veloppement de cette rĂ©gion du Rif qu’il estime “marginalisĂ©”.

Nasser Zefzafi, son leader, ainsi que ses principaux animateurs ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s en dĂ©but de semaine par la police et sont accusĂ©s notamment “d’atteinte Ă  la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure de l’Etat”.

La province est depuis lors en Ă©bullition. A l’exception de quelques heurts le week-end dernier, la contestation, avec manifestations nocturnes quotidiennes depuis une semaine, est restĂ©e pacifique dans la ville d’Al-HoceĂŻma, mais elle est nettement plus tendue Ă  Imzouren.

“Le problème ici est que les autoritĂ©s empĂŞchent les gens de se rassembler, ou de venir manifester depuis les villages voisins, ce qui crĂ©e beaucoup de tensions”, a accusĂ© l’activiste contactĂ© par l’AFP.

Les affrontements ont durĂ© jusqu’en fin d’après-midi, selon cette source. Le soir mĂŞme, une marche a eu lieu dans les rues de ce gros bourg, apparemment sans incident

Dans la ville d’Al-HoceĂŻma, pour la huitième nuit consĂ©cutive, des manifestants se sont rassemblĂ©s vers 22h00 locales (et gmt) après la rupture du jeĂ»ne du ramadan dans le quartier de Sid Abed, aux cris de “Nous sommes tous Zefzafi”, a-t-on constatĂ©.

Ils n’Ă©taient que quelques centaines ce vendredi soir, une mobilisation en baisse par rapport aux jours prĂ©cĂ©dents.

Le rassemblement Ă©tait nĂ©anmoins marquĂ© par une nette tension, alors que les forces de l’ordre avaient pris position Ă  proximitĂ© dans et autour du quartier et empĂŞchaient les badauds de converger vers le lieu de la manifestation.

“C’est anormal que la police exige ma pièce d’identitĂ© pour que je rentre chez moi”, s’est plainte une habitante.

La manifestation s’est dispersĂ©e sans violence peu avant minuit.

(©AFP / 03 juin 2017 02h22)

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le Maroc de mamadou 6 soutient les enturbannĂ©s du mmmllllllannna, je vous l’avais dit: la royautĂ© marocaine vit ces dernières annĂ©es! Peut-ĂŞtre quelque dĂ©cennies au plus)…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here