Niger : après un vote dans le calme, le dépouillement commence

0

Le dépouillement des bulletins a commencé dimanche à Niamey après un vote sans incident pour le premier tour de la présidentielle au Niger, le chef d’Etat sortant Mahamadou Issoufou briguant un deuxième quinquennat face à une opposition qui agite le spectre de la fraude. En revanche, le vote a été reporté à lundi dans plusieurs bureaux situés « près de Tahoua [ouest], Agadez [nord] et une près de Zinder [sud] », a indiqué à l’AFP Ibrahim Boubé, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Pour les « bureaux qui n’ont pas fonctionné du tout, la Céni compte reporter le scrutin à demain matin [lundi]. Dans certains c’est clair, il y a un report mais il n’y en a pas beaucoup, a-t-il précisé. Tout se passe dans le calme et la sérénité. Il y a des insuffisances, mais la Céni prend toutes les disposions pour permettre aux électeurs d’exercer leur droit. »

A la lumière de lampes tempêtes, le dépouillement a démarré dans plusieurs bureaux de vote qui avaient ouvert avec quelques heures de retard dans un quartier pauvre du nord de Niamey. Dans ce quartier, appelé Dar Es Salam, le taux de participation était estimé entre 50 et 60 % alors que l’opposition était largement en tête des législatives (premiers votes dépouillés) dans cette circonscription traditionnellement considérée comme un de ses fiefs, a constaté un journaliste de l’AFP après le début du dépouillement.

7,5 millions de Nigériens et 15 candidats

Aucun incident majeur n’a été signalé en fin de journée malgré des retards de plusieurs heures parfois, dans le début des opérations de vote dans la quasi-totalité des bureaux installés dans le pays, faute de matériel ou de personnel. « On a ouvert à 11 heures locales car il nous manquait des bulletins, a affirmé un assesseur du bureau 134, Bachir Moussa, désigné au pied levé pour superviser le vote. Le président [du bureau de vote désigné par la commission électorale] n’est pas venu et on n’avait pas son numéro pour l’appeler. »

Quelque 7,5 (…)

Lire la suite sur lemonde.fr

PARTAGER