Nigeria: divisions au sein du groupe jihadiste Boko Haram

0
Photo d'illustration: militaires nigérians en patrouille près de la forêt de Sambisa, en partie contrôlée par Boko Haram (avril 2014). © © RFI/Ben Shemang
Photo d'illustration: militaires nigérians en patrouille près de la forêt de Sambisa, en partie contrôlée par Boko Haram (avril 2014). © © RFI/Ben Shemang

Au Nigeria, le groupe Boko Haram se dĂ©chire depuis plusieurs mois. D’un cĂ´tĂ©, les proches de Abu Musab al-Barnawi, dĂ©signĂ© par le groupe Etat islamique, en aoĂ»t 2016, pour diriger le mouvement, et de l’autre, les fidèles d’Abubakar Shekau. Ce dernier est apparu dans une vidĂ©o dans laquelle il affirme avoir tuĂ© un porte-parole de Boko Haram, accusĂ© de complot. Joint par RFI, Vincent Foucher, chercheur Ă  l’International Crisis Group, considère que cela rĂ©vèle les divisions internes au groupe jihadiste.

Le leader du groupe djihadiste Boko Haram, Abubakar Shekau, affirme dans une vidĂ©o, avoir tuĂ© un de ses proches. Il s’agirait de Abu Zinnira qui Ă©tait un des porte-parole de Boko Haram. Il apparaissait notamment dans plusieurs vidĂ©os de propagande aux cĂ´tĂ©s de Shekau.

Pour Vincent Foucher, cette annonce souligne les divisions, assez profondes, au sein du groupe.

« Cela exprime le fait que la contre-offensive qu’organisent le Nigeria et les pays voisins a effectivement bousculé la stratégie jusque-là suivie par Abubakar Shekau, et cela donne donc lieu à des débats internes sur la direction à donner au mouvement ou encore sur les options stratégiques », explique Vincent Foucher avant de préciser que ces débats se sont déjà manifestés avec la scission qui est apparue, l’été dernier, avec Abu Musab al-Barnawi. Visiblement, et selon lui, la discussion interne dans la faction qui est restée fidèle à Shekau, continue.

DĂ©saccords violents

« Shekau accuse son subordonnĂ© d’une tentative de coup d’Etat – plus ou moins – et d’insubordination sur des opĂ©rations. On est donc effectivement au-delĂ  de la simple discussion. On est dans des dĂ©saccords violents », prĂ©cise le chercheur Ă  l’International Crisis Group qui signale, par ailleurs, d’autres signes de division, ces derniers mois, entre les deux factions, Ă  savoir celle al-Barnawi et celle de Shekau.

« Plusieurs sources signalent des affrontements entre les territoires où ces deux groupes agissent. Il y a eu, effectivement, plusieurs combats dans les derniers mois au cours desquels les deux factions se sont affrontées », précise encore Vincent Foucher.

 Par RFI Publié le 25-02-2017
PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here