Obama met les bouchées doubles après son débat raté contre Romney

0

Quelques heures après un revers inattendu lors du premier grand débat télévisé de la campagne présidentielle, Barack Obama est reparti de plus belle à l’offensive jeudi contre son adversaire républicain Mitt Romney, l’accusant d’avoir menti.

“Quand je suis monté sur la scène, j’ai rencontré cet individu très en forme qui prétendait être Mitt Romney. Mais ce ne pouvait pas être Mitt Romney!”, a dit M. Obama, face à 12 300 personnes à Denver et 30 000 à Madison, dans une université, un chiffre encore jamais vu depuis le début de la campagne. | AFP

« Si l’on veut être président, on doit la vérité aux Américains », s’est écrié M. Obama lors de deux discours successifs, à Madison (Wisconsin, nord) après Denver (Colorado, ouest), la ville même où s’est déroulé mercredi soir le premier face-à-face des deux candidats à la présidentielle du 6 novembre.

« Quand je suis monté sur la scène, j’ai rencontré cet individu très en forme qui prétendait être Mitt Romney. Mais ce ne pouvait pas être Mitt Romney! », a encore dit M. Obama, face à 12 300 personnes à Denver et 30 000 à Madison, dans une université, un chiffre encore jamais vu depuis le début de la campagne.

« Qui que soit celui qui était sur la scène (de Denver) hier soir ne veut pas rendre de comptes sur ce que le vrai Mitt Romney a dit depuis l’année dernière, et c’est parce qu’il sait pertinemment que nous ne voulons pas de ce qu’il nous vend », a encore raillé M. Obama à Madison.

L’énergie dont M. Obama a fait preuve jeudi contrastait fortement avec sa prestation lors de la soirée de mercredi, qui a été qualifiée de « médiocre » par le journal Politico. Le président a paru éteint, et n’a pas répliqué du tac au tac aux charges de son adversaire. Jeudi, M. Romney n’a pas directement commenté le débat mais estimé qu’« hier soir a été une occasion formidable pour les Américains d’examiner deux visions très différentes pour notre pays », et s’est érigé en défenseur d’une « prospérité par la liberté ».

L’un des plus proches conseillers de M. Obama, David Plouffe, a de son côté promis qu’à l’avenir, la campagne démocrate s’ajusterait à la « malhonnêteté » de M. Romney, qu’il a accusé d’avoir menti en rejetant l’idée que la classe moyenne paierait en fin de compte la facture de ses réductions d’impôts pour les sociétés et les plus aisés.
« Je pense qu’il est difficile de se rappeler d’une époque dans la politique américaine où quelqu’un, candidat majeur à la présidentielle, a été fondamentalement malhonnête sur des éléments centraux de son programme de campagne », a affirmé M. Plouffe aux journalistes à bord d’Air Force One.

Des déclarations hasardeuses. Mercredi et jeudi, des médias spécialisés dans la « vérification » d’informations ont en effet noté que M. Romney avait émis certaines assertions hasardeuses mais sans exonérer M. Obama pour autant. Bbarack Obama doit se rendre vendredi en Virginie (est) et dans l’Ohio (centre), autant d’Etats qui pourraient décider de l’issue de l’élection le 6 novembre, et où M. Romney accusait un retard parfois préoccupant dans les sondages avant le débat.

Après avoir passé lui aussi la nuit à Denver, le républicain, dont le camp laissait filtrer un optimisme retrouvé via des communiqués et des messages sur les réseaux sociaux, est arrivé jeudi en fin d’après-midi en Virginie. Il doit y retrouver son colistier, Paul Ryan, pour une réunion publique en soirée. Selon son équipe, il a aussi choisi cet Etat pour prononcer lundi un grand discours de politique étrangère, un dossier sur lequel le président le domine jusqu’ici dans les sondages.

Romney toujours en retard. A moins de cinq semaines du scrutin, et alors que des millions d’Américains peuvent déjà voter par correspondance, M. Romney accuse un retard persistant de trois points en moyenne sur le président sortant, selon le site de référence RealClearPolitics. Deux autres débats présidentiels sont prévus les 16 et 22 octobre. Le vice-président Joe Biden rencontrera Paul Ryan le 11 octobre.

58 millions de télespectateurs. Le débat de mercredi soir, le premier d’une longue série entre les deux candidats à l’élection présidentielle américaine, passionne les foules aux Etats-Unis qui furent plus de 58 millions devant leur télévision pour entendre Barack Obama et Mitt Romney.

LeParisien.fr 

Publié le 05.10.2012, 00h41

 

PARTAGER