OCP :Phosboucraa, locomotive du développement économique au sud du Maroc

0

Le roi Mohammed VI du Maroc a procédé, vendredi 5 février 2016 à Laâyoune et environs, au lancement d’importants projets de développement, initiés par le groupe OCP, à travers sa filiale Phosboucraa et sa Fondation.

 

En donnant le coup d’envoi d’un ensemble de projets socio-économiques, le 5 février à Boucraâ et Foum El Oued à quelques encablures de Laâyoune, le roi du Maroc donne un nouveau coup d’accélérateur au développement des provinces du sud (Guelmim Oued Noun, Laayoune-Sakia El Hamra, Eddakhla-Oued Eddahab). Grâce à une enveloppe de près de 19 milliards de dh, il s’agit d’entamer la diversification des activités industrielles et développement de l’écosystème régional, la promotion de l’enseignement et de la recherche académique, ainsi que l’innovation et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles. Le maître d’œuvre de ce vaste projet d’investissements structurants et intégrés est le groupe OCP, à travers sa filiale Phosboucraa et sa Fondation.

 

D’ici 2020, la filiale de ce groupe, qui revendique la place de plus grand producteur et exportateurde phosphate sous toutes formes dans le monde, va allouer près de 17 milliards de dh, répartis dans un projet d’extraction de phosphates(1,2 milliard de dh), 3,1 milliards pour les opérations de traitement, 8,3 milliards de dhà la plateforme de productiond’engrais et 4,2 milliards de dh au nouveau wharf.

 

Le développement durable, en ligne de mire

 

 

Quant à la Fondation Phosboucraa, elle va donner un coup de fouet à la promotion de l’enseignement et de la recherche académique. Ainsi, elle lance la Technopole, (2 milliards de dh, horizon 2022) soit un projet d’aménagement d’envergure, comprenant à Foum El Oued (Laâyoune) l’Université Mohammed VI Polytechnique Laâyoune, orientée vers la recherche, l’innovation et la formation dans les domaines des sciences et techniquesrelatifs aux zones arides et sahariennes et comportera un pôle d’enseignement et de R&D autour desthématiques économiques et environnementales liées à ces zones. Aussi, les responsables ont précisé que la Technopole abritera despôles dédiés au développement des compétences des jeunes et à l’encouragement de l’entrepreneuriat. En outre, ils ont indiqué que ce nouveau complexe, à réaliser en 2 phases, sera doté d’un Centre de compétences industrielles, dédié aux formations liées à l’industrie du phosphate. L’objectif avoué est d’accompagner le déploiement de la stratégie industrielle du groupe OCPet de sa filiale Phosboucraa d’une part, et de dynamiser le tissu économique local et régional d’autre part.

Des projets cohérents, dans la mesure où, répètent à l’envi les membres du staff de l’OCP «l’innovation et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles représentent le fil conducteurde la stratégie de développement de Phosboucraa ». Justement, les différentes plateformes industrielles lancéesreposent sur des technologies durables, tels que le dessalement de l’eau de mer à l’énergie éolienneet à la cogénération électrique (sans émissions de CO2). Et le pôle d’enseignement et de recherches’intéressera aux enjeux du développement et de la préservation de l’environnement et du littoral.

 

ABDELMALEK EL MEKKAOUI, JOURNALISTE

Les Afriques

l

PARTAGER