Port autonome de Dakar : Des clarifications très attendues

0

Le Port autonome de Dakar a connu, entre les mois de mai et août 2011, d’importants désagréments occasionnés par l’installation d’un nouvel outil informatique.

Ce système permet de contrôler l’entrée et la sortie de toutes les compagnies maritimes du port. Le système informatique a bloqué les activités des opérateurs économiques de notre pays causant des pertes financières et matérielles importantes. Face à cette situation, le Conseil malien des chargeurs (CMC) a organisé jeudi à l’hôtel Laico Amitié une journée d’échanges avec les autorités portuaires de Dakar.

La rencontre s’est déroulée en présence du président du CMC, Ousmane Babalaye Daou, le directeur général du Port autonome de Dakar, Bara Sady, des responsables chargés des questions de transports maritimes et opérateurs économiques maliens. La réunion a passé en revue tous les dysfonctionnements et désagréments causés aux opérateurs maliens. Ceux-ci ont exigé des autorités portuaires dakaroises un compte rendu de la situation avec des notifications écrites et la réparation des préjudices.

Le directeur régional des douanes de Dakar-Port a expliqué que le système informatique avait été installé pour avoir une cartographie des navires, la répartition du manifeste. Ce nouvel outil informatique, permet de partager les données du manifeste, de la déclaration des marchandises par anticipation, le contrôle physique et l’expédition diligente des marchandises. Le logiciel permet également d’informatiser les documents (factures, visas du port) et de les conserver dans les archives.

Le directeur général du Port autonome de Dakar a reconnu de son côté qu’aucune évaluation n’avait pu être faite sur les pertes financières engendrées. Bara Sady a cependant promis la réparation des préjudices subis pendant la période indiquée, si les preuves sont établies et apportées. Il a par ailleurs annoncé qu’une note écrite a été adressée aux opérateurs affectés et que les frais d’accoste des bateaux sont levés.

Ousmane Babalaye Daou a, lui, rappelé que le Conseil malien des chargeurs avait dépêché, il y a un mois, une mission à Dakar pour vérifier les faits. Il a invité tous les opérateurs économiques de notre pays victimes de ces dysfonctionnements, à apporter les pièces justificatives pour l’évaluation des dégâts causés. Une rencontre entre les chargeurs maliens et les autorités de Dakar devait se tenir samedi dernier dans la capitale sénégalaise sur la question des chauffeurs maliens emprisonnés au Sénégal.

mardi 11 octobre 2011

PARTAGER