Le président Erdogan favorable à la peine de mort « si le peuple le veut »

0

A Yenikapi, dimanche 7 août, le littoral de la mer de Marmara n’était plus qu’une bande rouge, constituée d’une nuée de drapeaux turcs brandis par les manifestants – plus d’un million – venus participer, à l’appel du président Recep Tayyip Erdogan, au « rassemblement de la démocratie et des martyrs ».

Deux leaders de l’opposition, Kemal Kilicdaroglu, le secrétaire général du Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste, social-démocrate) et Devlet Bahceli, le chef du Parti de l’action nationaliste (MHP, ultra-nationaliste) s’étaient joints au mouvement. En revanche le parti pro kurde HDP, troisième force au Parlement, n’avait pas été invité.

L’étendard national était partout : roulé sous le bras des voyageurs dans le métro bondé, ceint sur les fronts des fervents patriotes, porté en mode « cape » par les femmes en tchadors noirs, décliné en maillots de corps et en casquettes pour les enfants.

Peine de mort

Organisé trois semaines après la tentative de putsch, le rassemblement était perçu comme le point de départ d’une « nouvelle Turquie », plus unie, plus forte, comme l’a rappelé M. Kilicdaroglu, le chef de file des kémalistes, depuis la scène géante où trônaient, avec une symétrie parfaite, le portrait de Mustafa Kemal dit Atatürk, le fondateur de la République, et celui du président Erdogan.

C’est surtout ce dernier qu’une large partie du public attendait, avec une impatience non contenue. Son programme ? Le rétablissement de la peine de mort, si souvent réclamé par les manifestants de l’après tentative de putsch, lors de leurs rassemblements quotidiens en soirée sur les places centrales des grandes villes.

« Si le Parlement accepte de réintroduire la peine de mort, je l’adouberai », a lancé M. Erdogan à l’adresse de la foule qui n’attendait que cela. « Si le peuple le veut, je pense que les partis politiques l’accepteront eux aussi », a-t-il insisté, rappelant que la peine de mort était en vigueur en Turquie avant 1984.

Purges unanimes

Une grande partie des (…)

Lire la suite sur lemonde.fr

Turquie : manifestation géante des pro-Erdogan à Istanbul

PARTAGER