Présidentielle au Gabon: les travaux de la Commission électorale ont commencé

0
Présidentielle au Gabon: les travaux de la Commission électorale ont commencé
Une électrice dépose son bulletin dans l'urne d'un bureau de vote, à Libreville, lors de l'élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon. © REUTERS/Erauds Wilfried Obangome

Le Gabon est dans l’attente des résultats de la présidentielle à tour unique de samedi dernier, pour connaître le nom de son prochain chef de l’Etat : le sortant Ali Bongo, ou l’opposant Jean Ping. La Commission électorale (Cenap) devait se réunir en plénière mardi soir. Mais ses travaux n’ont commencé que ce mercredi 31 août en matinée.

L’attente s’éternise au Gabon. Toujours pas de résultat après la présidentielle de samedi dernier. Le verdict était attendu mardi en fin de journée, mais la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) n’a engagé ses travaux que ce mercredi matin.

Le futur du processus électoral gabonais est donc entre les mains d’une trentaine de personnes réunies au sein de la Commission électorale : des représentants des candidats indépendants, de la majorité, de l’opposition et de huit ministères techniques liés l’élection.

Les débats peuvent être longs, explique le président de la Cenap, René Aboghé Ella, qui cite le cas de la présidentielle de 2009, où la plénière avait duré plus de dix heures. Selon lui, si les membres de la Commission veulent aller plus vite, la publication pourrait intervenir plus tôt.

Mais encore faut-il qu’ils s’entendent sur la procédure. En effet, l’opposition demande une publication des résultats bureau par bureau. « Cette demande va contre la loi », estime le pouvoir.

De son côté, René Aboghé Ella juge cette requête irréaliste, car selon lui « il faudrait retarder l’annonce finale de plusieurs jours, ce qui risquerait d’entraîner la suspicion et d’envenimer la situation ». « Ce sera long », confie un membre de la plénière. « Tout dépendra de la méthodologie », précise un autre.

Un expert international explique pourtant que la légalité seule ne suffira pas : « Il faut aller au-delà des textes de loi, estime-t-il, et publier les chiffres de chaque bureau pour rassurer les gens et leur permettre de comparer avec les PV de leur localité. »

…..lire la suite sur rfi.fr

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here