Présidentielle gambienne: Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

8
Présidentielle gambienne: Yahya Jammeh reconnaît sa défaite
Yahya Jammeh, ici lors d'un rassemblement à Banjul le 29 novembre 2016. © REUTERS/Thierry Gouegnon

Yahya Jammeh a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle ce vendredi soir dans une allocution télévisée, et félicité l’opposant Adama Barrow. Pour sa toute première déclaration du président élu, celui-ci a salué «une nouvelle Gambie».

« Même si mon opposant l’avait emporté avec un vote d’avance, j’aurais accepté le résultats du scrutin », a déclaré ce vendredi Yahya Jammeh dans une allocution télévisée. Au soir des résultats de l’élection présidentielle que beaucoup pensaient jouée d’avance, celui qui a dirigé la Gambie pendant 22 ans a salué son adversaire, l’opposant Adama Barrow. « C’est une victoire très nette », a reconnu Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir le 22 juillet 1994. « Vous, Gambiens, avez décidé que je devais partir. Vous avez choisi quelqu’un pour diriger votre, notre pays et je vous souhaite le meilleur », a-t-il dit.

Vainqueur inattendu de l’élection présidentielle gambienne face à l’homme qui détient les rênes du pays depuis 22 ans, Adama Barrow a salué un peu plus tôt une « nouvelle Gambie » dans une déclaration à l’Agence France-Presse. « Le message pour les populations gambiennes : il est temps de se mettre au travail. C’est une nouvelle Gambie, une nouvelle attitude, pour le changement et le développement de notre pays », a dit le président élu Adama Barrow dans un entretien avec l’AFP à Kololi, près de Banjul, le premier avec la presse depuis l’annonce de sa victoire. « Il y a de l’espoir », a-t-il ajouté.

Au soir de cette défaite, une question se pose : Yahya Jammeh va-t-il rester dans le pays ou bien partir ? En attendant, dans la rue, les Gambiens célèbrent la démocratie et leur nouveau président, Adama Barrow, ainsi que la fin de cette ère Jammeh. Les critiques sont d’ailleurs très vives : « Je veux qu’il soit jugé », explique Malick, un étudiant de 20 ans, qui n’a connu que le régime Jammeh. « Il doit répondre de ses actes, il ne peut pas quitter le pays », ajoute Abdoulaye, un ancien. La terreur des années Jammeh est dans toute les têtes.

 Par RFI Publié le 02-12-2016
PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Sambou que la malediction d’Allah tombe sur toi, tu te haies comme noir et comme africain et c’est triste, il a fallu combein d’annees aux blancs pour sortir de l’empire a la Republique? Reflechies avant de parler si tu le peux, tu es veritablement un negre de Paris, ecervele, et inintelligent. Yahya va vivre en Gambie dans une autre Republique, celle qui est superieure a celle qu’il a mis sur place. Yahya va etre traite comme ancien chef d’etat meme s’il ne le merite pas car il faut que la Gambie rentre dans un cadre democratique et Barrow et ses partisants savent que le future de la Gambie vaut mille fois que de punir Yahya. Voia ce qui va se passer en Gambiee desormais un solei nouveau brillera sur la nouvelle republique afin que meurent des afro-pessimsites comme Sambou du foyer Bara de Paris

  2. Bravo Jammeh.Seulemnt tout porte à croire que le noir africain est maudit puisqu’on va essayer de poursuivre Jammeh à cause de cet acte pourtant héroïque (on va trouver des raisons farfélues genre il s’est trop enrichi…)si bien que les chefs d’états en exercice, même s’ils veulent faire comme lui Jammeh vont avoir peur de l’après pouvoir. Sinon Hollande a dit qu’il ne sera pas candidat personne l’embêtera après de même que Sarkozy qui a mis le feu à l’Afrique à travers la Libye vit tranquillement ici. Et si Dieu avait ses propres raisons (que nous ignorons nous) quand il nous a créés NOIRS??? 😕

  3. 🙂 🙂 🙂 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 Jusqu’en 2020, tous President qui va organiser une election va la perdre 😛 😛 😛 Bientot, ce serait De Santos, ensuite suivront IBK … etcc. etc… 😛 😛 😛 😛 😛

    • Lol, jespere. Dos Santos dit deja quil ne se representera pas. Cool.
      Cas meme et malgré leur decision que je considere pas brave seulement veulent finir leur vie en pachat alors ils negocient leur tete.
      Pauvres Peuples africains.
      A suivre….

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here