La presse française évoque le “suicide politique” de Hollande

4

Entre “coup d’éclat calamiteux”, “sabordage” et “suicide politique”, le livre de confidences de François Hollande à des journalistes est comparé par la presse de samedi à une “épitaphe” scellant les chances de réélection du président.

Pour Le Monde, les propos présidentiels recueillis par ses journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme (dans le livre “Un président ne devrait jamais dire ça…”), “sabordent le dispositif de précampagne mis sur pied”. L’onde de choc a été telle que François Hollande a dû se fendre d’un courrier d’excuses aux magistrats, visés par certaines de ses confidences.

“En clair, François Hollande dit n’importe quoi lorsqu’il reçoit les journalistes et regrette tout immédiatement après”, se gausse Sébastien Lacroix dans L’Union. Mais cela n’est pas sans conséquence pour le locataire de l’Elysée: “En douze heures, les trois principaux chefs socialistes (Claude Bartolone, Jean-Christophe Cambadélis et Manuel Valls, ndlr) ont pris leurs distances”, constate Laure Bretton dans Libération.

“Fin de mandat pathétique”
“A gauche, plus personne ne croit en François Hollande”, titre même Le Figaro, et Paul-Henri du Limbert explique dans son éditorial que “ceux qui, il y a peu, dissertaient encore sur le génie manoeuvrier (sic) de François Hollande sont aujourd?hui à court d’arguments”. Le président “a peut-être finalement écrit là son épitaphe publique. Une épitaphe de près de 700 pages qui, si on y regarde bien, s’apparente à un petit traité du parfait suicide en politique”, analyse Pascal Coquis dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace.

“Pulvérisé dans les sondages, François Hollande se permet encore de carboniser les lambeaux de popularité qui lui restent”, commente Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne. “Une fin de mandat pathétique.” Le Midi libre, sous la plume de Jean-Michel Servant, parle d’un “sabordage politique” , le chef de l’Etat venant “de creuser un peu plus sa tombe”.

Et “d’anéantir les derniers bastions qui pouvaient lui permettre de partir à la reconquête du pays”, ajoute Laurent Bodin dans L’Alsace. “Ses chances de prolonger son séjour en avril 2017, semblent pulvérisées”, estime Alain Dusart dans L’Est républicain. Conséquence logique tirée dans La Charente libre par Dominique Garraud: “Le coup d?éclat calamiteux de François Hollande relance spectaculairement les spéculations sur une alternative à sa non-candidature”.

 Lire aussi
 Par 7sur7.be / 15/10/16 – 10h54

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. L’homme politique est semblable au caméléon, il change de veste idéologique avec les circonstances et les intérêts.

    • VOUS PARLEZ PLUTOT D ‘ ANIMAL POLITIQUE.

      L’ HOMME POLITIQUE AU CONTRIRE EST SÉRIEUX..

      • – Heureusement la parenthèse malienne lui a permise de “Vivre le plus beau jour de sa vie politique”, contrairement à un certain M Sarkozy, héro inutile de Benghazi…
        – “M laudemus”, dira alors “VIVE LE MALI” pour nous avoir accordé ce jour politique tant précieux…

        • Lol,
          Les faits sont là . Ca va touner au vinaigre dans plusieurs pays comme la France et le Mali.
          Seulement choisissons des bons et a la poubelle tous ces chefs vampires pseudo-democrates au pouvoir comme dans l’opposition.
          Votre Avenir en depend.

Comments are closed.