Primaire : Fillon a “une pensée particulière” pour Sarkozy

1
François Fillon grand vainqueur du premier tour de la primaire de la droite. © THOMAS SAMSON / AFP/ THOMAS SAMSON
François Fillon grand vainqueur du premier tour de la primaire de la droite. © THOMAS SAMSON / AFP/ THOMAS SAMSON
François Fillon arrive largement en tête, devant Alain Juppé. Nicolas Sarkozy, 3e, est éliminé. Les autres candidats sont loin derrière.

 

Malgré le score élevé de François Fillon, Alain Juppé a malgré tout décidé de se maintenir pour le second tour. “J’ai décidé de continuer le combat ! Pour mes convictions ! Pour l’idée que je me fais de la France ! Pour faire barrage au FN !” a-t-il martelé. Le favori devenu outsider a remercié NKM qui le soutient, avant de conclure : “C’est un combat projet contre projet qui s’engage. Il commence demain. Ce premier tour constitue une surprise. Dimanche prochain, si vous le voulez comme je le veux, sera une autre surprise !”

22 h 43 – Fillon, le discours d’un vainqueur.

“Les partis ne peuvent plus avoir le monopole de la décision. Ce premier tour des primaires a été un remarquable succès populaire. C’est une vague. Depuis des mois et des mois, je trace mon sillon sérieusement avec un projet précis. Je ne dévie pas dans ma marche. Autour de nous, une dynamique puissante est enclenchée. Je suis porté par celles et ceux qui veulent redresser la France.
Ma conviction est que rien ne peut arrêter une nation qui se dresse pour sa fierté. La défaite ne doit humilier personne parce que nous aurons besoin de tout le monde. J’ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy qui a été le chef de la France. Ma campagne va encore s’accélérer et s’amplifier. À tous les Français, quel que soit leur vote, je dis : ensemble, nous allons bâtir une alternance forte pour la France”, a déclaré François Fillon dans son discours de gagnant du premier tour de la primaire.

22 h 43 – Les résultats à 22 h 30 : Fillon devant, Juppé 2e, Sarkozy éliminé

22 h 36 – Une haie d’honneur pour François Fillon

François Fillon doit prendre la parole d’une minute à l’autre. Il est arrivé à 21 h 50 à son QG du boulevard Saint-Germain, à Paris, trois quarts d’heure minimum avant l’heure initialement prévue pour son discours. Ses collaborateurs ont formé une haie d’honneur dans le hall et le couloir de son QG, bondés de monde.

22 h 30 – NKM soutiendra Alain Juppé

“Le premier perdant de cette primaire, c’est François Hollande. La grande gagnante, c’est l’alternance. Il semble que les électeurs m’ont placée en quatrième position. Ils ont fait un choix d’avenir. Je n’ai jamais couru après les places ni après les postes. Au deuxième tour, je soutiendrai Alain Juppé”, dit Nathalie Kosciusko-Morizet.

22 h 26 – Le choix de Sarkozy vu du QG de Juppé

Alors que Nicolas Sarkozy prononce cette phrase “J’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé”, les soutiens de Juppé dans son QG applaudissent avec ferveur. Certains attendent le “mais”… En effet, Sarkozy annonce son soutien à Fillon. Ses troupes ne s’y attendaient sans doute pas. Mais elles ne protestent pas et scandent “Juppé président !” Quelques minutes plus tôt, un juppéiste nous disait que le choix de Sarkozy serait très écouté, mais que le “contentieux” était plus fort entre Fillon et Sarkozy.

22 h 21 – Alain Juppé creuse son avance sur Nicolas Sarkozy

Après dépouillement de plus de 75 % des bureaux de vote (8 400 sur 10 229), soit 3 226 811 votants, François Fillon est très largement en tête avec 44 %, suivi d’Alain Juppé (28,1 %) et de Nicolas Sarkozy (21,1 %). Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet sont à égalité à 2,5 %. Jean-Frédéric Poisson obtient 1,4 % et Jean-François Copé 0,3 %.

 

22 h 20 – “Fillon, c’est la revanche de Balladur”

22 h 18 – Au QG de Sarkozy, “c’est un séisme politique”

“C’est un séisme politique.” Le député qui prononce ces mots ne cache pas son désarroi. Voir l’ancien président éliminé du premier tour de la primaire et détrôné par son ancien “collaborateur”, voilà un scénario qu’aucun sondage, qu’aucun commentateur n’avait prédit. L’échec est historique, la défaite incroyable. Comme s’il voulait en finir avec cette séquence étonnante, Nicolas Sarkozy n’aura pas attendu que tous les bulletins de vote soient dépouillés pour prendre la parole. Entouré de ses soutiens politiques, le candidat malheureux et ancien président entame son discours à 22 heures : “Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité d’électeurs, je comprends et je respecte la volonté de ces derniers de choisir pour l’avenir d’autres responsables politiques que moi. […] Ce sont deux personnalités de grande qualité qui font honneur à la droite française, j’ai travaillé en confiance avec chacun d’eux, j’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé, mais […] François Fillon me paraît avoir mieux compris le défi qui s’offre à la France. Tout ce qui de près ou de loin touche à la France me touche personnellement. […] Je n’ai aucune amertume, aucune tristesse, et je souhaite le meilleur pour mon pays. […] La droite a donné une bonne image, j’ai été heureux de participer à ce combat. Au revoir à tous.”

 

22 h 09 – Nicolas Sarkozy votera François Fillon au second tour

“J’ai voulu les primaires, elles sont un succès populaire incontestable. Elles se sont déroulées dans la dignité. La page des guerres fratricides est tournée, l’action de rassemblement a porté ses fruits. Je remercie toute mon équipe, François Baroin, Gérald Darmanin, Christian Estrosi. Je dis mon attachement aux Républicains, à ses élus, à ses militants et son président Laurent Wauquiez. Je remercie mes électeurs, leur confiance m’a touché. J’ai défendu mes valeurs, mes convictions, avec le souci exclusif de la France. Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité d’électeurs. Je veux féliciter Alain Juppé et François Fillon qui font honneur à la droite française. J’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé, mais je me sens plus proche des choix de François Fillon. Les électeurs sont libres de leur décision, je leur demanderai cependant de ne jamais emprunter la voix des extrêmes. Je voterai pour François Fillon au second tour de la primaire. Mon unique objectif sera que le candidat gagne cette élection présidentielle. Je vous le dis du fond de mon cœur, seul l’intérêt de la France compte à mes yeux. Je remercie aussi les journalistes. […] Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques. Français je suis, français je reste”, a déclaré Nicolas Sarkozy.

22 h 05 – Fillon l’emporte partout !

Un exemple parmi d’autres de l’engouement national pour François Fillon… Dans le bureau très rural de Tallard – près de Gap dans les Hautes-Alpes -, dont le maire Jean-Michel Arnaud avait annoncé son soutien à Alain Juppé, sur 575 bulletins exprimés, François Fillon obtient 234 voix, soit 40 %, Alain Juppé 172 voix (30 %) et Nicolas Sarkozy 116 voix (20 %). Derrière eux, Bruno Le Maire compte 27 voix (4,7 %) Nathalie Nathalie Kosciusko-Morizet 19 (3,3 %), Jean-Frédéric Poisson 5 (0,8 %), devant Jean-François Copé qui ne compte que 2 bulletins (0,3).

22 h 04 – “Fillon, c’est le programme de Thatcher avec le courage de Bayrou”

Chez les jeunes juppéistes, c’est la surprise. On ne s’attendait pas à un écart si important entre Alain Juppé et François Fillon. Il va maintenant falloir accentuer les différences de fond entre les deux candidats. Mais l’argument principal restera le fait que Fillon a été le Premier ministre de Nicolas Sarkozy. “Fillon a présenté sa démission plusieurs fois à Sarkozy, mais il n’est jamais parti”, insiste Benoît.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. je n’ai jamais pense qu’il fera long feu cette fois ci .A la Cpi il aura du pain sur la plance .OUI il est attendu a la HAYE.LA presse malhonnete n’a pas pu t’aider cette fois ci.

Comments are closed.