RDC: nouveaux combats entre l’armée et le M23 dans l’est du pays

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le colonel Sultani Makenga est devenu « général de brigade » de la branche militaire du M23 rebaptisée l’Armée révolutionnaire du Congo.
REUTERS

Des combats ont éclaté jeudi matin entre l’armée et la rébellion Mouvement du 23 mars (M23) près de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris auprès des belligérants, qui s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités.

Vers 05H00 (03H00 GMT), l’armée a lancé des « offensives contre les éléments du M23 dans ses positions sur les axes de Rugari, à 30 kilomètres de la ville de Goma », capitale de la province du Nord-Kivu, indique un communiqué de la rébellion, dénonçant une rupture de la trêve relative qui était observée.

« Les FARDC (Forces armées de la RDC) ont progressé pour nous attaquer(…) nous sommes obligés de nous défendre », a affirmé jeudi matin à l’AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole militaire du M23, annonçant une riposte qualifiée d' »auto-défensive » .

L’armée a démenti cette version. « Nous ne les avons pas attaqués, c’est un prétexte, et nous savions qu’ils étaient en train de renforcer leurs positions depuis plus de deux semaines », a affirmé à l’AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole militaire pour le Nord-Kivu.

« Cela fait plus d’une semaine qu’ils ont menacé de faire la guerre. Le communiqué n’est qu’un prétexte que nous avons considéré comme une déclaration de guerre. On nous a attaqués, nous sommes en train de reprendre nos positions », a ajouté cet officier, assurant que les combats avaient commencé vers 08H00 (06H00 GMT).

Le M23 est essentiellement formé d’ex-rebelles qui, après avoir été intégrés en 2009 dans l’armée congolaise, se sont mutinés et combattent depuis l’armée régulière dans la région du Kivu.

Deux pays voisins, le Rwanda et l’Ouganda, sont accusés par l’ONU de soutenir les rebelles, ce qu’ils démentent.

Jeudi, le lieutenant-colonel Hamuli a affirmé: « un petit groupe nous a attaqués depuis le Rwanda » alors que l’armée congolaise combattait une autre offensive sur l’axe principal de la ligne de front entre Rugali et Kibumba, frontalière du Rwanda.

Interrogé sur l’identité des éléments du « petit groupe », il s’est interrogé: « Comment distinguer s’ils étaient du M23 ou de l’armée rwandaise, puisqu’ils portent la même tenue? ».

 
SOURCE:  du   15 nov 2012.