RDC: plusieurs centaines d’enfants toujours séparés de leurs familles à Goma

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Une enfant le 15 octobre 2012 dans le camp de réfugiés de Kanyaruchinya, à 10 km de la ville de Goma
© AFP

Plusieurs centaines d’enfants sont toujours séparés de leur famille un mois après les combats qui ont provoqué des déplacements de population dans la région de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris lundi de sources humanitaires.

Depuis l’offensive des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) vers Goma et la déroute de l’armée régulière à la mi-novembre, 776 enfants, en majorité âgés de 6 mois à 14 ans, ont été recueillis et confiés à des familles d’accueil, indique le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

Cinq nourrissons ont été récupérés lors de ces « exodes chaotiques » alors que « ça partait dans tous les sens », a expliqué à l’AFP M. Jean Metenier, responsable de l’Unicef à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu. « Ce sont les plus difficiles à recaser », a-t-il ajouté.

Avec l’aide du Comité international de la Croix Rouge (CICR) et grâce à des ONG locales, des procédures de réunification ont été engagées dès les premiers jours. Ces dispositifs se basent sur les témoignages d’enfants capables de citer leur nom ou leur village d’origine. Ils s’appuient également sur les récits de ceux qui les ont accueillis.

Les ONG font également des photographies afin de les faire circuler dans les camps de déplacés ou les villages. Selon le CICR, 103 de ces enfants ont été ramenés à leur famille. « Repérer les familles est un défi en raison de l’insécurité permanente et des mouvements de population », affirme l’organisation.

Mi-décembre, un responsable du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait affirmé qu’environ 914.000 personnes avaient été enregistrées comme déplacées dans la région du Nord-Kivu, y compris à Goma. Mais des dizaines de milliers de retours semblaient être en cours.

L’armée affronte depuis mai le M23, surtout formé d’anciens rebelles intégrés dans l’armée en 2009. Des experts de l’ONU accusent le Rwanda et l’Ouganda voisins de soutenir le groupe armé, ce qu’ils réfutent.

Des négociations ont été entamées le 9 décembre à Kampala entre le M23 et le gouvernement de Kinshasa mais elles n’ont pas permis d’avancée et ont été suspendues vendredi dernier jusqu’à début janvier.

 
SOURCE:  du   24 déc 2012.