Référendum constitutionnel au Congo-Brazzaville: la voie est libre pour un 3e mandat de Sassou Nguesso

13

Le projet de nouvelle constitution permettant au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 “a été adopté” à plus de 92 % à l’issue du référendum de dimanche. L’opposition, qui a boycotté le scrutin, dénonce une “fraude”.

© AFP | Le président congolais, Denis Sassou Nguesso, dimanche 25 octobre, dans son bureau de vote.
© AFP | Le président congolais, Denis Sassou Nguesso, dimanche 25 octobre, dans son bureau de vote.

Après plus de 30 ans au pouvoir, Denis Sassous Nguesso briguera-t-il un troisième mandat consécutif ? Plus de 92 % des votants ont approuvé les modifications de la Constitution qui permettraient au président du Congo-Brazzaville d’être candidat à la magistrature suprême, lors des élections de 2016, selon les résultats du référendum de dimanche, annoncés mardi 27 octobre. L’opposition a aussitôt dénoncé une “fraude”.

Le “oui” a obtenu 92,96 % des suffrage exprimés, a déclaré le ministre de l’Intérieur Raymond Mboulou lors d’une allocution à la télévision nationale ajoutant que le “texte de nouvelle constitution [entrerait] en vigueur dès sa promulgation par le président de la République”.

Selon la Commission électorale, le taux de participation a été de 72,44 %, alors qu’au lendemain du scrutin, Pascal Tsaty Mabiala, un des chefs de l’opposition, qui avait appelé à boycotter les urnes, avait estimé que la participation n’avait pas dépassé 10 %. Denis Sassou Nguesso a subi “un camouflet”, avait-il déclaré à l’AFP, “les Congolais ne se sont pas déplacés, c’était le mot d’ordre que nous avions donné”.

Nguesso a le champ libre

Le président Denis Sassou Nguesso a maintenant le champ libre pour se représenter à une élection présidentielle. Le projet de loi soumis aux urnes dimanche permet de faire sauter les deux verrous qui l’empêchaient de briguer un troisième mandat : la limite d’âge et celle du nombre des mandats présidentiels. L’homme, qui a tenu les rênes de l’État entre 1979 et 1992, puis est revenu au pouvoir par les armes en 1997, cumule plus de 30 ans à la tête du Congo.

La campagne référendaire s’était déroulée dans une ambiance tendue et morose, l’opposition appelant à boycotter le scrutin. Les rassemblements publics avaient été interdits et des violences meurtrières avaient ravivé dans l’opinion le spectre des épisodes de guerre civile ayant déchiré le pays entre 1993 à 2003.

Avec AFP

Première publication : 27/10/2015

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Le président Français dit que SASSOU a le droit de demander à son peuple de lui accorder un autre mandat après 30 ans de pouvoir. La même personne a convaincu Compaoré de partir quand son peuple s’est opposé à son projet de troisième mandat et dans les deux cas l’armée a tiré et il y’a eu des morts. La France ne voit pas d’un bon œil le projet de troisième mandat de Kagamé qui fait mieux pour son peuple que l’ancien dictateur SASSOU. Conclusion, la démocratie s’est quand on sert les intérêts de la France.

    • @malien. Si c’est comme ça, c’est nous les africains qui devons prendre en main notre propre destinée. Sinon Poutine et Mevdeliev (en Russie) font leurs tours de “passe-passe” depuis plus d’une décennie, toutes les royautés d’Arabie saoudite et du golfe persique sont des dictatures vieilles de plus de 100 ans (plusieurs générations), en Corée du Nord il n’y a pas assez de liberté…mais tous ces régimes qui ne sont pas des démocraties exemplaires et enviables gouvernent des peuples mille fois plus heureux que le peuple malien (moyen).Tu sais pourquoi moi je ne me battrai plus jamais pour la démocratie? Parce qu’ étant élève, j’ai connu la lutte qui a fait partir GMT. Et des amis qui sont morts pendant les journées folles de Bamako. Au finish nos “démocrates” qui ont remplacé GMT ont été pires (dans leur majorité) que lui GMT puisque notre peuple a plus faim encore, le népotisme, le mensonge, les vols, les détournements, les trafics de tout genre ont bien continué! Je me suis résigné à consacrer mon soutien à ces dictateurs qui ont pitié de leurs peuples tant disque d’autres démocrates affament les leurs. Si la démocratie était l’objectif final pour amorcer la croissance et acquérir le bonheur, les jeunes maliens ne se feraient pas expulser aujourd’hui du Congo de la dictature de Sassou.:wink:

      • Bravo sambou pour ton poste rien a dire
        Tand que la politique est considéré comme un métier rien ne fonctionnera chez nous
        La politique est un conviction et non un métier

    • Salut les frères malien et sambou,
      Un grand merci pour vos commentaires car ca faisait longtemps que J’ai lu des postes de la Sorte.
      Et voilà c’est tout craché ca l’Afrique francofolle et francomainsmises.
      Ne vous laissez pas oppresses peuple frère du Congo Brazza.
      Mettez ce connard dehors et renegocier avec la France, la France des interets uniquement.
      Lechez mes bottes et vous serez President a vie minimum 20ans au moins. C’est la promesse de la France a nos dirigeants politicards escrots, requins, rapaces, anacondas, coyotes , loups et vampires de l’Afrique francofolle.

  2. Hé les opposants africains!Au lieu d’inciter vos militants à aller voter massivement le “non” au projet de Sassou, vous essayez de boycotter le scrutin!Moi je pense que si le “non” l’emportait très massivement Sassou ne pourra jamais tricher ou inverser quoi que ce soit!On a vu des cas où le chef d’Etat sortant n’a pu rien faire que de s’en aller tellement que la défaite a été sanglante!Malheureusement en Guinée et en RCI aussi c’est la même tactique: on abandonne le processus quand on sait qu’on n’a aucune chance de l’emporter devant le président sortant!Loin de moi toute idée de soutenir qui que ce soit, mais les opposants africains sont spec!Sinon le fait de consulter le peuple par référendum reste un Droit pour chaque chef d’état. 😉

  3. Au lieu de sacrifier enfin le plaisir insatiable de son ego et donc quitter et laisser un bon précédent…pour que la nouvelle génération puisse y apprendre une leçon d’alternance démocratique immuable, nos dirigeants comme Sassou veulent toujours plus de temps au pouvoir et, de ce fait, montrer le mauvais chemin a la nouvelle generation.

    Apparemment Sassou ne peut imaginer la vie sans pouvoir en main…sinon il sait qu’il en a fait assez. Cest toujours pour aliéner l’espoir de leurs peuples assoiffés du changement et surtout fatigués de la même tète depuis des décennies. Comment Sassou va maintenant faire pour calmer son peuple contre ce que ce dernier voit comme une insulte vis-à-vis de son intelligence…c’est ça la question. Pourquoi les dirigeants africains veulent plus le pouvoir (même pour un an) que tous les honneurs éternels ?

  4. DSN, OTIOMBE O LEKI BANGO. BA KOKAYO TE. O LINGI MBOKA, OKO YAMBA BA PAYA. ZAMBE A KO SUNDISA YO KO SALA MALAMU

  5. Ce qu’il ne faut jamais oublier, Dénis Sassou Nguesso, avait été battu aux élections en 1992. il avait accepté les résultats et quitté le pouvoir.
    Certaines personnes n’ont pas compris, elles se sont acharné contre lui, la suite on le connait.
    le Congo a connu une crise, des morts, des destructions…; peut on accepter une nouvelle fois la déstabilisation de ce pays?
    La démocratie, c’est un Système de gouvernement par le peuple et pour le peuple.
    les Congolais savent la différence entre les mots et les actes. Le développement du Congo, à travers des Infrastructures modernes est là.
    Les défis sont nombreux, réconcilier le développement et l’alternance demande l’effort de tous, pas seulement du pouvoir, mais aussi celle de l’opposition. Elle doit apprendre a éviter d’Être revancharde et sectaire.

  6. Pauvre de nous africains a quand ont fera notre autocritique
    Nos nos dirigeants sont des apatrides et des boulimique du pouvoir

  7. Le référendum est un cinéma que les dirigeants africains aiment jouer pour légitimer et légaliser leurs orientations concernant une situation donnée. C’est dommage pour le peuple qui subit, subit et subit toujours les mauvais comportements des politiciens africains. Aucun parmi ces leaders africains ne perdent leur concertation référendaire. Mais c’est peuple qui doit refuser aller à cette concertation référendaire, sinon c’est la voie ouverte pour ce dictateur. Raison pour laquelle, le Peuple Burkinabè a refusé en évinçant Blaise Compaoré. Malheureusement, le peuple Congolais est faible en nombre et en efficacité.

  8. Sassou est un véritable dinosaure contre son peuple, de toutes les façons, qu’il le veule ou pas, il partira un jours contre son gré; car il y a aussi la mort qu’aucun homme au monde ici bas ne peut braver. Le peuple Congolais est faible en nombre pour lutter contre le Président Sassou, à ce titre il restera encore longtemps, surtout qu’il est sans pitié face aux irréductibles, il les tue sans hésiter, ils sont obliger de fuir le pays.

Comments are closed.