Temps Forts >
Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi

Burkina Faso : La tombe du feu capitaine Sankara exhumée ce lundi ... (8)

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali »

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali ... (35)

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord ... (8)

IBK, un symbole de la politique africaine  de Hollande sous le regard des juges anti- corruption

IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti- corruption ... (26)

il y a 2 années

Sénégal: l’enquête sur les biens présumés mal acquis avance

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

L’aéroport international de Dakar.
Source: Wikipédia

Un ancien député, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, Alioune Aïdara Sylla a été placé sous mandat de dépôt ce lundi 7 janvier au soir. Il est inculpé notamment pour blanchiment de capitaux. L’homme d’affaires a été arrêté le 1er janvier à l’aéroport de Dakar en possession de plusieurs chèques appartenant au président Wade qui vit actuellement en France. Le montant cumulé de ces chèques est important : 2,6 milliards de francs CFA (soit près de 4 millions d’euros).

Selon l’ancien parti au pouvoir, le PDS, Alioune Aïdara Sylla « n’est pas un prête-nom d’Abdoulaye Wade ». L’ancien chef de l’Etat l’a simplement « mandaté pour récupérer la contribution d’un de ses amis du Golfe et exécuter diverses opérations » : finir des travaux dans ses maison de Touba et de Dakar et rembourser différentes dettes.

Deux de ses chèques étaient adressés aux anciens ministres d’Etat Samuel Sarr et Madické Niang qui ont été entendus comme témoins par les enquêteurs. Joint par RFI, Samuel Sarr reconnaît qu’un chèque de 900 millions de francs CFA (1,3 million d’euros) lui était adressé. Il explique qu’Abdoulaye Wade lui devait cet argent et qu’il en a les justificatifs.

Si pour le PDS, cette contribution est « strictement privée » et « parfaitement traçable », un responsable de la société civile s’interroge : « Au nom de quoi cet ami étranger aurait-il donné à Abdoulaye Wade ces milliards ? En remerciement de quels services passés ? Et si c’est vrai, ne doit-il pas payer des impôts ? ».

Le responsable d’une autre organisation fait remarquer que pour la première fois depuis le déclenchement des enquêtes, on voit qu’il y a bien des milliards sur des comptes en banque. « Ce n’est plus, ajoute-t-il, des chimères qu’on agite ».

Par RFI

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.