Sénégal: pas de remise en liberté pour Karim Wade

1
Manifestation en soutien à Karim Wade, à Dakar, le 8 octobre 2013. AFP PHOTO SEYLLOU
Manifestation en soutien à Karim Wade, à Dakar, le 8 octobre 2013.
AFP PHOTO SEYLLOU

Au Sénégal, l’affaire Karim Wade est toujours entre les mains de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Le fils de l’ancien président sénégalais est toujours détenu à la maison d’arrêt de Rebeuss, sur la corniche ouest de Dakar. Ses avocats avaient déposé, il y a une semaine, une demande de remise en liberté provisoire auprès des magistrats, mais sans résultat.

Ce sont les habituels slogans – « Libérez Karim », « Karim président » – qui ont accueilli les deux prévenus, Mamadou Pouye et Karim Wade, à leur arrivée dans la salle d’audience. Puis la Cour est entrée à son tour.

Le président a appelé Mamadou Pouye à la barre. Cet actionnaire d’une société aéroportuaire, intégrée au patrimoine de Karim Wade, est poursuivi pour « complicité d’enrichissement illicite ». A sa demande de mise en liberté provisoire, la Cour a répondu non. « Le risque de subornation de témoin est trop grand », a estimé Henri Grégoire Diop, le président de la Cour, ajoutant que « le prévenu a souvent refusé de répondre aux questions et par cette attitude, il ne contribue pas à la manifestation de la vérité. »

Puis Karim Wade s’est présenté à la barre. La Cour a expliqué son refus : à plusieurs reprises, les soutiens de l’ancien ministre ont perturbé l’audience, et par conséquent, sa libération provisoire présente un risque trop grand de troubles de l’ordre public. A cette annonce, une partie des partisans de Karim Wade ont quitté la salle, mécontents. La Cour a ensuite repris l’audition des témoins.

 

Par RFI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. preuve que la justice sénégalaise est moins pourrie quela justice malienne 👿 👿 👿 👿

Comments are closed.