Sénégal-présidentielle : Abdoulaye Wade investi par le PDS

0
0

Le chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, a été investi vendredi candidat à la présidentielle de 2012 par son parti, une candidature à nouveau contestée par des milliers d’opposants à Dakar au lendemain de violences politiques qui ont fait un mort et trois blessés.

Wade, triomphalement élu en 2000, réélu en 2007, sollicite un nouveau mandat en dépit d’une forte opposition de l’intérieur et d’inquiétudes de pays occidentaux qui jugent que sa candidature peut menacer la stabilité du Sénégal. “Vous venez de m’investir candidat du PDS et de ses alliés, laissez-moi donc vous remercier pour ce geste généreux, mais aussi ce geste de responsabilité qui vous engage et m’engage aussi. J’accepte”, a déclaré Wade sous un tonnerre d’applaudissements après son investiture. Il a souhaité que la campagne se déroule “dans la paix” avant d’animer un meeting auquel ont participé des dizaines de milliers de personnes, “2.650.000”, selon son porte-parole, Serigne Mbacké Ndiaye. Son investiture est intervenue après des violences meurtrières devant la mairie du quartier Sacré-Cœur Mermoz de Dakar, où un échange de coups de feu entre des partisans de Wade et des opposants a fait jeudi un mort et trois blessés.

Le ministre sénégalais de l’Intérieur, Ousmane Ngom, a déclaré dimanche soir que “toute la lumière sera faite sur des dérapages inacceptables”. “Autant il n’est pas acceptable que des milices ou des nervis (hommes de main) s’attaquent à tel ou tel camp, (autant) quand ça se produit, nous avons le devoir en tant que responsable des forces de sécurité d’y mettre un terme”, a-t-il poursuivi. Trois personnes sont en garde à vue depuis samedi soir au commissariat central de Dakar dans le cadre de l’enquête ouverte par la police après ces violences survenues le 22 décembre dans le quartier de Sacré coeur-Mermoz de la capitale. Il s’agit de Barthélemy Dias, maire du Parti socialiste (PS, opposition) du quartier Sacré-Cœur-Mermoz de Dakar et “deux commanditaires” de l’attaque contre la mairie dirigée par Dias, selon une source policière.

Barthélemy Dias, également responsable de la section jeunes du PS, a affirmé à la presse avoir agi en “légitime défense”, en tirant des coups de feu pour se protéger contre des partisans du pouvoir voulant attaquer sa mairie. Selon le PS qui a annoncé une plainte pour “tentative d’assassinat” contre Dias, cinq véhicules remplis d’hommes de main armés du pouvoir sont venus le 22 décembre attaquer la mairie PS du quartier Sacré-Cœur-Mermoz de Dakar et sont à l’origine de ces violences. La police a confirmé dans un communiqué la présence “de deux groupes rivaux et hostiles en face de la mairie de Sacré-Cœur-Mermoz” le 22 décembre, ajoutant que “la situation a dégénéré et des coups de feu ont été tirés” avant l’arrivée de renforts. Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont participé hier à une marche en Casamance pour réclamer plus de sécurité dans cette région du sud du Sénégal en proie à une rébellion et une recrudescence des violences ces dernières semaines.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.