SM le Roi prononce un discours devant la séance solennelle de Haut Niveau de la COP 22

0

SM le Roi Mohammed VI, a prononcé mardi un Discours devant la Séance solennelle de Haut Niveau de la 22eme session de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP 22) qui se tient à Marrakech du 07 au 18 novembre, dont voici le texte:

«Louange à Dieu, PriÚre et salut sur le ProphÚte, Sa famille et Ses compagnons,

Majestés, Excellences, Altesses, Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Il M’est agrĂ©able de vous souhaiter la bienvenue au Royaume du Maroc, terre de dialogue et de coexistence et carrefour des civilisations pour participer Ă  la vingt-deuxiĂšme session de la ConfĂ©rence des Parties Ă  la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques.

L’organisation de cette confĂ©rence au Maroc pour la deuxiĂšme fois, aprĂšs la session de 2001, traduit notre attachement au cadre multilatĂ©ral pour aborder les dĂ©fis internationaux.

Le fait que Marrakech accueille aujourd’hui cette confĂ©rence est une preuve de tout l’intĂ©rĂȘt que nous attachons aux questions de l’environnement et du climat parmi les prioritĂ©s du Royaume.

En effet, notre pays compte parmi les premiers Etats Ă  avoir contribuĂ© Ă  l’émergence d’une prise de conscience mondiale quant au changement climatique, et ce, depuis ma participation, en 1992, au Sommet de la terre de Rio, oĂč, en Ma qualitĂ© de Prince hĂ©ritier Ă  l’époque, J’ai conduit la dĂ©lĂ©gation du Maroc.

Aujourd’hui, la ConfĂ©rence de Marrakech constitue un tournant dĂ©cisif dans le processus de mise en Ɠuvre de l’Accord historique de Paris.

En effet, l’humanitĂ© entiĂšre place de grands espoirs sur les dĂ©cisions qui seront prises au cours de cette confĂ©rence. De fait, elle attend plus que la simple annonce d’engagements et de principes pour enrayer le rĂ©chauffement climatique et en attĂ©nuer les effets.

Elle aspire plutĂŽt Ă  des dĂ©cisions aidant Ă  sauver l’avenir de la vie sur terre et Ă  la prise d’initiatives concrĂštes et de mesures pratiques Ă  mĂȘme de prĂ©server les droits des gĂ©nĂ©rations Ă  venir.

Par ailleurs, la tenue de cette confĂ©rence en Afrique nous incite Ă  donner la prioritĂ© Ă  la nĂ©cessitĂ© de remĂ©dier aux impacts nĂ©gatifs des changements climatiques, qui ne cessent d’empirer dans les pays du sud et les pays insulaires menacĂ©s dans leur existence mĂȘme.

Majestés, Excellences, Altesses,

Les quinze derniĂšres annĂ©es ont vu se rĂ©pandre un discours centrĂ© sur les questions de l’environnement et croĂźtre le nombre des associations engagĂ©es dans sa dĂ©fense. Plus important encore, elles ont Ă©tĂ© marquĂ©es par une prise de conscience accrue quant Ă  la nĂ©cessitĂ© de protĂ©ger l’environnement.

MalgrĂ© l’émergence de cette prise de conscience positive, sommes-nous sur la bonne voie ? Ce processus commun bĂ©nĂ©ficie-t-il d’une coordination et d’une collaboration entre tous ?

La diffĂ©rence est grande entre les pays et les rĂ©gions concernant la culture liĂ©e Ă  l’environnement. De plus, les prioritĂ©s chez les pays industrialisĂ©s dits avancĂ©s, ne sont pas les mĂȘmes que pour les pays en dĂ©veloppement. Tout aussi important est l’écart qui les sĂ©pare en termes de moyens.

S’il est normal que chaque partie dĂ©fende ses intĂ©rĂȘts, les dĂ©cisions prises et imposĂ©es ne sont pas, en revanche, toujours Ă  la portĂ©e de tous les pays.

Aussi, il devient nĂ©cessaire d’unifier l’éducation aux questions de l’environnement et de sensibiliser Ă  son rĂŽle dĂ©cisif dans la prĂ©servation de l’avenir de l’humanitĂ©.

Ici, Je réaffirme que le Maroc consacrera ses efforts, pendant son mandat, et les ressources financiÚres disponibles durant cette courte période, pour remplir cette mission difficile et noble.

Majestés, Excellences, Altesses,

L’engagement fait de prendre Ă  bras le corps la problĂ©matique des changements climatiques Ă  travers l’application de l’Accord de Paris, traduit notre volontĂ© commune de renforcer la solidaritĂ© intergĂ©nĂ©rationnelle.

Cette implication, une nĂ©cessitĂ© morale et un devoir humain, doit s’adosser Ă  la foi dans l’inĂ©luctabilitĂ© du destin commun et la solidaritĂ© sincĂšre entre le Nord et le Sud pour prĂ©server la dignitĂ© humaine.

De nombreuses promesses ont Ă©tĂ© faites dans de multiples confĂ©rences antĂ©rieures. Mais notre confĂ©rence aujourd’hui est celle de la vĂ©ritĂ© et de la clartĂ©; une confĂ©rence pour prendre nos responsabilitĂ©s devant Dieu et l’Histoire, et devant nos peuples.

Nos conférences et nos accords auront-ils un sens si nous laissons les catégories les plus vulnérables, là-bas dans les ßles menacées de disparition et dans les champs confrontés au risque de la désertification en Afrique, en Asie et en Amérique latine, face à leur destin lourd de périls?

La problĂ©matique de l’environnement est une affaire dĂ©licate qui doit ĂȘtre abordĂ©e avec tout le sĂ©rieux et toute la responsabilitĂ© nĂ©cessaires.

L’ùre coloniale est rĂ©volue, tout comme la logique qui consiste Ă  imposer les dĂ©cisions. En fait, l’enjeu, c’est l’existence de l’Homme, qui exige de nous d’Ɠuvrer ensemble main dans la main pour la protĂ©ger.

Aussi, il ne faut pas forcer les pays, d’emblĂ©e, Ă  accepter des dĂ©cisions auxquelles ils ne pourront pas se conformer. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils les rejettent, mais plutĂŽt qu’ils ne disposent pas des moyens nĂ©cessaires pour les appliquer.

Majestés, Excellences, Altesses,

Le coĂ»t de l’attentisme et le manquement Ă  l’impĂ©ratif d’affronter le changement climatique et ses effets, auront des consĂ©quences graves, mettant en pĂ©ril la sĂ©curitĂ© et la stabilitĂ© et induisant l’extension des foyers de tension et des crises Ă  travers le monde.

 

Au nom du destin commun, et au nom de notre responsabilitĂ© historique, J’engage toutes les parties Ă  Ɠuvrer pour donner corps Ă  notre attachement aux valeurs de justice et de solidaritĂ© Ă  travers :

PremiĂšrement : la possibilitĂ© offerte aux pays du sud, et plus particuliĂšrement aux pays les moins avancĂ©s et aux Etats insulaires, de bĂ©nĂ©ficier d’un soutien financier et technique urgent leur permettant de renforcer leurs capacitĂ©s et de s’adapter aux changements climatiques;

DeuxiĂšmement : le respect par les pays avancĂ©s de leurs engagements et la mobilisation, Ă  l’horizon 2020, des cent milliards de dollars, au moins, qui ont Ă©tĂ© la clĂ© de voĂ»te de l’Accord de Paris;

TroisiĂšmement : l’implication de tous les acteurs dans la facilitation du transfert de technologie et la nĂ©cessitĂ© d’Ɠuvrer au dĂ©veloppement de la recherche et de l’innovation dans le domaine du climat; et

QuatriÚmement : la contribution des acteurs non gouvernementaux, entreprises, collectivités territoriales et associations de la société civile, à une forte dynamisation des initiatives : « Action globale pour le climat » ;

Majestés, Excellences, Altesses,

Le Royaume du Maroc n’a Ă©pargnĂ© aucun effort pour relever ses contributions, dans le cadre de la dynamique mondiale visant Ă  rĂ©duire le rĂ©chauffement climatique et Ă  en attĂ©nuer les effets.

De fait, le Maroc, qui a Ă©tĂ© parmi les premiers pays Ă  avoir annoncĂ© leur contribution prĂ©vue dĂ©terminĂ©e au niveau national, s’est engagĂ© rĂ©cemment Ă  baisser le taux des Ă©missions.

De mĂȘme, il a pris des initiatives concrĂštes pour assurer, Ă  l’horizon 2030, 52% de sa capacitĂ© Ă©lectrique nationale Ă  partir de sources d’énergie propre.

Dans le mĂȘme ordre d’idĂ©es, nous avons proposĂ© une sĂ©rie d’initiatives dans le cadre de la mise en Ɠuvre de l’Accord de Paris, notamment en ce qui concerne l’adaptation et le financement, dont l’initiative d’adaptation de l’agriculture en Afrique.

Majestés, Excellences, Altesses,

Le bilan de cette confĂ©rence sera dĂ©cisif pour le devenir de la nouvelle gĂ©nĂ©ration des confĂ©rences des parties, qui devront se focaliser sur l’initiative et l’action.

En effet, l’Accord de Paris n’est pas une fin en soi. Les rĂ©sultats de la ConfĂ©rence de Marrakech sont, plutĂŽt, un test rĂ©el pour mesurer la fiabilitĂ© des engagements que nous avons souscrits et la crĂ©dibilitĂ© des parties qui les ont annoncĂ©s.

L’heure est venue pour redresser la situation actuelle. Nous n’avons d’autre choix que d’Ɠuvrer Ă  rattraper le temps perdu par une mobilisation continue et globale et une cohĂ©sion constructive, pour assurer aux gĂ©nĂ©rations successives une vie commune digne et durable.

Pour conclure, nous vous rĂ©itĂ©rons nos vƓux de bienvenue dans la citĂ© ocre de Marrakech et prions le TrĂšs-Haut de couronner les travaux de cette importante confĂ©rence de succĂšs, dans l’intĂ©rĂȘt bien compris de l’humanitĂ© entiĂšre.

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here