Sommet de la Cedeao à Abuja : Les Trois mesures phares de sortie de crise en Gambie du célèbre avocat sénégalais Amadou Ali Kane aux dirigeants africains

4

Ce samedi 17 décembre 2016 s’ouvre à Abuja (capitale politique fédérale du Nigeria ) le 50 ème sommet des chefs d’état et de gouvernement . Confidentiel Afrique est passé à table avec le très engagé avocat sénégalais , Me Amadou Ali Kane sur les questions des droits de l’homme et enjeux géostratégiques de la diplomatie africaine. Infographie de scénarii sur le syndrome Jammeh .

Alors que Abuja vit un intense ballet diplomatique avec l’arrivée des chefs d’état de la Cedeao, l’ avocat expert sénégalais, Me Amadou Ali Kane, pas comme les autres et qui sillonne le continent pour des missions de bons offices fait entendre sa voix pour que la communauté diplomatique régionale s’approprie de sa feuille de route baptisée Les Trois Mesures clés pour une Gambie apaisée au lendemain de la présidentielle de décembre 2016. L’avocat, défenseur attitré des droits de l’homme, propose 3 scenarii.

1- Mesures politiques – à l’encontre de la communauté internationale – qui consistent à reconnaître officiellement Adama Barrow comme le président élu , à adresser des félicitations à Adama Barrow, à encourager Yaya Jammeh à transférer le pouvoir de manière pacifique et ordonnée, à date échue, au Président élu .

2- Mesures juridiques : le sommet doit encourager le Président élu à adopter dans les meilleurs délais un statut d’anciens chefs d’état gambiens qui va prévoir leur prise en charge ( financière , matérielle et juridique ) . Il faut que ça passe à l’assemblée nationale .

a ) Adoption d’une loi proposant la création d’une Commission Vérité et Réconciliation de nature hybride ( Gambie, Cedeao, Union Africaine ) .

b ) Mise en place d’un Fonds de réparation pour les victimes décédées et vivantes du régime Jammeh jusqu’à ce que le passif humanitaire soit apuré dans la durée de son magistère

Le Président Jammeh peut s’il le désire remettre le pouvoir à la Vice présidente qui le transmettra au Président nouvellement élu .

3- Mesures militaires

Si la crise se règle, le recours à l’option militaire ne serait plus à l’ordre du jour . Si ça ne se règle pas, les chefs d’état de la Cedeao peuvent demander à leurs chefs d’état majors le déploiement d’une force d’interposition en dernier recours.

Ismael AIDARA

Confidentiel Afrique

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. nos langues nationales sonttres affectees par l’ arabe… acculturation des maliens de l’ ecole des francais et l ecole des arabes
    FRANCO-ARABES ESCLAVES DES ARABES ET DES FRANCAIS LOIS DES ARABES ET DES FRANCAIS ECONOMIE DES FRANCAIS ET DES ARABES DIEUX DES ARABES ET DES FRANCAIS RECOMPENSES DES ARABES ET DES FRANCAIS PUNISSIONS DES ARABES ET DES FRANCAIS..
    LES OUTILS? – NOS PERES ET MERES QUI ONT ETE A L’ ECOLE DU FRANCAIS MAIS AVANT A BAS AGES SONT ALES A L ; ECOLE DE L’ ARABE!
    HAHAHAH COURANEH KALAN BE DEMISENI HAKILI DAYELEN KA HAKILI DIYA HAHAHA.

    LES PEUPLES NIQUES! hangman hangman

  2. Une proposition bonne à prendre . Toutefois , il faut s’éviter des risques d’internationalisation du problème . La reconnaissance officielle d’Adama .B
    comme président élu par la communauté internationale ne doit pas empiéter sur le pouvoir décisionnel de la cour constitutionnelle du pays .
    Le recours à une force d’interposition régionale et ou sous régionale n’a jamais amené un apaisement dans la pratique , il est plutôt la source d’enlisement , d’aggravation des crises que nous avons jusque là , connues . En l’état actuel , l’Afrique n’a ni les moyens financiers , matériels , ni la logistique appropriée , encore moins les ressources humaines nécessaires , indispensables à cet effet . S’engager sur ce terrain , c’est finalement faire une invitation implicite à l’occident qui n’entendra en aucune manière , engager ses sous , ses hommes , ses matériels de guerre pour être simple observateur ou du moins un témoins , passif .

    • Yayah jamey doit rendre le pouvoir pacifiquement et de favons ordonné aux nouveaux président élue il a perdue l’élection présidentielle et avais reconnu sa défaite avant de ce rebufie
      S’il s’en tête à le faire Il faudra lui faire partir par la force à mon avis ce genre de situation ne sont plus tolérable de tous
      C’est à lui de demander des garantie à sont successeur dans les limites de la constitution du pays et des garanties pour sont avenir
      Tous reste ne sera que du folklore il sai lui même ce qu’il a fait

    • “La reconnaissance officielle d’Adama .B
      comme président élu par la communauté internationale ne doit pas empiéter sur le pouvoir décisionnel de la cour constitutionnelle du pays .”

      LA SOUVERINITÉ DE LA GAMBIE AVANT TOUT. PERSONNE DE L’EXTÉRIEUR N’A LE DROIT DE DÉCIDER DE LA PERSONNE DU PRÉSIDENT GAMBIEN OU DE POUSSER LE PEUPLE GAMBIE AU GÉNOCIDE PLANNIFIÉ PAR L’ INTERNATIONAL FASCISME OCCIDENTAL.

      “Le recours à une force d’interposition régionale et ou sous régionale n’a jamais amené un apaisement dans la pratique , il est plutôt la source d’enlisement , d’aggravation des crises que nous avons jusque là , connues ”

      PAR DESSUS LE MARCHÉ LA MAFFIA POLITICO-ÉCONOMIQUE PACOTILLE ” MADE IN FRANCE” ET NOMMÉE “CEDEAO” NE POSSEDE AUCUNE LÉGITIMITÉ ET AUCUNE LÉGALITÉ DE DÉCIDER DE LA POLITIQUE NATIONALE D’UN PAYS DE LA SOUS-RÉGION : LA CEDEAO N’ A PAS ÉTÉ ÉLUE PAR LES PEUPLES DE LA RÉGION.

      NOUS ALLONS TRADUIRE EN JUSTICE POPULAIRE TOUS CEUX QUI VONT DE PRES OU DE LOIN OEUVRER Á ENVAHIR MILITAIREMENT LA GAMBIE AFRICAINE.

      QUE IBK ET LE GOUVERNEMENT MALIEN PRENNENT LEUR DISTANCE DE CETTE AFFAIRE SORDIDE D’AUTRES TEMPS.

      LE DERNIER COMMUNIQUÉ DE LA PRÉSIDENCE DU MALI SUR LA RÉUNION D’ ABUJA DÉVOILE QUE LE MALI SE TROUVE DU MAUVAIS COTÉ DE CETTE HISTOIRE, IL EST ENCORE TEMPS DE CHANGER …

      LE SCÉNARIO IVOIRIEN, AVEC GBAGBO, NE VA PLUS SE REPETER EN AFRIQUE DE L’OUEST SANS CONSÉQUENCE POUR LES TRAITRES FRANCAFRICAINS.

      LES PEUPLES SONT EN GARDE…

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here