Sommet ordinaire du Liptako-Gourma : Plus de 242 milliards pour l’essor des pays membres

0
0

"Les efforts consentis depuis quatre décennies dans la recherche d’une sécurité alimentaire, d’un développement économique et social durable, traduisent la volonté du Burkina Faso, des Républiques du Mali et du Niger de relever les défis d’un progrès et d’un bien-être partagés pour les populations de la Région du Liptako-Gourma".  

C’est par ces mots que le chef de l’Etat burkinabé, Blaise Compaoré, a introduit le discours d’ouverture du 7ème Sommet ordinaire de l’Autorité de développement intégré de la Région du Liptako-Gourma (ALG) dont il assurait la présidence en exercice.

Les travaux de ce Sommet auxquels a pris part le Président ATT, se sont déroulés le 24 novembre au Palais des Congrès de Niamey (Niger).

            Placé sous le signe de la " transformation de l’ALG en un espace économique intégré couvrant les territoires de trois pays", le Sommet de Niamey a voulu marquer un nouveau départ pour cette organisation sous-régionale créée en 1971. Avec cet âge, l’ALG se porte bien. Et au Président du Faso de saluer "l’œuvre immense accomplie par l’Autorité de Liptako-Gourma qui, en quatre décennies d’existence a mobilisé avec l’appui des partenaires, plus de 242 milliards de FCFA pour le financement des secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de l’hydraulique et des infrastructures de transport et de télécommunications.

            Plus particulièrement, les trois Chefs d’Etat se sont réjouis de l’état de la mise en œuvre satisfaisant du Programme régional de développement de l’élevage et du Projet de protection des végétaux et des denrées stockées.

            En vue d’intensifier ces investissements, l’ALG espère beaucoup obtenir de ses partenaires d’importants financements. D’où l’organisation, à la veille du Sommet de Niamey, d’une Table ronde des bailleurs de fonds pour le financement des projets et programmes de développement intégré de la région du Liptako-Gourma.

 

            Les conclusions de cette Table ronde sont contenues dans une Déclaration présentée aux chefs de l’Etat par le chef de file des PTF et Représentant de la BAD en Niamey, Mohamed Chérif. Qui a reconnu que "les programmes sont respectueux des stratégies nationales et régionales de développement". Les Chefs d’Etat du Burkina, du Mali et du Niger ont pris acte desdites conclusions et apprécient bien la disponibilité des PTF d’appuyer l’ALG dans la réalisation de son Programme d’actions prioritaires 2010-2015.                                                                                                                                                                   

 

            De nos jours, les principaux Partenaires de l’ALG sont : la Coopération Suisse, le Fonds Koweitien,  le Fonds de Solidarité Africain, la FAO, l’AFD, le FAGACE, l’UEMOA, la BADEA, la BAD, la BID et la BIDC de la CEDEAO.

            Tous ces partenaires techniques et financiers entretiennent de bonnes relations avec les trois Etats membres du Liptako-Gourma.

 

            Fort de ce constat, "le Groupe des PTF encourage les différents gouvernements et l’ALG à poursuivre également les contacts avec d’autres bailleurs de fonds pour la réussite de la mise en œuvre de ces programmes".

            Cet encouragement est pris en compte dans le communiqué final qui a sanctionné la fin des travaux. On y trouve énoncées les principales décisions prises par les présidents Blaise Compaoré, ATT et Issoufou Mahamadou. On y retient surtout que les trois Chefs d’Etat engagent l’ALG à développer des initiatives en vue de la construction des bretelles ferroviaires Dorion-Tambao (au Burkina) et Tambao-Ansongo (au Mali) pour accompagner l’exploitation des gisements miniers au niveau de la Région du Liptako-Gourma.

            Dans le même esprit, ils ont pris acte des conclusions de l’Etude sur la transformation de l’ALG en un espace économique couvrant les territoires des trois Etats membres. Pour ce faire, ils ont instruit le Conseil des ministres à prendre les dispositions nécessaires tout en définissant un calendrier approprié.

            S’agissant des questions d’actualité, les Présidents du Faso, du Mali et du Niger se sont penchés sur "les menaces transfrontalières qui constituent un frein au développement de la Région du Liptako-Gourma". Ils ont ainsi "convenu de renforcer leur solidarité et leur Coopération en vue d’assurer un développement harmonieux de la région". De même, les trois Chefs d’Etat "se sont préoccupés de la situation alimentaire dans les trois Etats membres de l’ALG, du fait du déficit pluviométrique de la saison 2011-2012. Ils ont appelé la communauté internationale à accompagner les Etats dans leurs efforts pour juguler la crise alimentaire qui en découle".

            Comme autre mesure importante de ce 7ème Sommet de Liptako-Gourma, le Président Blaise Compaoré a passé le témoin de la présidence en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat de l’ALG à son homologue du Niger, le Président Issoufou Mahamadou. Celui-ci s’est engagé dans son discours de clôture des travaux, à mener à terme les réflexions qui devront insuffler un nouveau sang à l’ALG pour une nouvelle dynamique basée sur les réalités économiques de l’espace Liptako-Gourma.

            A rappeler que L’Autorité du Liptako Gourma qui a son siège à Ouagadougou, regroupe le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Son directeur exécutif est l’ancien ministre malien Badi Ould Ganfoud.

 

Issa Doumbia,

Présidence de la République

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.