Soudan: l’armée tue plus de 50 rebelles dans le sud

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

L’armée soudanaise a annoncé avoir tué vendredi « plus de 50 rebelles » durant des combats qui se sont déroulés dans l’Etat du sud Kordofan, à la suite d’une offensive menée par des groupes rebelles et qui aurait été repoussée par les forces gouvernementales, selon l?agence soudanaise officielle Suna.

Selon le communiqué de l’armée diffusé par Suna dans la nuit de vendredi au samedi, « plus de 50 rebelles ont été tués (?) les forces armées ont essuyé un certain nombre de martyrs et de blessés ».

Les combats se sont déroulés à une quinzaine de kilomètres au sud de Kadougli, la capitale de l?Etat, selon la même source.

Le communiqué ajoute que l?offensive rebelle a été menée par des forces liées au Front révolutionnaire, une alliance établie en novembre 2011 entre quatre mouvements rebelles dont trois mènent un combat contre le gouvernement dans la région du Darfour (ouest) et la 4ème dans les deux Etats du Sud Kordofan et du Nil Bleu au sud du pays.

Situé le long de la nouvelle frontière avec le Soudan du Sud, le Kordofan-Sud, comme le Nil Bleu, est en proie depuis l’été 2011 à des combats entre l’armée soudanaise et des rebelles. Une partie de ces rebelles avait combattu au côté des Sudistes lors de la guerre civile (1983-2005) qui a abouti à la partition.

Des dizaines de milliers de familles de du Kordofan-Sud en sont réduites à se nourrir d’écorce et de feuilles, avait récemment déclaré un haut responsable de l’ONU cité par des diplomates.

Plus de 900.000 personnes ont été déplacées ou sévèrement affectées par le conflit au Kordofan-Sud et au Nil Bleu, selon l’ONU.

Dans ce contexte, les présidents soudanais Omar el-Béchir et sud-soudanais Salva Kiir se sont engagés le 5 janvier à Addis Abeba à fixer un calendrier pour relancer l’application d’accords essentiels, au point mort depuis trois mois, portant notamment sur le partage des ressources pétrolières.

Avec cette annonce est apparu l’espoir d’une avancée dans le règlement des graves différends entre les deux Soudans, financièrement exsangues depuis l’arrêt par le Soudan du Sud il y a un an de la production de pétrole, qui transite par les oléoducs du Soudan pour être exporté.

SOURCE:  du   12 jan 2013.