Stratégie de l’Union Africaine pour le Sahel: Attachés de défense et conseillers de sécurité à l’école de la Misahel

0
Pierre Buyoya
Pierre Buyoya

L’implication des leaders religieux dans la promotion de la paix et de la cohésion nationale, l’appui à la réinsertion socio-économique des jeunes et des anciens combattants au Nord Mali, le renforcement des initiatives existantes de coopération transfrontalière à travers la mise en place d’unités mixtes et d’opérations conjointes sont entre autres projets majeurs du plan d’action 2014 de la Mission de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL). Cette information a été donnée, le jeudi 20 mars 2014, par son haut représentant, Pierre Buyoya, au cours de la réunion des attachés de défense et des conseillers de sécurité. C’était au siège de ladite institution en présence des représentants de la CEDEAO, du Ministère de la Défense et des Anciens Combattants, des conseillers et attachés diplomatiques accrédités au Mali.

 

Rappelons que la MISAHEL a pour mandat d’accompagner le Mali dans le processus de sortie de crise et d’aider les pays du sahel à faire face aux défis de la sécurité, de gouvernance et de développement qui sont à la base de crises récurrentes dans la région.

 

Cependant, il convient de noter que la MISAHEL est  au cœur de la mise en œuvre de la stratégie de l’UA pour le sahel dont les axes prioritaires tournent autour de ces  trois piliers cités ci – dessus.  L’objectif principal de la présente rencontre est d’informer les professionnels de la sécurité sur la stratégie de l’UA pour le sahel, d’échanger sur le processus de Nouakchott pour le renforcement de la coopération en matière de sécurité entre les pays du sahel et enfin de susciter la mise en place d’un cadre d’échange et de contacts réguliers entre MISAHEL et ceux – ci.

 

Concernant  l’aspect sécuritaire,   il s’agit de faire notamment  la promotion de la coopération régionale en matière de sécurité et  l’approfondissement du processus de Nouakchott. Pour ce qui concerne la gouvernance, cette partie va prendre en charge entre autres la consolidation de l’Etat de droit, la décentralisation administrative et le partage d’expériences réussies, la lutte contre la corruption, la promotion des droits humains et de l’action humanitaire, l’appui au processus de dialogue et réconciliation, la promotion de la paix et de la cohésion à travers les leaders religieux et traditionnels, l’appui aux processus électoraux dans la région et la gestion des conflits et l’intégration des communautés nomades.

 

Quant au développement, il s’agit d’assurer  la collaboration régionale sur des projets d’infrastructures et de développement, l’insertion socio –économique des jeunes et des femmes et le développement agricole et pastorale de la région.

 

Dans son mot de bienvenue, le haut représentant de la présidente de la Commission de l’Union Africaine, Pièrre Buyoya, a expliqué que son institution s’emploie à cette tâche en étroite collaboration avec les pays concernés, les communautés économiques régionales, les partenaires techniques et financiers et les structures spécialisées de l’UA. « Ces derniers mois, nous nous sommes attelés à développer la stratégie de l’UA  pour le sahel qui va être présentée au conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA, la semaine prochaine à Addis Abeba, pour l’année 2014 avec une série de projets à réaliser.

 

A cet effet, je voudrais à titre illustratif citer trois projets majeurs pour l’année 2014 à savoir : l’implication des leaders religieux dans la promotion de la paix et de la cohésion nationale, l’appui à la réinsertion socio-économique des jeunes et des anciens combattants au Nord Mali, le renforcement des initiatives existantes de coopération transfrontalière à travers la mise en place d’unités mixtes et d’opérations conjointes » a –t- il dit en substance.

 

Pour le premier responsable de la MISAHEL, Pièrre Boyoya, ladite rencontre s’inscrit dans une dynamique de coopération afin que les participants servent d’interface avec leurs pays et organisations respectifs et qu’ils continuent à jouer le rôle qui est les leurs dans le renforcement de la coopération en matière de sécurité entre les pays du sahel.

 Moussa DAGNOKO

 

PARTAGER