Syrie : les rebelles islamistes prennent Alep, l’EI chassé de Minbej

1
Les djihadistes et rebelles islamistes sont sur le point d'assiéger la ville d'Alep, en Syrie. © CITIZENSIDE/ GUILLAUME BRIQUET
Les djihadistes et rebelles islamistes sont sur le point d'assiéger la ville d'Alep, en Syrie. © CITIZENSIDE/ GUILLAUME BRIQUET

Les islamistes s’apprêtent à assiéger les quartiers gouvernementaux d’Alep. Par ailleurs, la coalition kurdo-arabe reprend du terrain face à l’État islamique.

Une coalition de djihadistes et rebelles islamistes est sur le point de reprendre le contrôle total d’Alep, en brisant l’encerclement des quartiers rebelles par le régime et en assiégeant les quartiers gouvernementaux de la deuxième plus grande ville de Syrie et enjeu majeur du conflit.

LIRE aussi Syrie : pourquoi Poutine va détruire Alep

Les islamistes se sont emparés samedi de positions stratégiques du régime au sud de cette ville syrienne, selon une ONG. “L’armée de la Conquête a pris samedi le contrôle de l’académie d’armement, où se trouvent d’importantes munitions, et la majeure partie de l’académie d’artillerie. Elle est sur le point de couper, par le feu, la route d’approvisionnement menant aux quartiers gouvernementaux” d’Alep, a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). “Les forces du régime sont dans une position très difficile malgré l’appui aérien russe”, a-t-il ajouté. Selon lui, si les rebelles s’emparent du quartier gouvernemental de Ramoussa, tout proche des académies, ils pourront faire la jonction avec le secteur rebelle de Cheikh Saïd, et ainsi briser le siège imposé par le régime depuis le 17 juillet aux zones insurgées de la ville.

Changement de rapport de force ?

Pour mener à bien leur opération, les djihadistes ont lancé plusieurs voitures piégées et des kamikazes contre le mur d’enceinte des écoles militaires et ont pu ainsi faire des ouvertures par lesquelles ils ont pénétré, selon le site pro-régime almasdarnews. Le Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda), qui fait partie de l’armée de la Conquête, avait annoncé samedi la prise de contrôle des deux académies et d’une troisième position militaire dans le même secteur. La télévision officielle syrienne a fait état de son côté de combats dans les trois sites.

Ce retournement de situation intervient trois semaines après que les forces du régime, appuyées par l’armée russe, ont imposé un siège aux quartiers rebelles d’Alep situés dans l’est de la ville. Les groupes rebelles et djihadistes tentent depuis de briser ce siège. Dans un message audio diffusé sur les sites djihadistes vendredi, le chef du Front Fateh al-Cham, Abou Mohammad al-Jolani, s’était dit confiant dans la victoire. “Dieu va offrir une victoire glorieuse à nos combattants qui briseront le siège d’Alep”, a-t-il affirmé. “Le résultat de la bataille sera bien plus considérable qu’une levée du siège. Il changera le rapport de force et préparera un nouveau chapitre dans la guerre.” Divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et quartiers ouest prorégime, Alep est un enjeu majeur du conflit.

Minbej reprise des mains de l’État islamique

D’autre part, les forces coalisées kurdo-arabes ont remporté une grande victoire contre les djihadistes de l’État islamique en s’emparant de leur fief de Minbej, deux mois après avoir lancé leur offensive contre cette localité stratégique du nord de la Syrie. “Les forces démocratiques syriennes (FDS) contrôlent samedi Minbej et ratissent le centre-ville à la recherche des derniers djihadistes encore présents dans la ville”, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Le porte-parole du Conseil militaire de Minbej, composante des FDS, Sherfan Darwish, a déclaré pour sa part à l’Agence France-Presse que ses troupes contrôlaient 90 % de la ville mais que des combats avaient encore lieu dans le centre de la localité.

Les FDS avaient lancé le 31 mai une offensive visant à reprendre Minbej, qui était alors le principal carrefour d’approvisionnement de l’EI, de la frontière turque vers Raqqa, sa capitale autoproclamée en Syrie située plus à l’est. Avec l’appui aérien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, les FDS avaient repris dans un premier temps plusieurs localités et villages autour de Minbej puis étaient entrées le 23 juin dans cette ville de la province d’Alep.

Depuis, ils y avaient cependant progressé lentement en raison des contre-attaques des djihadistes. Déclenché par la répression de manifestations pacifiques en mars 2011, le conflit en Syrie qui s’est complexifié avec l’intervention militaire étrangère et la montée en puissance de djihadistes a fait plus de 280 000 morts.

 Publié le 06/08/2016 à 10:22 | Le Point.fr
PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.