Un drone peut-il détruire un avion de ligne ?

1

Les d√©g√Ęts en vol provoqu√©s sur un avion par un drone peuvent √™tre compar√©s √† ceux caus√©s par les volatiles. Le risque n’est pas nul.

Quels drones menacent l’aviation civile¬†? Les drones militaires, ceux qui sont mis en Ňďuvre en Syrie, en Irak, au Mali, etc. par des arm√©es r√©guli√®res, sont pilot√©s √† distance et n’interf√©r√®rent pas avec les voies a√©riennes utilis√©es par les avions de ligne. Depuis le poste de contr√īle au sol, l’op√©rateur de drone a connaissance de l’image radar du trafic a√©rien. Il est averti si un conflit √©ventuel de trajectoire peut survenir et sait comment √©viter tout rapprochement. Au-dessus du territoire fran√ßais, les forces arm√©es sont susceptibles de s’entra√ģner au pilotage de drones, mais leurs √©volutions sont strictement limit√©es √† des zones comme celle de la base militaire d’Istres, interdite √† toute autre activit√© a√©ronautique, pendant les vols de drone. La technologie est suffisamment ma√ģtris√©e pour que Dassault Aviation ait pu y organiser en mars 2014 un vol de patrouille entre un drone nEUROn, un Rafale et un Falcon 7X.

Les drones civils mal ma√ģtris√©s sont ceux qui menacent les vols commerciaux. Les drones civils repr√©sentent de plus en plus une ¬ę¬†menace r√©elle et croissante¬†¬Ľ pour la s√©curit√© des avions de ligne, a indiqu√© le mois dernier, en marge du salon a√©ronautique de Singapour, l’Association internationale du transport a√©rien (Iata), appelant √† r√©glementer ces activit√©s afin d’√©viter d’√©ventuels¬†accidents¬†aux cons√©quences graves.¬†La menace repr√©sent√©e par de petits a√©ronefs sans pilote √©volue dans la mesure o√Ļ la population commence seulement √† d√©couvrir l’important potentiel des applications de cette technologie non militaire, a indiqu√© le directeur g√©n√©ral de l’Iata, Tony Tyler.¬†¬†Les drones sont l√† ¬ę¬†pour durer, mais nous ne pouvons pas leur permettre d’√™tre un obstacle √† la s√©curit√© de l’aviation civile¬†¬Ľ.

C√īt√© chiffres, le Centre d’√©tude des drones √† l’universit√© am√©ricaine de Bard a indiqu√© avoir enregistr√© 921 incidents impliquant des drones et des avions dans l’espace a√©rien am√©ricain, de d√©cembre 2013 √† septembre 2015.¬†Trente-six de ces incidents √©taient consid√©r√©s comme ¬ę¬†proche d’une collision¬†¬Ľ, selon un rapport de l’universit√©.¬†Et dans 28 d’entre eux, les pilotes d’avion de ligne ont d√Ľ manŇďuvrer pour √©viter une collision avec un¬†drone. Comme le mois dernier en approche √† Roissy-CDG.

Panne moteur

Cette collision peut-elle provoquer un drame avec perte de contr√īle de l’avion de ligne¬†? Tout d√©pend de la taille et de la masse du drone. S’il s’agit d’un engin comparable aux dimensions d’un oiseau, l’avion de transport a √©t√© con√ßu pour r√©sister √† un tel choc. Le parebrise, en particulier, est test√© lors de la certification avec un canon √† poulets qui projette des volatiles √† grande vitesse, simulant une collision en vol. Si le risque de fendre le parebrise existe, la d√©pressurisation n’est pas possible compte tenu de la basse altitude. Les moteurs doivent aussi √™tre con√ßus pour r√©sister. Mais on a vu les limites du syst√®me quand l’A320 d’US Airways a percut√© des oies bernaches, bloquant les r√©acteurs et l’obligeant √† amerrir sur l’Hudson.

Si la r√©glementation est respect√©e, aucun drone civil de loisir ou utilitaire ne doit voler dans l’espace a√©rien associ√© √† un a√©rodrome. Dans le cas de la quasi-collision avec un A320 en approche √† Roissy-CDG, l’√©v√©nement est survenu √† 5 500 pieds (environ 1 600 m√®tres), soit encore assez loin de l’a√©roport, en zone rurale de Seine-et-Marne. Un tel drone qui vole √† cette altitude est un engin puissant, de tr√®s haut de gamme s’il s’agit d’un appareil de loisirs. Mais sa taille semble √™tre modeste sinon un √©cho serait apparu sur les radars militaires.

La r√©glementation fran√ßaise permettant √† des drones de loisirs de voler a √©t√© r√©cemment mise √† jour. La hauteur maximale de vol reste limit√©e √† 150 m√®tres. Il est interdit de survoler l’espace public en agglom√©ration. La nouvelle r√©glementation interdit aussi d’utiliser son drone si le pilote est dans un v√©hicule en d√©placement. Dans le cas des drones automatiques, il est¬†possible de faire voler son drone sans que le pilote ait √† intervenir sur les commandes de vol uniquement¬†√† une hauteur maximale de 50 m√®tres et √† une distance horizontale maximum de 200 m√®tres.

 

PAR THIERRY VIGOUREUX

Publié le 04/03/2016 à 12:23 | Le Point.fr
SOURCElepoint.fr
PARTAGER

1 commentaire

  1. Le risque de collision ne peut exister entre un drone et un avion de ligne qu'au décollage et à l'atterrissage des avions de ligne .
    Quand ensuite les drones volent aux abords des aéroports . Hormis ces deux conditions , il n' y a aucun autre rique vu que les avions de ligne et les drones ne volent pas à la même altitude . Les avions de ligne volent tous à une altitude de plus de 10.000 pieds alors que les drones ne dépassent jamais une altitude de 6000 pieds .

Comments are closed.