VIDEO. «Il est parti réparer la clim», Emmanuel Macron se moque de son homologue burkinabè

3
Emmanuel Macron lors de son déplacement au Burkina Faso — LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron lors de son déplacement au Burkina Faso — LUDOVIC MARIN / AFP

DIPLOMATIE Le président français, qui s’exprimait devant des étudiants, a déclenché les rires de la salle…

Emmanuel Macron était ce mardi à Ouagadougou, au Burkina Faso, première étape de la tournée africaine du président français, qui a prononcé sur place un discours sur sa politique africaine.

Son discours, prononcé devant 800 étudiants de l’université de Ouagadougou, était suivi à la mi-journée de questions-réponses avec les étudiants. Interpellé au sujet des coupures d’électricité au Burkina Faso, le président de la République a rappelé qu’il n’était pas le président… burkinabè.

« Nous allons demain en effet ouvrir une centrale. J’ai dit quel était l’engagement de la France en matière de renouvelable et l’engagement que nous allons faire en termes d’investissements dans l’entrepreneuriat dans les entreprises pour aider le Burkina Faso et tous les pays de la région à développer l’énergie et à lutter contre les coupures. Mais vous m’avez parlé comme si j’étais le président du Burkina Faso », a lancé Emmanuel Macron, déclenchant les rires de la salle.

Incident diplomatique ?

« Interrogez-vous sur le sous-jacent psychologique qu’il y a derrière votre interpellation et l’enthousiasme que ça a créé. Quelque part, vous me parlez comme si j’étais toujours une puissance coloniale mais moi je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso. C’est le travail du président (Roch Marc Christian Kaboré) », qui s’éclipse à ce moment précis. « Alors par contre je vous rassure » reprend le président français avant de s’interrompre, réalisant que son homologue burkinabè quitte la salle. « Du coup il s’en va. Reste là ! Du coup il est parti réparer la climatisation », a lancé Emmanuel Macron, hilare.

Et le président d’en remettre une couche. « Si le président Kaboré veut sortir de la zone franc, il peut le faire quand il veut ! (…) Dès qu’il aura fini de réparer la climatisation… » a-t-il ajouté, moquant le départ précipité du président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, qui a quitté la salle quelques instants auparavant.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Nous même africains ne sommes pas prêts à nous libérés de cette colonisation car nous ne voulions jamais prendre en charge les responsabilités qui sont les nôtres, avec çà comment nous pourrions nous faire respecter par les autres peuples du monde? Quand la visite de Macron était annoncée depuis trois mois, le Président du Faso KABORE devrait prendre en charge lui-même cette climatisation et toute la sonorisation du lieu, au lieu de s’asseoir et attendre que l’Ambassade de France dans la recherche du respect de son Président prenne les choses en main. Les français savent qu’il faut respecter leur Président, c’est pourquoi l’Ambassade a accepter prendre les choses en change. Et pendant ce temps où sont ces hommes et femmes dits intègres du Faso? C’est décevant pour nous africains qui aiment toujours mettre la balle dans le camp de l’autre en refusant ses propres responsabilités, quel comportement abominable et irrespectueux des africains face des autres? Nous sommes toujours colonisés, encore une honte pour notre continent.

  2. Bien fait pour le président burkinabé qui s’est comporté comme un chien: fermer les écoles de sa jeunesse pour un gamin de 39 ans!
    Le sous président burkinabé mérite les insultes de macreux!

    Voilà ce qui se passe quand tu ne te respectes pas et que tu refuses de te prendre en mains: les autres te méprises!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here