Violences au Burundi: vive inquiétude de la communauté internationale

0
Violences au Burundi: vive inquiétude de la communauté internationale
Des heurts opposent manifestants et forces de l’ordre à Bujumbura depuis l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat samedi.
REUTERS/Thomas Mukoya

Les diplomaties occidentales suivent avec une certaine inquiétude les violences qui secouent Bujumbura ces derniers jours. L’Union européenne condamne l’arrestation du défenseur des droits de l’homme Pierre Claver Mbonimpa et appelle au calme. « On continue d’appeler à aborder la question des élections dans un esprit de réconciliation dans l’intérêt du pays et pour respecter les accords d’Arusha, indique la porte-parole de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, Catherine Ray. On suit avec inquiétude la situation et à ce stade on appelle le plus possible à la retenue, à garantir les droits civils et politiques, à faire en sorte que les actes de violence cessent. »

Paris exige que les élections soient « transparentes et pacifiques dans le respect de la Constitution », l’essentiel étant, souligne le Quai d’Orsay, « de sauvegarder un esprit de réconciliation ».

Appel à la retenue également émis par la Belgique, qui demande à chaque partie d’éviter les actes de violences et d’intimidation. « Les responsabilités individuelles de ceux qui commettent des actes violents ou des violations graves des droits de l’homme seront engagées », lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Bruxelles menace par ailleurs de suspendre son programme de coopération financé avec la police burundaise, en cas de non respect des droits de l’homme.

Le pouvoir burundais réfute une violation de la Constitution

D’un ton beaucoup plus ferme, le département d’Etat américain estime que la candidature à un troisième mandat de Pierre Nkurunziza est une entorse à l’accord d’Arusha. C’est une « occasion historique manquée de renforcer la démocratie », indique un communiqué. Washington appelle le gouvernement à respecter le droit de chaque partie à manifester, ainsi que celui des médias à relayer de manière libre le processus électoral…….Lire la suite sur rfi.fr
PARTAGER