Visite du président Touré en Algérie : Une dominante sécuritaire

0
ATT Bouteflika
ATT Bouteflika

Le président Bouteflika a donné l’assurance au chef de l’Etat de la disponibilité de son pays à accompagner le nôtre dans son développement, particulièrement dans les régions de Gao, Kidal et Tombouctou.

Au deuxième jour de sa visite en Algérie, le président de la République Amadou Toumani Touré s’est entretenu en tête-à-tête avec hôte, le président Abdelaziz Bouteflika, pendant plus de deux heures d’horloge au siège de la présidence de la République démocratique algérienne située dans le quartier huppé d’El Mouradia au centre d’Alger. Durant cet entretien à huis-clos, a indiqué le président Touré à sa sortie du palais présidentiel, il a été surtout question des nouvelles menaces qui planent sur la zone sahélo-saharienne, marquée par la présence de groupes armés lourdement équipés. Cette situation, note Amadou Toumani Touré, est inquiétante et commande que les Etats de la sous-région conjuguent leurs efforts pour combattre la menace. Au delà de cette préoccupation, les deux chefs d’Etat ont aussi étudié les voies et moyens de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines des infrastructures, de la formation, du développement du secteur primaire ainsi que de la coopération énergétique.

Le président Bouteflika a donné l’assurance à son invité la disponibilité de son pays à accompagner le nôtre dans son développement, particulièrement dans les régions de Gao Kidal et Tombouctou. Auparavant le président Touré avait déposé une gerbe de fleurs sur la stèle des martyrs, après une audience qu’il a accordée en sa résidence de Zeralda au président de l’Assemblée populaire algérienne, Abdelaziz Ziari. Au cours de cet entretien d’une trentaine de minutes environ les deux personnalités ont évoqué le renforcement de la coopération entre les deux parlements, mais aussi en matière de sécurité et de développement.

Le président de l’Assemblée populaire algérienne a promis de s’investir personnellement à cet effet. Amadou Toumani Touré a reçu quelques instants plus tard, le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, venu lui rendre une visite de courtoisie. Si rien n’a filtré de cette audience on peut deviner, quand on sait que Ahmed Ouyahia a été ambassadeur de son pays chez nous en un moment critique de notre histoire récente, qu’il a été aussi question de sécurité. C’est déjà cette préoccupation qui avait guidé, lundi après-midi, le président de la République Amadou Toumani Touré lors de sa visite de l’usine d’assemblage de la Société nationale algérienne de véhicules industriels dans la zone industrielle de Rouida dans la banlieue d’Alger. Vaste complexe de près de 5 000 mètres carrés, cette usine a été construite en 1979. Elle produit dans ses fonderies propres tous les matériaux qui entrent dans la fabrication de ses produits constitués essentiellement de véhicules utilitaires de toutes sortes : camions militaires, citernes de transports d’hydrocarbures, camions de ramassage d’ordures, bus de transports urbains et interurbains, minibus, élévateurs ou grues montés sur plateforme roulante, entre autres. On y fabrique aussi des bus équipés pour la collecte ou le don de sang ainsi que des remorques, des semi-remorques et des porte-chars, etc.

Le président Touré a salué la qualité de la production de cette usine où l’armée malienne a commandé des véhicules utilitaires. Un certain nombre de camions et d’ambulances de cette première commande de nos forces armées, a été présenté au président Touré. On se rappelle que des véhicules de ce type avaient participé au défilé militaire du cinquantenaire de l’accession de notre pays à l’indépendance. Leurs qualités techniques avaient convaincu nos autorités qui ont commandé une vingtaine de camions et ambulances pour les besoins de transport de troupes et de logistique. Ce premier lot va incessamment être acheminé à destination. D’ores et déjà, une autre commande a été lancée auprès du constructeur. Une convention de partenariat a été signée avec le constructeur algérien sur une durée de cinq ans pour la fourniture d’équipements de transport pour la mobilité des troupes et des engins lourds ainsi que pour l’évacuation des malades ou blessés militaires

Envoyé spécial

 

B. COULIBALY

PARTAGER