Zimbabwe: r√©union cruciale pour l’adoption d’une nouvelle Constitution

0
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe et son Premier ministre Morgan Tsvangirai (d), le 18 avril 2011 à Harare
© AFP

HARARE – Les autorit√©s zimbabw√©ennes vont tenter lundi d’aplanir les diff√©rends bloquant l’adoption d’une nouvelle Constitution, pr√©alable √† la tenue d’√©lections cens√©es mettre fin √† l’√©prouvante cohabitation entre le pr√©sident Robert Mugabe et son Premier ministre Morgan Tsvangirai.

Selon l’accord de partage du pouvoir sign√© entre les deux rivaux sous l’√©gide de la Communaut√© de d√©veloppement d’Afrique australe fin 2008, l’organisation d’un nouveau scrutin n’aura lieu qu’une fois que le pays aura √©t√© dot√© d’une nouvelle loi fondamentale, qui devra √™tre approuv√©e par r√©f√©rendum.

MM. Mugabe et Tsvangirai avaient accept√© de cohabiter provisoirement pour √©viter une guerre civile apr√®s la tr√®s violente campagne √©lectorale de 2008, qui avait vu le second s’effacer devant le premier entre les deux tours pour √©viter un bain de sang g√©n√©ralis√©.

Mais le processus de rédaction de la Constitution a été émaillé de divers incidents et a pris plus de deux ans de retard.

La Zanu-PF de M. Mugabe, le MDC de M. Tsvangirai et une fraction dissidente du MDC se sont accord√©s sur un texte fin ao√Ľt, mais le parti du pr√©sident en a rapidement contest√© une partie.

Ils doivent √™tre rejoints lundi et mardi par des repr√©sentants de la soci√©t√© civile pour tenter d’arrondir les angles.

Le porte-parole du MDC Douglas Mwonzora a soulign√© que son parti esp√©rait que la conf√©rence serait paisible, rappelant qu’une r√©union similaire avait √©t√© perturb√©e par des partisans de la Zanu-PF en 2009.

“Nous esp√©rons √† une conf√©rence pacifique o√Ļ toutes les parties prenantes seront autoris√©es √† s’exprimer. Nous attendons tol√©rance et respect de l’autre”, a-t-il d√©clar√© √† l’AFP.

Le projet actuel limite les pouvoirs du pr√©sident et renforce ceux du Parlement, emp√™chant le pr√©sident de rester en poste plus de dix ans et le privant d’immunit√© apr√®s avoir quitt√© le pouvoir.

La Zanu-PF de Robert Mugabe –qui est aux affaires depuis l’ind√©pendance en 1980– a fait savoir qu’elle avait des probl√®mes avec seulement 3% du texte. Elle veut r√©tablir certains des pouvoirs du pr√©sident, ajouter une clause interdisant explicitement le mariage homosexuel et interdire la double citoyennet√©.

 

PARTAGER