Zone euro: L’Espagne et le Portugal vont être déclarés en dérapage budgétaire

UNION EUROPEENNE Les déficits publics des deux pays de la péninsule ibérique sont bien au-delà des objectifs du pacte de stabilité...

0
Zone euro: L'Espagne et le Portugal vont être déclarés en dérapage budgétaire
Le commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici (à gauche) et le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, le 11 juillet 2016 à Bruxelles. - AFP

On parle encore d’euro, de Portugal et d’ Espagne mais cette fois, il n’est pas question de football. Les deux pays de la péninsule ibérique vont être déclarés mardi en dérapage budgétaire, une situation inédite. « Les membres de la zone euro vont soutenir la recommandation de la Commission européenne » en ce sens, a annoncé ce lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, à l’issue d’une réunion des grands argentiers de la monnaie unique, à Bruxelles.

>> A lire aussi : François Hollande en tournée pour donner «une nouvelle impulsion à l’Europe»

Il faut dire qu’en 2015, le déficit public espagnol a atteint 5 % du produit intérieur brut (PIB), bien au-delà du seuil du pacte de stabilité (3 % du PIB) et des objectifs que lui avait fixés la Commission, à 4,2 %. Il devrait aussi déraper en 2016, alors que l’Espagne, qui a déjà réalisé des efforts budgétaires considérables, n’est pas encore parvenue à former un gouvernement après les élections législatives du 26 juin, précédées de six mois de blocage politique.

Quant au Portugal, il avait affiché un déficit public de 4,4 % du PIB l’an passé alors que l’objectif fixé était de repasser sous les 3 %. En 2016, il devrait toutefois rentrer dans les clous.

Des sanctions financières à définir

Quelles sont les conséquences de la situation de dérapage budgétaire ? Essentiellement financières. Dès que les ministres auront pris leur décision, s’ouvrira « une période de 20 jours » pendant laquelle la Commission européenne évaluera les sanctions possibles à l’encontre des deux pays, a précisé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

Les amendes possibles sont « au maximum de 0,2 % » du Produit Intérieur Brut (PIB) et au « minimum zéro ».

Dans le cadre de cette échéance de vingt jours, l’exécutif européen pourrait aussi proposer de couper une partie de la manne des fonds structurels européens à partir de 2017. Selon une source européenne, les fonds concernés pour l’an prochain s’élèvent pour l’Espagne à 1,3 milliard d’euros et pour le Portugal à 500 millions d’euros.

20 Minutes avec AFP

PARTAGER