A propos de l’ouverture prochaine des classes : Le Directeur de l’Académie d’Enseignement de la capitale de l’or blanc s’est confié au Coq cocorico !

0

 La rentrée scolaire 2011/2012 a été bien préparée dans les localités de Koutiala et de Yorosso. Elle sera marquée par l’ouverture cette année d’un Institut de Formation des Maîtres à Koutiala. Pour en savoir plus sur les points culminants de la circonscription de l’Académie d’Enseignement de Koutiala, nous avons approché le Directeur de cette entité scolaire, Malick Kassé, qui nous a livré des propos bien compréhensifs et convaincants. Ce que l’on peut retenir de l’interview qu’il a accordé au journal le Coq cocorico, la rentrée scolaire dans le ressort de l’Académie de l’Enseignement de Koutiala a été bien préparée et rien n’a été laissé au hasard.

 

Le Coq cocorico : Comment se prépare la rentrée scolaire dans votre Académie ?

 

 

Lors d’une récente rencontre avec le Gouverneur de la région de Sikasso, Ibrahima Féfé Koné, nous avons fait le compte-rendu de ces nouvelles dispositions, qui viennent d’être au sein de notre circonscription scolaire. Et là où nous sommes aujourd’hui, je vous informe que tout est fin prêt pour la rentrée scolaire 2011/2012. Parlant de l’ouverture de l’IFM, c’est le lieu de vous dire que le concours d’entrée à cet Institut a déjà été fait. Actuellement, nous attendons les résultats qui devront tomber dans les tout prochains jours. Aussi, nous sommes à l’attente du déploiement du personnel devant assurer la fonctionnalité de ce nouvel Institut de Formation des Maîtres « IFM ».

Les propositions de redoublements, l’en tout s’est déroulé conformément aux dispositions en vigueur. Je précise aussi, que les mutations sont en cours. Les catégories d’enseignants qui sont concernés, par ces mutations sont seuls les fonctionnaires des collectivités. Quant aux contractuels, ils ne sont pas concernés par ces mutations. Parlant de l’autre aspect de la mise en œuvre du nouveau programme de l’Enseignement Secondaire, je dirais, qu’il permettra de révolutionner tout le système éducatif de notre pays, surtout au niveau du secondaire général et par ricochet au niveau du supérieur. J’ajoute qu’à cours voire à moyen terme, l’école malienne dans son ensemble devra prendre une nouvelle direction, en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement. Des dispositions sont prises dans ce sens par les plus hautes autorités du pays, à travers les Ministères en charge de l’éducation.

Pour ce faire, certains enseignants des établissements du public des ont reçu des formations de qualification et surtout dans le domaine de la tenue des classes de 10ème. Les privés qui souhaiteraient que leurs personnels soient formés ont également été pris en charge lors des différentes sessions de formation qui se sont déjà tenues. Il faut signaler que ceux qui n’ont pas exprimé le besoin de formation de leurs personnels enseignants, ne pourront pas ouvrir de classe de 10ème année lors de cette année scolaire 2011/2012. Parlant sous le contrôle des Ministres en charge de l’Education d’une façon générale, je tiens à préciser que la réforme en cours, constitue un élément particulier au titre de l’année scolaire 2011/2012. Sa mise en œuvre, faut-il le rappeler est l’aboutissement d’un long processus qui a permis l’organisation du Forum National sur l’Education. Une des très fortes recommandations du dit forum se repose sur son application.

Le Coq Cocorico : Où en êtes-vous avec l’ouverture de l’IFM de Koutiala ?

M. Malick Kassé :

Le Coq Cocorico : Peut-on savoir les limites de votre Académie ?

M. Malick Kassé :

Le Coq Cocorico : Avec la mise en application des recommandations issues du Forum National sur l’Education ; et après toutes ces années d’atermoiements ; M. le Directeur, d’une façon générale, comment voyez-vous l’avenir de l’école malienne en tant que spécialiste?

M. Malick Kassé :

Le Coq Cocorico : Quels sont vos mots de la fin ?

Je tiens à vous remercier pour s’être déplacé jusqu’ici à Koutiala, pour parler de l’année scolaire dans le ressort de notre Académie d’Enseignement. Pour mes mots de la fin, je réitère que la relève du pari voire du défi n’est pas impossible, mais pour y parvenir et vite parvenir à cela, il est important que tous les acteurs autour de l’école s’impliquent à changer les choses. Il en est de même pour les collectivités qui sont par ailleurs préparées dans ce sens. Il faudra que les collectivités s’assument elles aussi, tout en jouant pleinement leur rôle. A toutes et à tous, je souhaite une bonne année scolaire 2011/2012.

Propos recueillis par Zhao Ahmed A Bamba

La mise en œuvre de toutes ces réformes au niveau de l’éducation, ne peut être soutenue que par la prise de conscience de tous les acteurs « parents d’enfants, corps enseignant, leaders politiques et administratifs entre autres ». Il faudra que les uns et les autres parviennent à nourrir l’ambition et la nécessité de changement. Je suis convaincu que si cela est, nul doute, il nous conduira à des lendemains meilleurs pour notre école. C’est à partir de cette prise de conscience, si elle est effective, nous pouvons tous espérer du changement attendu. Que chacun y mette son petit plus pour apporter la solution. Quant à moi personnellement, je suis très optimiste parlant de l’avenir de l’école malienne. Seulement, je tiens à le dire sans cesse, il faut faudra une implication réelle de tous les acteurs autour de l’école. Mon académie couvre les cercles de Koutiala et de Yorosso. C’est-à-dire, les Centres d’Animation Pédagogique (CAP) de Yorosso, de Koutiala, de M’Pessoba et bientôt de Zangasso. Au sein de notre Académie, nous disposons de trois Lycées publics, d’un Lycée Technique Privé, de trois Ecoles professionnelles privées, d’un Centre de Formation Professionnelle privé, d’un IFP agro-pastoral public et maintenant d’un IFM. A cela, il faudra ajouter, sept Lycées privés d’Enseignement secondaire général, deux Ecoles de Santé privées, un Centre d’Apprentissage Agricole (CAA) logé à M’Pessoba et qui relève du Ministère de l’Agriculture, dont nous assurons la supervision pédagogique. À propos, je vous dis que nous sommes prêts. Car l’acte juridique de la création de l’Institut de Formation des Maîtres de Koutiala (IFM) a été déjà signé. Quant à la mise en place du corps professoral, elle est en cours. A ce jour, nous attendons la répartition des élèves après le concours, car l’ouverture du nouvel IFM est prévue pour le 17 octobre prochain. S’agissant des locaux devant abriter l’IFM, l’Assemblée régionale est à pied d’œuvre pour mettre à notre disposition des locaux appropriés. Et les locaux choisis sont déjà prêts. Puisque, un opérateur économique de la place, Pierre Saade dit Pierrot a construit un centre adéquat pour accueillir les élèves du nouvel IFM. Sur place, il y a 9 salles de classes, toutes équipées de tables bancs, de tableaux, d’une capacité chacune de 50 élèves. En plus, il y a une direction de cinq bureaux avec toilettes internes, une infirmerie, un garage pour le Directeur de l’IFM, un parking pour les engins à deux roues (des élèves). L’accès du lieu est très facile.M. Malick Kassé : les préparatifs vont bon train. Le taux d’admission n’étant pas élevé, cela nous permettra de contrôler les effectifs dans les salles de classes qui étaient trop élevés. J’ai recommandé à mes DCAP de ne pas dépasser 70 élèves par classe de 9ème année. Un nouveau CAP vient d’être créé à Zangasso. Son Directeur est attendu d’un moment à l’autre en vue de sa fonctionnalité effective. Avec l’appui de la collectivité sur place, il y a eu la mise à disposition des locaux devant abriter provisoirement cette nouvelle administration scolaire.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER