Affaire « Pélé Terrain » à Torokorobougou : Mme Diakité Sarata Traoré révèle…

7 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Torokorobougou connaît depuis quelques semaines une crise sans précédent. Il s’agit d’un litige foncier opposant certains jeunes à une Association des femmes pour le développement et la lutte contre le Sida du quartier. Pour éclairer la lanterne des Bamakois sur cette sulfureuse affaire, nous avons rencontré la présidente de l’association, Mme Diakité Sarata Traoré, pour sa version des faits.

Pourriez-vous vous nous rappeler, Madame, ce qui oppose les jeunes du quartier à votre association et surtout à votre famille ?

D’abord, je vous remercie. Je tiens à vous informer que toute cette histoire remonte en 1994. Le maire (sic) avait attribué un terrain à l’Association des Femmes de Torokorobougou pour le Développement et la lutte contre le Sida. C’était une association qui faisait beaucoup d’activités. Elle faisait de la sensibilisation, de l’encadrement des filles de ménages (bonnes). Comme l’association s’agrandissait, les femmes avaient même souhaité la construction d’un centre multifonctionnel pour les différentes activités. Cela a coïncidé avec le projet de soutien du président ATT à l’endroit des jeunes. Il avait mis de l’argent à la disposition des jeunes pour aménager leur lieu de divertissement afin de les mettre à l’abri de toute expropriation dans les jours à venir. Les jeunes ont alors montré le terrain qui avait déjà été affecté à l’association des femmes de Torokorobougou. L’aménagement a été fait  comme ça, sans que nous les femmes, l’on ne soit consulté. Ils ont fait de cet espace un terrain de foot, de basket et autre. Donc, nous aussi, on est allés voir le maire pour lui expliquer le problème. Le maire nous a fait savoir que l’ordre venait du Président de la République, ATT, qui a souhaité que l’espace-là soit aménagé pour les jeunes. Aussi, nous sommes montées  voir le président ATT  à Koulouba. Il a reconnu qu’effectivement, il n’était pas au courant que le terrain appartenait aux femmes. Tout en indiquant qu’il va personnellement s’impliquer pour nous trouver un autre terrain, il nous a envoyé chez le gouverneur de l’époque, Ibrahima Féfé Koné. Lui et les experts en la matière, c’est-à-dire, les topographes examinèrent ensemble le plan du quartier pour voir s’il y avait encore d’autres espaces non encore occupés et qui pouvaient être attribués. Ainsi le terrain dont il est question qui devait servir de centre de santé (qui a été construit ailleurs) est nous a été donné, à nous les femmes de l’association. Et depuis, les femmes ont pris l’initiative de faire des aménagements sur cet espace, en plantant des arbres tout en procédant à sa  clôture. Le jour même du lancement des activités sur le terrain, c’est le Ministre de la promotion des femmes de l’enfant et de la famille de l’époque, Sina Damba, qui est venue procéder à son inauguration. C’était en 2009. Donc, il a fallu attendre le lendemain du coup d’Etat du 22 mars, pour voir ces jeunes-là en train de démolir toutes les réalisations effectuées sur le site par les femmes de l’association. Ils (les jeunes) disent que le régime a changé et donc que tout va changer. Ils vont même implanter une plaque sur le site sur laquelle l’on pouvait lire « terrain de foot du Cnrdre ». Donc, nous les femmes on a porté plainte. Suite à cette plainte, un certain Amadou Ly est interpellé par la gendarmerie de Faladiè à plusieurs reprises. Mais, il ne venait toujours pas. La gendarmerie a été obligée d’utiliser la force.  Ses camarades de lutte se sont alors mobilisés pour obtenir sa libération. Ainsi, sur instruction du Procureur de la République près le tribunal de la Commune V, il sera relâché. Et quand il a été libéré, M. Ly et ses camarades vont s’en prendre à mon domicile, en jetant des cailloux et en me proférant des injures grossières. Alors, c’est ma famille cette fois-ci qui va porter plainte contre ces jeunes-là. Qui va aboutir cette fois-ci à l’interpellation d’un certain Müller. Le leader patenté des jeunes.  Lui aussi manquera à l’appel. La gendarmerie est alors venue le chercher manu-militari. Comme c’était presque la fin de la semaine, il est resté en garde à vue pendant une bonne partie du week-end avant d’être relâché. Ce qui n’a pas plu à ses camarades, qui vont procéder à des saccages et autres actes de vandalisme dans le quartier. Ils (les jeunes) avaient même des armes à feu. Parce que, on entendait des coups de feu. Ainsi, ils vont une fois de plus s’attaquer à mon domicile en volant tout ce qu’ils pouvaient. Par exemple, réfrigérateurs, chaises, matelas, etc. Ca, c’était un samedi soir. Le lendemain dimanche, ils sont revenus à mon domicile dans l’intention d’en finir avec moi. Ils vont d’abord défoncer le grand portail puis saccager et brûler les deux véhicules stationnés dans le garage. On peut même dire qu’ils voulaient brûler la maison toute entière. Heureusement il n’y a eu aucune victime dans la famille.

Mais il se dit aussi, Madame la présidente que, vous vouliez ce terrain pour vous seule ?  

(Sourires) vous savez monsieur, c’est faux et archi-faux. Après, je vais vous montrer tous les papiers vous attestant que tout est fait au compte de l’association dont je fus d’abord membre avant d’en être aujourd’hui la présidente. Ma dignité ne me permet pas de procéder à une action malhonnête. Je ne tenterai jamais ce genre de chose.  Je vous le jure.

Est-ce-que vous avez reçu la visite des autorités, de la police pour constater les dégâts ?

Non, je vous le dis. Vous ne pouvez pas imaginer que jusqu’à l’ instant où je vous parle, personne n’est venu nous (la famille)  voir pour nous rassurer et nous apporter son soutien. Je peux même dire qu’on a été abandonnés à nous-mêmes. Laissez-moi vous dire qu’on est vraiment déçus pour la police. Car, chaque fois qu’on l’appelle pour lui dire que les jeunes s’apprêtent à venir nous attaquer, elle arrivait après. C’est incompréhensible. C’était comme le cas du médecin après la mort. Elle n’a jamais pu nous protéger. Sinon, tout ça ne nous serait peut-être pas arrivé.

Et les coupables de vandalisme ont-ils été interpellés ? 

Bon, d’après nos informations, il y aurait des arrestations. Mais, pour le moment, je n’en sais pas trop. Quand même, je pense que cette affaire est claire comme l’eau de roche. S’il est vrai que la faute du troupeau incombe au berger, les actes de ces jeunes-là doivent forcément revenir à leurs leaders. Ce n’est pas aussi compliqué que ça. Mais à l’heure qu’il est, ils sont en train de se promener dans la rue sans même être inquiétés.

Avez-vous un dernier message ?

Je retiens qu’il est vraiment dommage de constater que dans un pays de droit comme le nôtre, que certaines populations se sentent abandonnées par les autorités. C’est très difficile à comprendre. Nous, nous souhaitons qu’on soit mis dans notre droit. En ce qui concerne ma maison, je considère ça comme une violation de droit. Pour l’association, c’est autre chose. Elle est une personne morale. L’affaire est au tribunal. Je pense que dans un pays de droit, ce sont les autorités qui doivent juger ou sanctionner. Nous, on reste derrière cette autorité, même si l’on sait qu’elle ne parvient plus à assurer notre sécurité. J’ai quand même peur pour ma famille qui est en train de récolter les pots cassés dans cette histoire. L’association fera tout son possible pour récupérer son terrain et recommencer dans un bref délai ses activités d’antan.

Propos recueillis par Dramane Dembélé

 
SOURCE:  du   29 nov 2012.    

7 Réactions à Affaire « Pélé Terrain » à Torokorobougou : Mme Diakité Sarata Traoré révèle…

  1. le scientifique

    je partage l’avis de mr ou mme mancheicko , maintenant que l’on a attendu madame , il faut donner la parole à l’autre parti , les jeunes .
    je ne suis pas non plus sur que l’AFDT représente les femmes de torokorobougou . peut êre vaut il mieux intérroger aussi quelque femme du quartier .
    vive le mali , vive la science , vive la culture de la raison .

  2. ça c’est la version de madame,et la version de l’autre partie ?Hummmmmmmm  » a yé sabali « .Que DIEU nous protège amennnnnnn.

  3. moop7878

    Je suis désolé de le dire mais Madame ne fait que mentir !!! D’abord avant l’arrestation de Muller, aucun jeune ne s’est attaqué a son domicile. C’est après car les jeunes en avaient mare des arrestations qui se produise par le canal de ses relation. Ensuite c’est bien un des ces fils qui avait une arme et qui a tiré sur la foule faisant deux blessés. Je déplore les Degas mais Continuez madame à mettre ta famille en danger et à mentir ainsi, c’est toi l’association. A tô bi kè é kô yan !!!

  4. Malien de Texas

    Ce probleme a depasse les limites. Surement ce sont des voyous sans avenir qui se sont attaques au domicile privé simplement par l égoïsme et la jalousie. L affaire de terrain qui fait l objet de litige n est pas la ou Madame la présidente habite. Un peu de conscience mes chers

  5. keita FODE

    Je pense que Mme a tord de prendre les problemes l’association comme son probleme de famille raison pour laquelle elle recolte les pots detruis aussi

    • Samba tara ou yé

      Comment elle prend le problème de l’association pour son propre problème? Quelle approche préconisez? Elle défend une association de développement, c’est pour le bien de tous. Depuis quand un pays s’est développé par le foot? L’honnêteté humaine recommande d’être sensible au mal des autres. Aujourd’hui c’est madame, demain c’est qui?

  6. justinloo

    Ou sont les autres femmes de ton association? Il y a enguche sous roche sinon pourquoi????????
    « ni i sara a kèra i la »